AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Cause wings were made to fly ✖ Misha

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tony Ruiz
Ecume
avatar

Messages : 440
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 21

MessageSujet: Cause wings were made to fly ✖ Misha   Lun 7 Juil - 19:25


Si il avait accepté de rejoindre Misha dans un salon de thé, c'est vraiment parce qu'il était le meilleur ami du monde. Vraiment. Lui seul savait à quel point le blondinet était doué pour s'attirer des ennuis dès qu'il n'était pas dans le coin, avec sa manie d'offenser tout le monde sans s'en rendre compte … Alors forcément, il fallait que Tony soit toujours là pour le protéger, sinon le pauvre finirait à l’hôpital en moins de deux. Du pur altruisme, il faut le dire !
Bon d'accord. En réalité, il était venu pour une toute autre raison. L'appel du devoir. Misha était un stratège pas vrai ? Et là il avait vraiment besoin d'une stratégie pour son plan super-secret anti-Sidney-Carter.
Mais merde, pourquoi le salon de thé ?

C'est naze, le salon de thé. Aussitôt qu'il entra, et le décor lui sortait déjà par les yeux. Couleurs trop claires. Trop de dentelle sur les nappes, trop de vases fleuris. Il s'attira quelques regards un peu surpris quand il passa la porte, et il ne fut même pas vexé. Lui même se rendait compte à quel point il était décalé par rapport à l'endroit. Il n'avait même pas fait ses lacets, et sur l’arrête de son nez trônait un des pansements ridicules de Misha, ceux avec les petits éléphants roses. Une fille gloussa en le remarquant, et il la fusilla du regard. Il chercha frénétiquement son ami du regard, et se rendit compte que celui-ci aurait pu choisir un endroit un peu plus viril pour leur rendez-vous. Là, c'était carrément bizarre.
Mon dieu il n'y connaissait rien en thé. Il avait bu du thé genre, une fois dans sa vie, il avait trouvé ça dégueulasse. C'était la merde.

Soupir de soulagement, il repère la tête blonde. Marche droit vers lui en ignorant la serveuse qui vient vers lui. S'affale sur la chaise en face et plonge son regard dans celui de Misha. Froncement de sourcil.

« Misha, tes pansements sont nuls, ils se décollent. »

Introduction charmante, qui peut s’interpréter par « ton cadeau a illuminé ma vie et je suis un énorme crétin qui se colle des pansements pour enfants sur le visage juste parce que. Ah, et aussi, je garde la montre que tu m'as offert dans une boite à cadenas parce que j'ai peur de la casser. »
Mais bon pour comprendre ça il faut parler le Tony à la perfection. Toute personne lambda n'y verrait qu'un reproche vraiment impoli.

« Mais on s'en fout. Parce que j'ai besoin de ton aide. Et je déclare la première session du « conseil de guerre stratégique anti-Sidney-Carter » officiellement ouverte. Je te passe les détails, hein, faut juste qu'il paye.  »

Ouais, parce que bon, à ce rythme, à moins de vivre dans une grotte elle-même à l'intérieur d'une grotte, personne ne pouvait ignorer la terrible affaire Sidney-Ashen qui avait bouleversé le monde entier. Bon d'accord, pas le monde entier. Moins. Une dizaine de personnes, grand maximum. Mais même. Grâce à la psychologie inverse qui fait fureur en ce moment, Tony avait appris que la violence résolvait tout. Génie.

« Donc j'ai des plans. Plan A. La finesse. Je lui pète les deux genoux. Ou les doigts comme ça il pourra plus jouer de sa guitare, mais ça, limite, ce serait rendre service à tout le monde. Bref. Par contre, j'hésite à faire ça devant témoins ou pas. Parce que bon, je risque de me faire virer ou exécuter sur la place publique à la prochaine connerie.
Plan B. Vachement bien trouvé. On paye Avery Standford. Cher. T'es riche non ? Bref, on la paye, et elle sort avec un autre mec. Ou plusieurs. N'importe qui. Carter sombre dans la drogue et la dépression et pénalement, ce sera même pas notre faute, tu vois ? Et plan C, euh, j'en ai pas.
 »

Il respira un grand coup, parce qu'il avait balancé ça d'une traite, et faillit s'étouffer.

« En fait ce serait bien si tu pouvais m'aider aussi, parce que je veux pas aller en prison cette fois hein. »

Il y avait une époque où Tony faisait gaffe à ce qu'il disait en face de Misha, parce que le blond était vachement plus intelligent et cultivé que lui. Mais bon, ça lui était passé, maintenant il disait littéralement n'importe quoi.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Misha M. Sovleski
 Greenery
avatar

Messages : 217
Date d'inscription : 26/12/2013
Age : 23
Âge du personnage : 17 ans
Section : Greenery
Classe : H

MessageSujet: Re: Cause wings were made to fly ✖ Misha   Mar 8 Juil - 9:00



Il avait eu un appel de Tony une fois, et il l'avait loupé. Son portable lui avait dit lorsqu'il l'avait retrouvé enfoui sous un tas de paperasse. "Hé mec, t'as loupé un appel de Tony, honte à toi d'ignorer tes amis." Le jeune russe s'était roulé en boule toute la journée, imaginant les pires horreurs dans sa tête quant à tous les châtiments qu'allait lui imposer son ami par vengeance. Il avait loupé un appel, Sir Ruiz allait lui en vouloir, forcément, forcément, forcément. Les tremblots avaient agité son corps frêle des heures durant jusqu'à ce que Philipp, téléphone portable fidèle à son propriétaire, ose enfin déclarer que non, personne n'allait lui en vouloir. A partir de ce jour, Misha s'était fait une promesse, plus jamais il ne laisserait passer le moindre appel de Tony. Aussi, lorsque la douce mélodie avait retentit, que Philipp avait chanté à tue-tête "Tooooony, c'est Tooooony, au bout du fil ya Tooooony !!" et quand la photo du concerné était apparue sur l'écran, Misha avait de suite décroché.
Et c'est pourquoi il se retrouvait là, devant le salon de thé.

Les effluves parfumées parvenaient à son nez aussi simplement qu'un courant d'air marin dispose les odeurs de sel autour de lui. Délicieuses senteurs fruitées et sucrées, florales ou épicées, elles l’envoûtaient un peu plus à chaque seconde. Il semblait peut-être bizarre d'être planté devant la porte fleurie mais il voulait faire durer le plaisir, surtout qu'il se savait en avance. Enfin à l'heure quoi, mais l'autre serait surement en retard, alors il était en avance. Vous voyez ? Il fit un pas, poussa la porte, entra et ses yeux s'illuminèrent. Il aimait cet endroit si reposant et distrayant qui l'envoyait des années en arrière assis sur une terrasse de montagne à contempler les horizons infinis. Étrangement oui, le lieu le rendait nostalgique, il ignorait la raison de ce retour en arrière mais appréciait le voyage temporel. Peut-être que les astres avaient décidé pour lui de lui remémorer son monde, peut-être que des esprits s'amusaient à jouer avec ses souvenirs. Sourire aux lèvres, le jeune homme suivit la jolie serveuse qui lui indiqua une table et familier à l'endroit il ne s'étonna pas de voir autant de présence féminine. Elles le dévisageaient, l'examinaient et satisfaites lui souriaient niaisement. Lui pourtant n'y prêtait guère d'attention, il imaginait déjà la tête de Tony en entrant dans le salon. Il pouvait imaginer des étoiles dans les yeux de son meilleur ami, il savait que l'endroit lui plairait avec autant de filles autour, un petit coin de calme comme ça isolé des problèmes. Pour lui, définitivement Tony était son meilleur ami, ce héro que l'on admire et qui le sortait de toute situation fâcheuse dans lesquels il avait tendance à se jeter involontairement. Pour Tony, Misha aurait fait beaucoup et lui proposer de venir dans un salon de thé n'était qu'une étape vers le remerciement éternel qu'il lui devait.

Son visage se décomposa littéralement lorsqu'il aperçut Ruiz se diriger vers lui, l'air fier comme Artaban avec ce regard fuyant, limite hostile qui occupait son visage. Il n'aimait pas le salon de thé. Il n'aimait pas. Le salon. De thé.
Erreur fatale.
Les pensées défilaient à toute allure dans la tête du blondinet. Pourquoi avait-il commis cette erreur de penser que son ami apprécierait l'endroit ? Il aurait du proposer un lieu beaucoup plus approprié au garçon comme Teddy Bear Paradise car il savait que Tony collectionnait secrètement les peluches ou alors la bibliothèque maudite même s'il n'aurait pas pu franchir la porte tant les inscriptions dessus lui flanquaient la frousse. Il regarda son camarade s'avachir en face de lui et eut un espoir en remarquant le pansement sur le nez. Son pansement, son cadeau de Noel. Peut-être qu'en fait Tony ne pouvait avouer qu'il aimait bien le lieu car ça allait à l'opposé de ses principes ?!

« Misha, tes pansements sont nuls, ils se décollent. »

Deuxième décomposition faciale. Il n'aimait pas ses pansements. Il n'aimait pas le salon de thé ET les pansements. Et il n'avait pas la montre non plus. Donc il n'aimait pas le salon ET les pansements ET la montre. Alalalalaaaaa.... Il ne savait pas quoi faire pour se rattraper. C'était la fin de tout. Il allait perdre son protecteur, se faire massacrer à sa prochaine réplique sans tact et irait mourir dans d'affreuses souffrances tout seul dans un couloir à cause de dentelle, de pansement à éléphants roses et d'une superbe montre. Et dire qu'il avait tout fait pour faire de son mieux...

« Mais on s'en fout. Parce que j'ai besoin de ton aide. Et je déclare la première session du « conseil de guerre stratégique anti-Sidney-Carter » officiellement ouverte. Je te passe les détails, hein, faut juste qu'il paye. Donc j'ai des plans. Plan A. La finesse. Je lui pète les deux genoux. Ou les doigts comme ça il pourra plus jouer de sa guitare, mais ça, limite, ce serait rendre service à tout le monde. Bref. Par contre, j'hésite à faire ça devant témoins ou pas. Parce que bon, je risque de me faire virer ou exécuter sur la place publique à la prochaine connerie.
Plan B. Vachement bien trouvé. On paye Avery Standford. Cher. T'es riche non ? Bref, on la paye, et elle sort avec un autre mec. Ou plusieurs. N'importe qui. Carter sombre dans la drogue et la dépression et pénalement, ce sera même pas notre faute, tu vois ? Et plan C, euh, j'en ai pas. »


Misha l'avait écouté attentivement car lui non plus n'ignorait rien de cet abruti sur patte qui blessait toute fille qu osait croiser sa route. Au moins Tony lui allait les réconforter, c'est un gars bien, c'est un héro. Alors que Carter lui démolissait tout espoir dans les coeurs. Le russe avait du aller consoler Effie. Et il avait croisé Avery Standford complètement démoralisée dans une salle de musique. Alors que dire à part qu'il fallait qu'il paye ? Rien. Il devait s'associer à Tony pour ce coup. Il devait prouver que lui aussi savait faire des choses, qu'il n'était pas simplement cet étudiant fantôme bon à ramener des bonnes notes et à sortir tout ce qui lui passe par la tête.

« En fait ce serait bien si tu pouvais m'aider aussi, parce que je veux pas aller en prison cette fois hein. »

En... Prison... ? Ils pouvaient aller en prison pour une simple vengeance... ? Le garçon repris ses esprits. C'était tout simplement impossible, non, de toute façon il sortirait aux représentants de justice tout le code pénale et trouverait une faille pour les libérer. Il y avait plusieurs lois sur l'enfermement de mineurs, et puis concernant le crime commis aussi, puis les conditions... Bref. Il trouverait la faille.
Mais revenons à l'instant présent. Tony ne lui en voulait pas !!! Enfin pas encore. Il avait besoin de lui maintenant. Misha se devait de répondre présent.

"Et donc heu... Tu m'en veux pour les pansements ? Je suis désolé, vraiment, tu peux les enlever, les jeter, les découper en petits morceaux même si tu veux... Mais sache que je suis avec toi pour heu... Le plan anti-Sidney."

Le blondinet fixa son ami avec un sérieux soudain. Ses instincts diplomates reprenaient le dessus, il le sentait et pour une fois, il n'allait pas s'y opposer. Des idées lui venaient en tête mais il ne devait pas être le leader. Il devait être l'assistant tout simplement. L'assistant personnel de Tony. Classieux.

"Pour ton plan A, il y a des désavantages. Même avec 2 genoux cassés, il sera dans un fauteuil roulant et pourra toujours faire du mal aux délicieuses demoiselles. Ce mec a besoin qu'on le détruise de l'intérieur. Et pour les doigts, pareil. Donc je pense que nous pouvons oublier le plan A car de plus, tu te prendrais encore des coups donc tu devras remettre des pansements qui se décollent. Pour le plan B, excellente idée. BRISONS LE DE DEDANS !!! Mais Standford refusera surement. Elle cherche à se venger aussi, oh oui, mais je ne la vois pas aussi vulnérable. Elle cherche à le faire tomber de son côté et pour nous c'est un avantage car Carter aura donc 2 fronts à affronter, complètement différents. Et rappelle toi, elle l'aime surement encore donc par conséquent elle ne pourra pas le blesser trop fortement. Complètement stupide je te l'accorde. Enfin, je suppose qu'on peut toujours essayer. Utiliser Effie, hors de question, jamais on ne la mêlera à ça, sommes-nous d'accord ? Mais il faut en effet que nous soyons hors de toute conséquence pénale, ça m'arrangerait fortement."

Il était rarement aussi bavard. En fait, il n'avait jamais autant parlé d'un coup, c'était une première pour lui. Aussi fut-il surpris lorsqu'il eut terminé sa tirade. Mais une idée brillante lui traversa l'esprit. Tony allait aimer à coup sur. Il allait adorer. Il plongea son regard d'illuminé dans celui de son interlocuteur et parla d'une voix posée et sérieuse.

"'J'ai une idée. Il faut qu'on se débrouille pour envoyer les mauvais esprits voire les démons sur lui. Il ne pourra pas lutter. Ils vont envahir son coeur, le réduire en miette. Ils vont être autour de lui, tout le temps, et l'empêcheront de vivre normalement. Voilà notre solutions. Les esprits."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tony Ruiz
Ecume
avatar

Messages : 440
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 21

MessageSujet: Re: Cause wings were made to fly ✖ Misha   Mer 9 Juil - 9:27


Ah, comme il était doué avec les relations sociales, le petit Ruiz. Toujours à montrer son affection de façon absolument contradictoire, avec son ton le plus agressif et boudeur. Forcément, Misha eut l'air un peu coupable, alors qu'il n'était en rien en faute dans l'histoire.

« Et donc heu... Tu m'en veux pour les pansements ? Je suis désolé, vraiment, tu peux les enlever, les jeter, les découper en petits morceaux même si tu veux... Mais sache que je suis avec toi pour heu... Le plan anti-Sidney.»

Il faillit se vexer pour l'histoire des pansements, dire qu'il en avait besoin, mais il finit par se dire que ce serait un peu contradictoire quand même, et se contenta d'un signe de main agacé. Quoi, il les aimait bien, ces pansements ! Ils étaient stupides et moches, mais y avait bien une raison pour laquelle il en avait un sur le pif, quand même.
Misha eut l'air de reprendre un peu d’assurance cependant, parce qu'il lui livra une critique détaillée de ses plans géniaux, que Tony écouta, la bouche légèrement entrouverte. Et ben. C'était bien pensé.

Effectivement, il n'y avait aucune raison qu'avoir les genoux cassés affecte la vie sentimentale de Carter. Pire encore, se balader en béquilles risquait de lui attirer de la sympathie de la part du citoyen moyen. Exactement l'inverse de l'effet espéré. Quand au plan Avery, il y avait en effet zéro chances qu'elle accepte. Et évidement qu'ils n'allaient pas se servir d'Effie enfin. Tout ça c'était pur venger Effie, alors où serait l’intérêt, hein ? Il leva les yeux au ciel à ce moment, mais hocha la tête à tout le reste.

« Ouais bons arguments. J'y avais pas pensé. »

Il s’apprêtait à noter les défauts de ses plans géniaux quelque part, quand Misha enchaîna sur une autre suggestion, l'air le plus sérieux du monde.

« J'ai une idée. Il faut qu'on se débrouille pour envoyer les mauvais esprits voire les démons sur lui. Il ne pourra pas lutter. Ils vont envahir son coeur, le réduire en miette. Ils vont être autour de lui, tout le temps, et l'empêcheront de vivre normalement. Voilà notre solutions. Les esprits. »

Grand silence. Tony le fixa quelques secondes pour voir si il allait sourire, ou montrer un autre signe annonçant que c'était une grosse blague. Mais non. Du vrai Misha tout ça. Un cerveau parfaitement rationnel et logique jusqu'à ce qu'on arrive aux trucs occultes et flippants. Tony se racla la gorge.

« Euh, mais plus sérieusement, hmm... »

D'accord. Comment formuler ça sans être super vexant ?

« Y a pas de risque que … euh …. ça se retourne contre nous ou un truc du genre ? J'veux dire, les esprits vengeurs, c'est vachement dangereux. Je sais pas, ça va être compliqué. Va falloir sacrifier des chèvres dans le procédé et tout. Je veux pas prendre de risques inutiles. »

Voilà. Parfait. Il n'avait pas l'air de ne pas le croire, juste soucieux pour sa santé. Décidément, entre les dieux mayas de l'apocalypse, et les démons vengeurs, les blonds demeurés ne lui laissaient aucun répit. C'est dur d'être politiquement correct et de ne faire pleurer personne.

« Sinon j'ai pensé, on pourrait revenir au plan initial du petage de gueule, mais un truc moins glamour, genre, tu vois les poings à ressort qu'on peut acheter dans les magasins de farces- »

« Excusez-moi messieurs, vous avez choisi ? »

La serveuse aux yeux de biche était près de leur table, toute souriante, en leur lançant à tous les deux un regard bien trop appuyé. Ça le foutait mal à l'aise. Il se tourna vers Misha comme un gosse qui se tourne vers sa maman quand il sait pas quoi dire.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Misha M. Sovleski
 Greenery
avatar

Messages : 217
Date d'inscription : 26/12/2013
Age : 23
Âge du personnage : 17 ans
Section : Greenery
Classe : H

MessageSujet: Re: Cause wings were made to fly ✖ Misha   Mar 28 Oct - 18:29



Grand silence. Son plan génialissime devait laisser Tony sans voix. Il voyait bien le truc, lui et Tony avec le déguisement du sorcier vaudou autour d’un feu, invoquant les esprits de l’au-delà, les suppliant d’envahir le pauvre cœur misérable de Carter. Oh oui, il se souvenait de l’incantation, il l’avait déjà lu auparavant bien que jamais utilisé.
Normalement on apprend aux enfants les dangers. La voiture qui va surgir du virage, les gens louches le soir dans la rue, les griffes d’un chat énervé, les politiciens lors d’un dîner ou encore les médias qui squattent devant la grille d’une maison. Mais jamais le petit Misha n’avait appris à se méfier de ses pensées. Jamais quelqu’un ne lui avait dit « mon garçon, fais attention à tes mots, tu pourrais le regretter ». Au contraire, il avait reçu cette éducation où il devait parler en ayant certes réfléchi auparavant, mais cette réflexion était justement devenue une valeur sure et il pouvait l’exprimer sans la moindre hésitation. Dans sa tête, tout ce qu’il pouvait dire n’était que pure réalité, totalement réalisable, sans la moindre idée qu’il pouvait être à côté de la plaque. Pourtant, il y avait bien ces moments de débilité totale mais personne n’avait encore osé le lui dire, on souriait, on rentrait dans son univers. Parce qu’étrangement, le blondinet possédait cette capacité à venir vous chercher et à vous emmener dans son monde farfelu, inconsciemment c’était comme s’il vous tendait la main avec ce sourire aux bouts des lèvres et vous disait « Viens, on va s’amuser » avec son air sérieux et ses mimiques incompréhensibles.
Le garçon entendit son ami se racler la gorge. Sans doute allait-il approuver, surement allait-il être motivé, assurément il irait y ajouter des détails mais le fond y était. Oui. Misha avait pu aider Tony. Oui Misha avait rempli son maigre rôle d’assistant. Oui, il avait effectué sa mission avec succès. Une réussite totale, comme disait son père au lendemain d’élections victorieuses.

« Euh, mais plus sérieusement, hmm... Y a pas de risque que … euh …. ça se retourne contre nous ou un truc du genre ? J'veux dire, les esprits vengeurs, c'est vachement dangereux. Je sais pas, ça va être compliqué. Va falloir sacrifier des chèvres dans le procédé et tout. Je veux pas prendre de risques inutiles. »

Pas des chèvres. Hypothétiquement des moutons. Les chèvres étaient réservées aux sacrifices religieux, hors il s’agissait ici d’une invocation de l’au-delà, bien loin d’une prière.  Moutons, peut-être une vache. Avec des tâches brunes, type vache normande. Les esprits aiment le bon lait et le fromage, c’était bien connu.
Le garçon avait un sourire jusqu’aux oreilles, il le savait, Tony était à fond dans son plan. Il n’aurait pu en être autrement, le génie du Sovleski méritait d’être au top des podiums. Puisqu’il avait soulevé là un détail technique, Misha avait désormais la certitude qu’il serait un allié de taille. Rien ni personne ne pourrait les arrêter.

« Sinon j'ai pensé, on pourrait revenir au plan initial du petage de gueule, mais un truc moins glamour, genre, tu vois les poings à ressort qu'on peut acheter dans les magasins de farces- »

Le regard bleu limpide du blondinet se fixa directement sur Tony. Comment ça. Son plan n’était pas assez bien pour Môôôôôsieur Tony Ruiz ? Utiliser ses poings est donc la seule bonne option ? Mais… Pourquoi ? Pourquoi la violence, hein, pourquoi se taper dessus ? On lui avait appris à ne pas taper au gamin. Dès qu’il avait le malheur de blesser sa sœur, il était puni. Privé d’échecs, privé d’ordinateur, privé de livres et surtout, surtout, privé de chasse aux fantômes. Sur que le petit avait vite appris à mettre ses priorités en avant. Il n’entendit pas la question de la serveuse, en fait il ne l’avait pas vu arriver tant il essayait de capter les intentions de son ami. Il vit juste la mine déconfite de ce dernier, une sorte d’appel à l’aide figé sur son visage. What ?
Il tourna la tête, leva les yeux. Comprit.
Fit un grand sourire charmeur. Sa spécialité.

« Je vais prendre un thé blanc aromatisé au jasmin s’il vous plait. De préférence servi avec un gaiwan. Et un cookie pour ma part. Quant à mon ami…. »

Il dévisagea Tony avec un air un peu mauvais involontairement. Il n’arrivait pas à se remettre du coup bas qu’il lui avait fait juste avant. Préférer les poings aux invocations…

« Tu veux du coca ? Je doute qu’ils en aient ici… Il prendra un thé vert simple mademoiselle. Merci ! »

Il envoya un nouveau sourire plein d’aisance à la serveuse toute émoustillée et la vit repartir en cuisine rouge écarlate. Il se demanda pourquoi elle avait ces colorations qui lui étaient montées aux joues lorsqu’il lui avait parlé mais là, il devait se concentrer sur autre chose.

« Je peux savoir pourquoi tu n’aimes pas mon plan ? Tu sais que je déteste frapper. Tu le sais, hein ? Alors pourquoi. C’est pas cool… »

Il avait au visage cet air d’enfant déçu. Expression qui changea aussi vite qu’elle était apparue lorsqu’il entendit les discrètes notes de musique qui retentissaient dans la pièce. Quelqu’un venait d’activer la musique, un doux air de piano qui enchante, mélodieux qui nous emporte. Il eut un sourire.

« Nuvole bianche… » dit-il dans un soupir en fermant les yeux un instant. « Tu connais ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tony Ruiz
Ecume
avatar

Messages : 440
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 21

MessageSujet: Re: Cause wings were made to fly ✖ Misha   Mer 29 Oct - 9:25



La plupart du temps, Tony trouvait que Misha était un ami relativement facile. Il suffisait de le sauver de quelques mauvais pas, de supporter ses lubies étranges, mais mis à part ça, c'était un garçon charmant et il n'était pas trop dur de s'occuper de lui.
Et puis parfois, parfois, Tony avait l'impression, en lui parlant, de marcher sur la surface d'un lac gelé, avec une couche de glace si fine que n’importe quel faux pas le précipiterait immédiatement vers sa mort. Voilà. C'était un de ces moments. Là, l'expression de Misha, profondément contrariée, ne lui apportait que de mauvaises nouvelles. Et le sourire du blond qui faisait craquer tant de gens avait un petit air malsain et légèrement terrifiant que lui seul semblait remarquer. Peut-être qu'il était paranoïaque, mais il avait l'impression qu'il allait payer.

« Je vais prendre un thé blanc aromatisé au jasmin s’il vous plait. De préférence servi avec un gaiwan. Et un cookie pour ma part. Quant à mon ami…. » Voilà, c'était cet air malsain là, dont il gratifiait Tony à l'instant même. « Tu veux du coca ? Je doute qu’ils en aient ici… Il prendra un thé vert simple mademoiselle. Merci ! »

Et la jolie serveuse, avec ces cils de dix mètres de long, complètement charmée par Misha, ignorant le coup bas qu'il venait de faire à son ami, repartit en rougissant . Tony était profondément choqué. Il détestait quand Misha faisait ressortir son côté gosse de riche, avec ses trucs au jasmin et milles parfums d'orient et merde. Ce ton condescendant. Quoi, non, il ne faisait pas un complexe d'infériorité ! Il détestait juste que Misha le traite comme un gamin. Merde quoi, il méritait pas ça ! Même si il se comportait parfois rudement avec son ami, jamais il ne le rabaissait. C'était trop injuste. Tony avait envie de déchiqueter la nappe à fleurs en petits morceaux, pour éviter de vouloir frapper Misha. Il était à peu près de la même couleur que la serveuse à ce moment là.

« Je peux savoir pourquoi tu n’aimes pas mon plan ? Tu sais que je déteste frapper. Tu le sais, hein ? Alors pourquoi. C’est pas cool… »

Tony lui lança un regard profondément venimeux. Déjà, il n'avait jamais dit que Misha aurait à frapper qui que ce soit. Tony aurait fait le boulot avec joie. En plus, si oui, il savait bien que le blond n'aimait pas la violence, celui-ci devait bien savoir que son ami n'aimait pas tous ces trucs occultes. Tony croyait certes aux aliens, et oui, peut-être que parfois il lisait son horoscope, pour rire, mais il ne croyait certainement pas aux esprits, aux fantômes, tous ces trucs. C'était flippant. Et pas du tout réaliste. Et flippant.
Et Misha qui était déjà reparti dans ses délires hautement spirituels, yeux fermés, visage relaxé, comme si il ne venait pas juste à l'instant de montrer sa face démoniaque.

« Nuvole bianche… Tu connais ? »

« Ta gueule. »

Ça manquait certes de répartie, mais celui-là, il l'avait au fond du cœur.

« Toi non plus t'aimes pas mes plans, alors qu'ils sont mieux. Tu sais que j'aime pas les trucs d'invocation, ça marche jamais et après j'arrive pas à dormir, et les fantômes ça existe pas. Et j'aime pas le thé, putain. »

Et il aimait pas les regards des autres clientes sur eux, toutes des jolies filles bien habillées avec de l'eyeliner symétrique, qui pensaient sûrement qu'ils étaient un couple ou une autre connerie. Il aimait pas cet air de piano débile au nom italien, qui semblait être là juste pour que Misha étale sa science. Il aimait pas la déco à fleurs et les bougies parfumées. Et il n'aimait pas.
Les esprits.
Vengeurs.

« Tu sais quoi ? Séance levée. Laisse tomber Carter. Je trouverais tout seul. Parle d'un autre truc. Parle de thé au jasmin ou de machin Bianca. Ça a l'air vachement intéressant. »

Sur ces belles paroles, il s’effondra sur la table, se cognant le front au passage, déprimé par sa vie toute entière.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Misha M. Sovleski
 Greenery
avatar

Messages : 217
Date d'inscription : 26/12/2013
Age : 23
Âge du personnage : 17 ans
Section : Greenery
Classe : H

MessageSujet: Re: Cause wings were made to fly ✖ Misha   Ven 16 Jan - 21:21



Il vivait dans un autre monde. Un monde où la paix ne pouvait être que le maître mot, ce monde indéniablement irréaliste que nul ne peut trouver. Et nonobstant, lui se permettait d'avoir accès à cet univers. Il lui suffisait de fermer les yeux et de partir très loin dans sa tête. Il ne pouvait ignorer que son environnement ne lui accordait pas ce qu'il aurait voulu. Il le savait, il en avait pleinement conscience, pourtant il semblait vivre un peu comme un petit poney dans le monde des bisounours. Complètement décalé mais sans problème. Misha ne se rendait pas vraiment compte de cet aspect de sa personnalité, mais lorsqu'il se la prenait en pleine figure, elle lui faisait le même effet que les gifles qu'avait pu lui donner sa mère lorsqu'il n'avait pas agit correctement.

« Ta gueule. »

Et là, c'était la gifle en question. Jamais personne ne lui avait demandé de se taire avec aussi peu de tact. Misha, aurais-tu l'amabilité de me laisser parler ? Misha pourrais-tu s'il te plait laisser d'autres personnes s'exprimer ? Tout n'avait été que formules de politesse, de phrases pré-fabriquées visant à ne blesser personne. Misha, n'aimerais-tu pas apprécier le silence ? Non. Aussi loin que ses souvenirs pouvaient remonter, nul ne lui parlait comme Tony venait de le faire. Tous prenaient toujours soin du petit russe, le blondinet de la famille que personne ne doit abîmer, celui qu'on conserve précieusement dans un cocon. Pourtant il avait reçu des claques oui, sa mère se montrait par moment très sèches et détestait le désordre. Il est simple d'imaginer la situation lorsqu'elle venait à découvrir que son petit garçon n'avait pas été sage. Ses professeurs n'avaient jamais eu à lui dire de se taire tout d'abord parce qu'ils n'auraient jamais osé mais surtout parce que le garçon n'était absolument pas turbulent quand il s'agissait d'apprendre. Et voilà qu'il se prenait toute son éducation dans la figure comme ça. Certes d'une manière peu originale mais directement sortie du coeur. Et c'est là que ça blesse.

« Toi non plus t'aimes pas mes plans, alors qu'ils sont mieux. Tu sais que j'aime pas les trucs d'invocation, ça marche jamais et après j'arrive pas à dormir, et les fantômes ça existe pas. Et j'aime pas le thé, putain. »

Donc Tony n'aimait définitivement pas le salon de thé. Bon. Ce point là, il avait réussi à le deviner. Etrangement, le "ta gueule" avait calmé les pensées du garçon. Il s'en voulait d'avoir choisi le mauvais endroit. Comme toujours, il s'était laissé guidé par ses propres préférences et n'avait pas pensé qu'il pouvait exister des personnes n'aimant pas le thé ou ayant une aversion pour le piano italien et une peur bleue des esprits. Pourtant il ne pensait pas avoir dans son caractère une partie impulsive, mais les événements lui montraient le contraire. En fait, à l'instant même, il pouvait carrément sentir les ondes négatives émaner de son ami, du moins celui que lui personnellement considérait comme un ami et le garçon se sentait mal à l'aise. Tout ça était de sa faute. De toute façon lorsque quelque chose tournait mal, il y avait de forte probabilité qu'il soit impliqué. Ne sachant pas pourquoi, le blondinet se retrouvait en général impliqué dans toutes sortes d'histoires abracadabrantesques. Il comprit brusquement qu'il ne pouvait pas amener quelqu'un dans son monde. Dommage qu'il ne le réalise que maintenant.

« Tu sais quoi ? Séance levée. Laisse tomber Carter. Je trouverais tout seul. Parle d'un autre truc. Parle de thé au jasmin ou de machin Bianca. Ça a l'air vachement intéressant. »

Nuvole Bianche (qui est cela dit en passant un magnifique morceau que je joue moi même xD) corrigea machinalement Misha sans pour autant le dire à haute voix. En quelques minutes il avait pris conscience qu'il n'était pas sain pour lui d'exprimer à peu près tout ce qui pouvait lui passer par la tête. Les bagarreurs lui avaient déjà fait comprendre mais une petite voix dans sa tête ne pouvait s'empêcher de lui souffler que ce ne pouvait pas être si mauvais. Pourtant là, Tony faisait les frais de sous insouciance et le russe ne pouvait tolérer de blesser quelqu'un à part lui-même. Il regarda son ami s'effondrer sur la table, impuissant devant cette théâtralité qui ne semblait pas feinte.

Tony ne bougeait plus. Misha le regardait fixement. Aucun des deux ne réalisait qu'ils étaient devenus l'attention de tous les regards de la pièce alors qu'ils n'avaient pas dit le moindre mot depuis plusieurs dizaines de secondes. Solvleski esquissa finalement un geste de la main pour rassurer l'entourage ainsi que les serveuses qui les dévisageaient avec ces yeux beaucoup trop inquiets. Ils allaient ternir la réputation du salon à agir de la sorte !! Tony ne donnait pas le moindre signal. Misha se surprit à se demander s'il était mort. On peut mourir d'exaspération ? Il voulu poser sa main sur l'épaule de son ami mais se ravisa, sentant les regards encore pesant sur eux, et il ne voulait pas créer de scandale à Ruiz en créant des doutes sur leur orientation sexuelle aux yeux de telles piplettes. Ouais, il savait parfaitement que l'incident du jour se propagerait de bouche à oreille, les filles fréquentant cet endroit raffolant des potins. Bien qu'il doutait être un sujet de conversation intéressant, il imagina que Tony devait l'être bien plus. Les filles ne parlaient pas du blond pâle, le beau brun attirait bien plus l'attention. Une minute de silence passa. Longue minute. Pourtant les mêmes 60 secondes qu'à chaque moment. Soixante secondes de réflexion.

Je... Je suis désolé."

S'excuser c'est renoncer. On lui avait bourré le crâne avec cette idée et bien qu'il désirait se détacher de sa famille, certains principes restaient. Mais là il le pensait. Alors. Ce n'est pas grave.
Le garçon se leva, tremblant. Pas de réaction en face le laissait supposer qu'il était temps pour lui de partir. Mais avant, il fouilla dans sa sacoche dont il extirpa un petit tube de crème qu'il posa sur la table.

"Tiens, c'est de la crème pour soulager les ecchymoses. Vu la violence avec laquelle tu t'es pris la table, je pense que c'est le mieux que je puisse faire pour t'apaiser. Je ne voulais pas que tu t'énerves. Personne ne m'a jamais dit de me taire comme ça, on aurait dit une gifle. Et ça je t'assure que je connais. Tu as raison, on laisse tomber le plan Carter-est-un-véritable-crétin. De toute façon, je sais pas si on aurait vraiment pu s'entendre pour ça. Je vais payer les consommations, à toi de voir si tu veux boire."

Il remit son manteau enlevé pourtant peu auparavant et une fois l'écharpe enroulée, il ajouta d'une petite voix "Tu sais, c'est pourtant pas mauvais le thé vert."

Il se dirigea vers la caisse et ne fit pas attention aux coups d'oeils surpris des demoiselles mais noter l'expression triste que lui lança la serveuse qui l'avait accueilli.



(Gnyuuuu, voilà, plus de 2 mois aprèèèèès ><)
(J'espère que ça te va)
(Sinon je refais hein.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tony Ruiz
Ecume
avatar

Messages : 440
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 21

MessageSujet: Re: Cause wings were made to fly ✖ Misha   Mar 20 Jan - 17:12


En vérité, Tony se demandait pourquoi il était ami avec Misha. Parce que parfois, il avait l'impression d'être à des années lumières de lui. Physiquement, mentalement, culturellement, tout ce que vous voulez qui finisse par « ment » et qui puisse les opposer comme deux pôles d'un aimant. La plupart du temps tout se passait bien ! Misha était sympa, disait de temps en temps des trucs chelou, mais ça le faisait rire. Et puis il y avait ces moments là, où il réalisait qu'ils ne vivaient pas dans le même monde. Que Misha vivait dans un monde où on a de quoi se payer des professeurs de musique particulier et où on prend le thé tout les jours à la même heure – thé blanc, thé vert, thé rose arc-en-ciel aux mille parfums de jade, n'importe quoi pour avoir l'air de gens bien élevés- sérieux, c'était ça les vraies valeurs ? Préférer le thé au coca ?
Il comprenait pas.

Il était probablement mort, il n'y avait pas d'autre explication. Un silence lourd comme du plomb était tombé dans la pièce, et toute la population féminine de l'île environ regardait vers leur table avec des yeux ronds. Son front avait du faire un beau bruit en cognant la table.

« Je... Je suis désolé. »

Et il avait l'air désolé tiens. Il était tout tremblant. Ce qui généralement aurait attendri Tony, mais là il avait plutôt envie de lui hurler dessus en fait. Lui dire de grandir un peu (mauvaise foi), d’arrêter de prendre tout personnellement (mauvaise foi), et de pas se mettre dans ces états pour un « ta gueule », truc que Tony avait incorporé dans son langage et qui sortait aussi naturellement qu'un bonjour ou un merci. Oh que non, ils n'avaient définitivement pas les mêmes valeurs.
Il se contenta de grogner un truc incompréhensible pendant que Misha s'excusait, lui offrait de la crème (mon dieu pourquoi il se trimbalait avec ça?), et en ajoutait à malheur dans une couche de mélo tragique. Sous son crane, Tony le singeait. Personne ne m'a jamais dit de me taire comme ça, gnagnagna ! Pauvre chéri, ton enfance a du être si difficile ! Tu veux un câlin ? Etc etc.

Tony se rendit compte une fois que Misha avait payé et passé la porte qu'il était le pire des cons.
Et d'ailleurs, il avait l'air du pire des cons.
Toujours avachi sur sa chaise avec le regard le plus assassin de son répertoire, les yeux de toutes les clientes rivées sur lui. Il réalisa que Misha était parti pour de vrai. Pas une feinte pour qu'il cède. Et là, c'était lui le connard, il le lisait dans ces regards pleins de reproche. Sacrebleu.

« Merde ! »

Une des filles pouffa et il n'eut même pas l’énergie de la tuer du regard. Il sortit sans dire au revoir à personne, mais ne vit pas Misha dans la rue. Il avait disparu à la vitesse de la lumière, ou alors c'était lui qui avait bugué sur sa chaise pendant trop longtemps ? Quoi, qu'est-ce qu'il fallait qu'il fasse ? Qu'il lui coure après ? Il avait encore trop de fierté, et avait décidé que c'était vraiment pas de sa faute à lui tout ça. Geste automatique, sa main fusa vers sa poche pour sortir son portable, lévita au dessus du numéro de Misha.

C'était mort.
Il n'allait pas s'excuser.
Y avait un truc chelou ou fond de son ventre, un peu de tristesse, un peu de colère. Il savait pas trop. Mais il n'allait pas s'excuser. Son portable retrouva sa poche de jean troué.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Cause wings were made to fly ✖ Misha   

Revenir en haut Aller en bas
 

Cause wings were made to fly ✖ Misha

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» i-Wings l'oiseau made in Silverlit
» [BD] PIN-UP"Wings" (Hugault)
» Made in Asia (Brussels Expo 14-15/03/09)
» du russe swiss made…?!?
» Made In Asia 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Acrylique - Le village :: Tea Room-