AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 make it everlasting • Misha

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tony Ruiz
Ecume
avatar

Messages : 440
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 20

MessageSujet: make it everlasting • Misha   Sam 24 Jan - 16:09

Pendant longtemps Tony n'avait connu que l'herbe rase des parcs et les forêts d'immeubles. il avait été un de ces gosses new-yorkais dont on peignait un cliché, et qui ne savaient pas faire la différence entre une rose et une tulipe ; le fait était que Tony n'avait jamais quitté sa ville natale avant de débarquer à Acrylique. Trop occupé à faire le tour de sa cage pour seulement penser à batifoler dans la nature, qu'il ne voyait qu'à la télé à travers un nuage d'ondes radio. Il ne s'était jamais vraiment senti attiré par la campagne. Le ciel, la mer éventuellement, tout ça, c'était son rayon, mais il ne voyait pas d'attrait particulier aux merveilles de la flore.

Il avait la main coincée dans un buisson de ronces.

Toutes les insultes de son répertoire y passèrent, à un tel niveau sonore que l'académie entière devait l'avoir entendu. Et le pire c'est que ce n'était même pas la première fois : il y avait eu les épines de rose, les orties, les cactus. Il agitait son sécateur avec plus de hargne que prévu, au bout d'une heure et demi d'efforts acharnés, et les résultats étaient déplorables : deux ou trois buissons ruinés, et les mains ensanglantées. C'était probablement la dernière fois qu'il voyait la lumière du jour. Les élèves de la section greenery allaient le piétiner et enterrer son cadavre là où personne ne pourrait plus le trouver.
C'était pourtant pas de sa faute. Personne de sain d'esprit ne pouvait penser que le punir ainsi était une bonne idée. Travaux d’intérêt général, passe encore, mais s'occuper de la serre ? Vraiment ? Il ne connaissait pas la moitié des plantes dans la salle. Rectification. Il connaissait maximum deux plantes dans cette salle. Et on l'avait armé d'un arrosoir ridicule et d'un sécateur, lui indiquant vaguement de quels coins s'occuper. Et il en avait pour tout l'après-midi. Tout ça pour une sombre histoire de devoirs. Comme quoi assommer un camarade de classe qui voulait copier sur lui était « excessif » et « injustifié ». Visiblement cette école tolérait des comportements incitant à la triche. Déplorable. Voilà où partait son éducation.

Il avait chaud. La température de la salle était maintenue de sorte à ce que les espèces les plus tropicales survivent ; et de sorte à ce que Tony se retrouve moite et collant en quelques secondes.
Il essuya sa main pleine de terre et de sang sur sa jambe de pantalon, s'épongeant le front avec l'autre bras.

« A nous deux. » il marmonna en direction du buisson de ronces, arme en mains.

Tony Ruiz allait vaincre la nature aujourd'hui.




hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Misha M. Sovleski
 Greenery
avatar

Messages : 217
Date d'inscription : 26/12/2013
Age : 23
Âge du personnage : 17 ans
Section : Greenery
Classe : H

MessageSujet: Re: make it everlasting • Misha   Lun 6 Juil - 9:19




Il était une fois dans un pays lointain un petit garçon qui avait presque toujours eu ce qu'il voulait. Un poney à l'âge de 4 ans ? Pas de soucis, le lendemain il était là dans le jardin. Un échiquier en verre pour ses 7 ans ? Sans problème, il était emballé et offert pour le jour-J. Et ainsi de suite jusqu'à ce que le jeune homme quitte le domicile familial. Aurait-il pour autant devenir un être prétentieux et pourri gâté qui caractérise tant les gens de cette classe sociale ? Aurait-il du être quelqu'un de détestable qui piquait une colère pour la moindre contrariété ? Il aurait effectivement pu. Force est de constater qu'il a globalement échappé à ce tempérament de feu qui l'aurait emporté à tout moment. Pour un bien, pour un mal, il n'arrive pas à le savoir encore aujourd'hui. Il avait eu l'opportunité d'apprendre à s'imposer, à être au dessus des autres. On lui avait donné une chance, il n'avait qu'à moitié su saisir la main qui lui avait été tendue au cours de son enfance.

Aussi, lorsque Tony lui avait dit de se taire comme ça au salon de thé, il n'avait pas vraiment su comment réagir autrement que de s'excuser et partir. Tony n'avait plus donné de nouvelles par la suite. Il allait revenir, cela semblait d'une évidence absolue. T&M ne pouvait exister sans T. Un duo ne peut se briser sous l'impulsivité de propos mal interprétés qui n'avaient conduit qu'à un malentendu selon la version du Sovleski. Pas sa faute quand même si Ruiz n'est pas foutu d'apprécier les plaisirs de la vie aromatisée, pas sa faute s'il n'a pas de tact car le mode d'emploi ne lui avait pas été offert auparavant. Mais c'est toi qui est parti, ne l'oublie pas. Une petite voix prenait plaisir à lui rappeler qu'à la base c'était lui Misha qui le premier avait quitté le salon de thé pour s'enfuir. Oui, s'enfuir. S'enfuir et se cacher dans la rue d'à côté. Et pleurer comme un enfant avec s'être fait disputer par ses parents. Un gros chagrin enfantin de celui qui se rend compte qu'il a fait un bêtise. Lorsqu'il eut enfin fini son paquet de mouchoir, il s'était décidé à retourner au salon de thé voir si Tony était encore là. Non. Il était partit. Pour Misha pourtant, ce n'était pas finit. Même 2 mois après, il se disait que tout redeviendrait dans l'ordre. Pauvre petit naïf.

Il avait erré plusieurs jours avant de se reprendre et d'ignorer royalement le monde. Il passait son temps dans la salle de musique ou au planétarium en guise de refuge lorsque Carter lui tapait sur les nerfs à jouer de la guitare inlassablement. Du coup, il suffisait que crétin Carter rentre dans la salle pour que Misha range son violon et se barre direct. Par un raisonnement absolument logique, au fond, tout était de la faute de l'abruti. Ouais. D'abord. S'il n'avait pas fait du mal à Effie et Avery, Tony et Misha n'auraient pas comploté contre lui. Ils ne seraient pas allés au salon de thé. Ils ne se seraient pas disputés, si on peut appeler ça une dispute. Et ils continueraient de se parler à l'heure actuelle.
Voilà.

Tout est la faute de Sidney.
Il faut toujours un coupable.

Ce fut donc par une chaude journée d'avril que son étui à violon sur le dos et vêtu d'un bermuda beige, d'une chemise hawaienne bleue et de chaussures en toile que le Sovleski avait pris la direction du planétarium qui avait également l'avantage d'être climatisé. Sauf que quelque chose l'avait intrigué sur le chemin. Un flot d'insulte toutes plus élogieuses les unes que les autres. Une douce voix tant familière qui les prononçait. Des bruits de sécateurs qui ne pouvaient qu'exprimer la hargne. Le garçon, curieux, fit un détour par la serre où il fut bien heureux d'être habillé aussi léger.
Et devant le spectacle qui se présentait à lui, il explosa de rire.



hrpg:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tony Ruiz
Ecume
avatar

Messages : 440
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 20

MessageSujet: Re: make it everlasting • Misha   Lun 27 Juil - 11:40



Il s'était efforcé de ne pas penser à Misha.
Penser à Misha, ça l'aurait forcé à repenser au salon de thé. Repenser à la dispute. Et inévitablement, réfléchir à qui avait raison dans cette histoire. Et il savait très bien que ça ne serait pas lui. Pourquoi ? Parce que face à Misha Sovleski, il avait souvent -toujours- tort. Et puis réfléchir, il aimait pas ça. Ni culpabiliser. Il avait toujours préféré faire la gueule, assez longtemps pour en oublier les raisons. Et le fait était, ça faisait un temps monstre qu'il n'avait pas parlé à Misha. Il se sentait un peu coupable, parfois. Mais qu'est-ce qu'il pouvait faire ? Se pointer comme une fleur comme si il ne s'était rien passé ? Il n'avait pas l'intention de s'excuser. Et si Misha ne le faisait pas non plus.. Et ben tant pis. Il avait pas besoin de lui. Parfaitement. Il avait plein d'autres amis.
…..

Le rire résonna comme un chant d'oiseau.

Il se tourna vers l'entrée de la serre. Les mains ensanglantées serrées sur un sécateur, de la terre collée jusqu'aux sourcils pour venir se mélanger à la sueur qui coulait de son front. Et devant lui, Misha. Tout frais, tout propre, son étui à violon sur le dos. En train de le regarder, et de rire.
Il fallait toujours qu'il creuse le contraste, pas vrai ?
C'est peut-être pour ça, au final, qu'il ne voulait pas s'excuser. Ne pas avoir tort. Pas face à lui, l'enfant blond et choyé. C'était stupide, pas vrai ?

« Ça te fait rire ? »

Il avait quasiment craché ces mots. Avec une agressivité presque froide, et un peu lasse. C'est vrai quoi. Il était fatigué ! Fatigué de l'ignorer pour une histoire de Carter et Avery et Effie et de thé vert aux milles saveurs de l'Orient ou je-ne-sais-quoi. Regard qui trucide.

« Tu veux prendre ma place, peut-être ? »

Peut-être que oui. Peut-être que Misha était capable de prendre soin de ces fleurs sans s'en foutre partout. Sans se couper, sans transpirer, comme si la chaleur n'était rien, et peut-être même qu'il se mettrait à chanter pour passer le temps. Hein, monsieur parfait ? Et puis avec ses pouvoirs magiques de Greenery, il allait faire revenir la serre à la vie ! Mettre un tout plein de couleurs et faire danser les fleurs, comme dans un Disney. Conneries.
Tony se retourna un peu trop brusquement et lança un regard chargé de haine à un petit buisson innocent (pas si innocent. y avait des épines).

« Ou alors t'es juste venu pour regarder ? »

Sûrement que Misha avait un jardinier, chez lui.




Dernière édition par Tony Ruiz le Lun 3 Aoû - 15:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Misha M. Sovleski
 Greenery
avatar

Messages : 217
Date d'inscription : 26/12/2013
Age : 23
Âge du personnage : 17 ans
Section : Greenery
Classe : H

MessageSujet: Re: make it everlasting • Misha   Sam 1 Aoû - 20:32




Il existe certaines personnes pour qui le monde n'est qu'une vaste blague qui les entoure, un truc dans lequel ils vivent sans vraiment comprendre pourquoi ils ont été envoyé dedans. Misha Mylan Sovleski est l'un d'entre eux. Ceux qui ne réfléchissent pas comme tout le monde, ceux qui croient dur comme fer que quelque chose de merveilleux va leur tomber dessus d'une seconde à l'autre. Ceux qui espèrent. Un quelconque signe serait à leurs yeux un symbole précis et Misha avait tendance à voir des signes un peu partout. Mais depuis qu'il avait rencontré Tony, il s'efforçait d'être normal et de ne pas croire tout et n'importe quoi. Dans un sens, Tony est le vieux sage dont il faut suivre la parole, ce fou déluré qui nous sauve de pétrin incroyable avec juste quelques mots, ce dégénéré qui au fond indique la lumière vers laquelle se diriger. Mais il ne le sait pas. Misha ne lui a jamais dit.
Ce n'est pas simple à dire voyez-vous, sans passer pour un idiot. Surtout pour le russe. Devoir expliquer à un j'm'en foutiste bagarreur qu'il est pas très loin d'être un rocher auquel on peut s'accrocher, c'est un peu comme se lancer d'un pont parce que quelqu'un l'a demandé, dangereux et non sans conséquences. Et puis c'est sans compter cette Liven Olsson qui s'acharne à lui dire qu'il est amoureux de Tony. Non. Il n'est pas amoureux. Enfin, pas consciemment en tous cas. Puis. Même. Ruiz c'est... C'est genre le super-héros des gamins, celui qu'on attend pas et qui débarque comme ça, qui sauve les gens et prend pas trop la grosse tête. Globalement, c'est ça, c'est l'image qui apparaît dans la tête de Misha lorsqu'il pense à Tony.

Pourtant en voyant son "ami" trempé de sueur, énervé à souhait, des mains légèrement ensanglantées, il avait chassé cette image de son esprit. Tony lui paraissait tellement vulnérable dans cet instant et c'est avant de se rendre compte qu'il avait explosé de rire. Puis il s'en voulu. Car rien n'allait s'arranger, il le savait maintenant.

« Ça te faire rire ? Tu veux prendre ma place, peut-être ? »

Visage froid, mots glacés.
Misha se renferme, il n'est plus ce garçon innocent, il sent dans sa gorge une boule se former. Voilà qu'il sent s'échapper les fragments de l'amitié, il voudrait pouvoir lever la main pour les rattraper mais il n'arrive même pas à se forcer à bouger le bras. Là, tout de suite, il aimerait laisser tomber son violon, serrer le poing, se diriger vers Tony, courir vers lui en fait, se planter devant, le frapper, et hurler. Hurler "Tu n'es qu'un crétin tu sais, mais ça me manque de trainer avec toi !". Lui balancer ses quatre vérités pour terminer par un "mais au fond, c'pour ça que je t'apprécie. T'es vraiment cool.". Sauf que voyez-vous, il y a une différence entre les films qu'on se fait dans sa tête et la vraie vie. Et Misha reste planté comme un manche à balai devant la porte, figé dans la peur d'avoir encore blessé son pote. Il n'est bon qu'à ça. Dire ou des trucs qui ne sont pas bien interprétés.

« Ou alors t'es juste venu pour regarder ? »

Non en fait j'ai juste entendu une voix mélodieuse insulter des jolies fleurs donc ma curiosité à guidé mes pas et je t'ai vu. Rien ne sort de la bouche du garçon qui a sa réponse toute prête en tête mais est incapable de prononcer autre chose que des "No... No...". Face à beaucoup de gens, il sait garder sa confiance. Puis Ruiz arrive et il se sent comme un insecte misérable dans un grand jardin.

"Pardon."

Peut être pas approprié. Mais prononcé.
Il est trop tard pour renoncer. Alors il se dit qu'il restera côté fenêtre tout seul jusqu'à la fin de l'année, que personne ne viendra voir le garçon bizarre qu'il est et puis voilà. Au pire il se mettra à côté de Jason. Il est pas méchant Jason, il est sérieux. Il parle pas beaucoup. Mais c'est mieux que rien. Ou Harmony, elle est gentille. Il devra juste éviter Beverly c'est un coup à se ridiculiser au plus haut point.

Du coup, le garçon fait demi-tour sans ajouter quoique ce soit. Il entend les coups hargneux de sécateur et se met à la place des plantes. Elles ne méritent pas ça, mais il n'a pas le coeur de les défendre aujourd'hui. Puis contrairement à beaucoup de Greenery, Misha n'a pas de don en rapport avec la terre, pas de connu en tous cas.

Et là le drame.
Il se tétanise. Il devine que les sécateurs ne coupent plus car il n'entend plus rien.

"To... To... Tony. Je. Je peux pas. Bouger. Elles. Sont. Devant. Moi."

Bien articuler. Garder son sang froid face à l'ennemi. Il sent les larmes monter automatiquement, la crise de panique arrive. Oh oui qu'il les déteste. Elles grouillent, elles s’immiscent partout, petites et fourbes. Elles sont organisées, malignes, et un jour domineront le monde à la place des Hommes. Rien que de savoir ça le dégoûte. Elles auront sa peau, juste à ses pieds, formant une petite autoroute.

"TONYYYYYYY !!!!!!!!" C'est une sorte de cri de fillette qui s'échappe de la bouche de Misha suivi d'un sanglot non réfréné. "Ya des fourmis devant moi, enlève leeeeeeees..........."



hrpg:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tony Ruiz
Ecume
avatar

Messages : 440
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 20

MessageSujet: Re: make it everlasting • Misha   Lun 3 Aoû - 17:14


« Pardon.  »

Pourquoi il s'excuse lui ?
Pourquoi il a l'air si fragile, avec les yeux braqués sur lui et le cœur au bord des yeux ?
Et pourquoi il peut pas avoir le courage, Tony, d'accepter ses excuses ? Voire de s'excuser lui-même ? De dire c'est bon maintenant, c'est oublié, je veux que tout redevienne comme avant ?
Non. Il continue à faire claquer son stupide sécateur pour charcuter un stupide buisson qui mérite sûrement beaucoup mieux. A lancer des regards foudroyants à n'importe quoi. Ses mains pleines de terre et d'épines. Les roses du buisson qui le narguent par leur perfection. Perfection. Tony vomit la perfection. Shlack. Une rose tombe sur le sol, décapitée. Elle n'avait pas qu'à pousser de travers.

Il meurt d'envie de se retourner. Y a deux voix qui se battent dans sa tête. La butée, la fière, qui se complaît dans la torture d'un massif de fleurs. Ne te retourne pas, Tony. Fais lui comprendre. Fais le attendre. Laisse le souffrir, un peu, il n'a jamais appris.
Et l'autre voix, qui hurle pour implorer son pardon. Elle est beaucoup plus jolie, cette voix, et Tony voudrait bien l'écouter, mais c'est jamais elle qui gagne, contre la rancune tenace.
Pourquoi il lui en veut, déjà ?
Parfois, il oublie.

Et puis.

« TONYYYYYYY !!!!!!!!  »

C'est la voix numéro deux qui se réveille, et saute sur l'occasion ; une excuse pour se retourner. Le super héros qui sommeil et qui fait volte face, prêt à venir au secours de son meilleur ami. Prêt à se battre contre des tueurs à gage, des fauves affamés, des plantes carnivores géantes. Foutus réflexes !

« Ya des fourmis devant moi, enlève leeeeeeees...........  »

Petite pause.
Une seconde de stupeur, d'abord, mêlée d'indignation. C'est pour ça qu'il a hurlé comme ça ? Pour ça, qu'il lui a fait briser son silence boudeur ? Pour ça qu'il allait voler à son secours sans s'accorder une seconde de réflexion ? Il se foutrait pas un peu de sa gueule, des fois ?
Et puis il voit le visage de Misha, proprement terrorisé, et ses larmes qui finissent par poindre au coin des yeux. Le ton geignard de sa phrase qui prend les accents d'un sanglot. Allons bon.

« T'as peur des fourmis ? »

Le ton est incrédule et toujours un peu boudeur. Et il s'en veut de poser la question, mais surtout, il s'en veut de ne pas l'avoir remarqué avant. Il est définitivement nul comme meilleur ami.
Il hésite, mais au final il ne peut décemment pas laisser Misha planté là. Alors il s'approche un peu brutalement. S'accroupit à coté du tas de fourmis qui grouille. C'est définitivement dégueulasse, en fait. Mais il ne va pas toutes les tuer, si ? Ce serait moche. Elles ont rien fait. Il se relève, empoigne un tuyau d’arrosage, et asperge doucement le tas, juste assez pour créer un courant et envoyer les fourmis nager plus loin. C'est un peu cruel, mais elles peuvent sûrement survivre, pas vrai ? (une fois le tuyau éteint, il se rappelle qu'il est censé maîtriser l'eau tout seul. trop tard)

« Voilà. »

C'est sec, et rude. Mais moins que tout à l'heure. Tony est un peu embarrassé. C'est officiel, il fait chialer tout le monde.

« Pardon. »

Miroir de celle de Misha, l'excuse est à peine murmurée, comme si elle lui brûlait les lèvres. Il ne fera pas mieux. Pas tout de suite. Mais c'est déjà ça. C'est déjà ça, juste en attendant que son ami se calme. Et pour l'instant, Tony reste debout, les doigts emmêlés. Fixant ailleurs que devant lui, pour ne plus avoir à dire quoi que ce soit.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Misha M. Sovleski
 Greenery
avatar

Messages : 217
Date d'inscription : 26/12/2013
Age : 23
Âge du personnage : 17 ans
Section : Greenery
Classe : H

MessageSujet: Re: make it everlasting • Misha   Lun 3 Aoû - 21:09




S'il avait pu ravaler son espèce de petit cri efféminé, c'est sans hésiter qu'il l'aurait fait. Cette voix envoyée dans les aigus, une voix qui ne lui correspond pas. Un moment qu'il n'a pas su contrôler. Sauf que trop tard, Tony l'avait entendu. Et en plus d'être terrorisé face à ces insectes, il allait devoir faire face à la honte que lui procurait cette peur. Vertige, agoraphobie, claustrophobie, il y a tant de frayeurs qui hantent les gens. Et lui, lui devait se coltiner la myrmécophobie. Evidemment, quitte à faire dans l'originalité, autant aller jusqu'au bout n'est-ce pas ? Il entendait déjà les clairons sonner "Mesdames et messieurs, merci d'accueillir Misha qui a peur des fourmis." Si après ça il retrouvait un tant soit peu de dignité, il ne saurait comment remercier ce retournement de situation.

« T'as peur des fourmis ? »

Et voilà, c'était couru d'avance. Demain les gros titres des journaux annonceront sa débilité lui qui est si fier de ses connaissances, il sera celui que tous les doigts moqueurs désignent. Le ton incrédule de Ruiz lui prouve bien à quel point il est ridicule en ce moment précis. Les fourmis. C'est si petit pourtant. Et tellement... Grouillant, infâme, vicieux, inoffensif et insupportable. C'est juste pas possible. D'ordinaire, il prend sur lui le garçon. Mais en cumulant le stress, la fatigue, la dispute, des conditions de vie déplorables et inhabituelles pour le jeune russe, rappelons le, il a montré une faille que nul n'avait jamais vu auparavant.
Il peut sentir dans tout son corps que ses muscles sont immobiles, incapables d'être autre que contractés. Le contact d'une larme le long de sa joue le chatouille légèrement avant qu'elle ne tombe et qu'il n'ait plus qu'une trace un peu salée sur le visage. Ses yeux suivent du regard son prétendu ami qui, fidèle au poste, a déjà mis son costume de super-héros et est passé à l'action.
Avant il y avait Batman, Superman, Captain America, Ant-man, Spider-man.
Maintenant, il faut ajouter Ruiz-man.

Il le voit s'emparer du tuyau d'arrosage et arroser délicatement l'autoroute de fourmis. Misha ne réagit même pas. Lui ce qu'il voulait, c'était ne plus les voir. Qu'elles soient mortes ou vivantes, peu importe. Du moment qu'elles ne sont plus dans sont champs de vision. Il n'aime pas tuer le blondinet, sauf les moustiques. Mais là c'est autre chose, la chasse aux moustiques.

« Voilà. »

Il n'entend qu'à moitié car son esprit est occupé à suivre le mince flot qui s'écoule un peu plus loin dans la pièce. Ne pas regarder. Regarder Tony. Ne pas regarder les fourmis. Tiens il s'est laissé pousser les cheveux. Ne pas regarder l'eau. Il n'avait pas cette cicatrice sur la tempe la dernière fois, il s'est battu ?

« Pardon. »

C'est comme un murmure, tout doux, qui effleure à peine les oreilles de Misha. Il la reçoit comme une proposition de paix, mais l'oublie directement. Il n'arrive pas à s'arrêter de trembler. Le garçon a l'impression d'être une feuille en pleine hivers. Il fait un imperceptible signe de tête, remerciement silencieux, avant de se rouler en boule et d'écraser une autre larme sur ses genoux. Il est faible, il doit l'avouer.  
Et là, une résistante qui n'a pas suivi le mouvement. Misha hurle de nouveau et dans un geste spontané souffle dessus pour qu'elle aille le plus loin possible. Il n'arrive pas à se contrôler, c'est plus fort que lui. Se rassurer. Il se balance légèrement, toujours replié sur lui-même. Après plusieurs secondes de silence, il trouve les mots.

"Merci. Je... J'ai la phobie des fourmis. Je ne peux pas les voir. Quand j'étais petit, je suis tombé dans une grosse fourmilière. Il y en avait partout sur moi, dans mes cheveux, sur mes mains, partout, partout. Partout. "

C'est vite expliqué, mais c'est suffisant. Parfois il ne faut pas chercher loin. Un traumatisme d'enfance, c'est radical.

"Alors... On est ami de nouveau ?"

Il plonge son regard bleu, regard d'amoureux dit-on, dans celui de son ami. Il y croit. Parce que malgré tout ce qui lui tombe dessus, Misha est trop optismiste pour le monde qui l'entoure. Et dans ses yeux, il dit tout ce qu'il veut. Et là, ce qu'il veut, c'est son meilleur ami. Son héro.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tony Ruiz
Ecume
avatar

Messages : 440
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 20

MessageSujet: Re: make it everlasting • Misha   Mar 1 Sep - 17:19


L'histoire des fourmis, ça fend un peu le cœur. Et de lui en colère, il reste que des miettes honteuses devant Misha qui avoue ses faiblesses à cœur ouvert. Tony n'avoue pas ses faiblesses. Tony préfère crever la bouche ouverte que d'avouer ses faiblesses. Tony chevalier servant n'a peur de rien et n'est jamais triste. Il fronce les sourcils et il pleure jamais. Il se contente d'essuyer les larmes avec ses pattes maladroites et ses mots grognons.

« Alors... On est ami de nouveau ? »

Tony a les joues qui s'empourprent et automatiquement, une main qui vient se plaquer sur la gueule. Devant les yeux. Pour ne pas voir ce crétin, parce que, franchement :

« Mais putain ! Comment tu peux- »

Comment il peut dire un truc pareil sans faire une combustion spontanée ? Avec autant de … de sincérité au fond des yeux, cet espèce de naïveté brillante et si profondément Misha ? C'est horripilant ! C'est affreusement gênant ! Tony voudrait s'enterrer plus bas que les racines du rosier pour ne pas avoir à répondre à cette question si niaise !
Et pourtant.
Est-ce qu'ils sont amis de nouveau ?

Hein, dis, Tony ?
Réponds pour voir ?

Un bruit frustré remonte de sa gorge et sa main glisse de son visage.

« Je sais pas ! Je sais pas, d'accord ?! »

Il a mélangé la terre et le sang entre sa main et son visage. Heureusement, il ne s'est pas giflé avec celle qui tenait le sécateur.

« C'est complètement con. J'suis complètement con. Et toi avec tes fourmis, je. Putain ! » eh, c'est bon Tony, tout va bien. Respire par le nez. « Je sais même plus pourquoi on s'est engueulés. Je sais même plus pourquoi on est amis. Est-ce qu'on devrait être amis, même ? Hein ? Pourquoi tu veux être ami avec moi ? Tu gagnes quoi, putain ? »

Le sécateur fait un grand geste circulaire, Tony désigne avec rage l'ensemble de sa personne. Et crie avec colère les trucs qu'il pourrait dire avec douceur.

Qu'est-ce que t'y gagnes, Misha, à être ami avec un mec comme moi ?
Qu'est-ce que tu gagnes, à part des emmerdes ?
Je suis un faire-valoir, pour toi, Misha ? Un point de comparaison ? Un moyen de briller en société en rabaissant ce qu'il y a à coté ? Et les cadeaux, alors ? T'y gagnes quoi, à faire le bon prof, à m'offrir des trucs chers et des pansements qui collent pas ? C'est pour ton image de bon samaritain ? J'ai pas de quoi te rendre la pareille, tu sais, Misha.
Les montres Rolex, c'est plus dans mon budget pour les cadeaux de Noël. J'ai tout dépensé en glaces à la chantilly, pour Effie.
Je sais même pas c'est quoi, du gaïwan.
Pardon.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Misha M. Sovleski
 Greenery
avatar

Messages : 217
Date d'inscription : 26/12/2013
Age : 23
Âge du personnage : 17 ans
Section : Greenery
Classe : H

MessageSujet: Re: make it everlasting • Misha   Sam 5 Sep - 17:16




Pourquoi.
Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi.
Pourquoi a-t-il fallu qu'il se dispute un beau jour avec Tony ? Pourquoi a-t-il fallu que comme par hasard, ça tombe sur eux, hein ? Pourquoi ?  
Misha n'a jamais rien demandé au monde, il est un bébé coccinelle qui se balade dans un champs de coquelicots. Un jour il y a eu Tony, puis un jour il n'y a eu plus rien. Et Misha est redevenu un bébé coccinelle pour finir en ce moment précis juste obnubilé par le moindre geste de son interlocuteur. La main sur le visage, c'est pas bon signe, hein ? C'est jamais bon signe une main sur le visage, même quand elle gratte un bouton. Parce que le bouton est dû au stress, donc c'est pas bon. Est-ce qu'il a des boutons Tony ? Il stress là, maintenant ? Un doute s'empare du garçon. Une main sur le visage, c'est aussi un geste désespéré. Tony est désespéré. C'est ça. Il ne sait pas comment lui dire qu'il ne veut plus le voir. Jamais.
Catastrophe.

« Je sais pas ! Je sais pas, d'accord ?! »

En plein dans le mille. S'il restait au petit russe une once d'espoir, elle venait de s'envoler allègrement dans les airs ; il n'essaya même pas de la rattraper. Depuis le début c'était courut d'avance. Depuis l'histoire des pansements roses à éléphants. Misha s'était toujours douté que c'était ça qui avait déclenché leur descente en enfer.
De la terre se mélange avec du sang sur le visage de Tony. Du sang sur son ami... Et il ne peut rien faire... Il voudrait courir à l'infirmerie, dévaliser la trousse à pharmacie, revenir au galop, sauter sur Ruiz et lui mettre des bandages partout. Le momifier pour qu'il ne se blesse plus jamais. Sauf que ses jambes maigrelettes refusent d'obtempérer, comme si elles savaient qu'une suite se préparait.

« C'est complètement con. J'suis complètement con. Et toi avec tes fourmis, je. Putain ! Je sais même plus pourquoi on s'est engueulés. Je sais même plus pourquoi on est amis. Est-ce qu'on devrait être amis, même ? Hein ? Pourquoi tu veux être ami avec moi ? Tu gagnes quoi, putain ? »

Il est énervé.
C'est ce que constate Misha. Et Tony énervé, c'est pas bon. D'abord la main consternée ; puis la colère. Aie aie aie... Mais Sovleski l'observe en fait avec une douceur soudaine. Il vient de se rendre compte d'un truc, quelque chose qui jusqu'à présent ne l'avait jamais percuté de plein fouet comme à présent. Un petit détail, innocent, mais intéressant. Jamais ô grand jamais il n'avait perçu son ami comme inférieur à lui. Non mais sérieusement, vous avez vu la dégaine du Misha ? Il ne sait pas accorder ses fringues même s'il prétend le contraire, il pige un mot sur deux d'une conversation normale, il a peur des fourmis et il a l'impression d'être un extra-terrestre. Vous trouvez ça normal vous ?
Une scène se joue dans sa tête, un passage de How I met your Mother. Barney et Ted, en pleine réconciliation. Que ferait Barney dans cette situation ? Que ferait Barney... Oui !!! Poussé par l'image mentale d'un Barney en train d'enlacer amicalement Ted, il fit de même et se jeta un peu au coup de Tony.

"Merci. Merci d'être mon ami, même si tu dis que tu sais pas si tu veux l'être moi je veux bien. Je suis un naze, je sais pas comment on fait des courses, je reste planté des heures devant ma lampe pour changer une ampoule et je suis pas capable de tenir une minute face aux brutes de l'école. J'arrive même pas à aller dans la serre sans hurler devant des fourmis. C'est toi le héros, pas moi. Moi, j'ai juste des pansements à offrir."

Oui, en fait, c'est ça qu'il a sur le coeur. C'est ça qu'il pense de Tony. Il faut qu'il sache. Il faut qu'il se dise qu'il n'est pas plus con qu'un autre, que oui les gens sont différents et que non Misha n'est pas mieux. Père a toujours prétendu que les Sovleski étaient supérieurs, mais le fils ne voyait pas en quoi. Il avait 2 jambes, 2 bras, un cerveau, tout normal. Rien de plus qui soit suffisant pour s'imposer. Peut être une classe naturelle et un charisme développé. Mais rien de dingue quoi.

"Faut que tu arrêtes de te dévaloriser, ça craint. T'es pas con tu sais. T'es juste un peu dérangé."

Dixit le plus décalé des deux mais c'est pas grave. Il est bien là, sa tête posée sur l'épaule de Tony. Deux amis qui se réconcilient, c'est beau, non ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: make it everlasting • Misha   

Revenir en haut Aller en bas
 

make it everlasting • Misha

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Test: Premier make-up
» Mes différents make-up P3
» Les make up de Lynxia (up du 8/12)
» [Galerie des make-up de Trashy-Doll] Tatouage
» Alice in Wonderland make up....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'Académie - Akuriru Gakuen :: 2ème étage :: Réserve et Serres-