AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 i am lost i am vain i will never be the same. without you.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sidney G. Carter
Ecume
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 16/10/2012
Age : 21
Âge du personnage : 18 ans
Section : ecume
Classe : h

MessageSujet: i am lost i am vain i will never be the same. without you.   Mer 23 Oct - 13:01



as long as you love me

Depuis plusieurs jours, plusieurs semaines, tu vivais ainsi, Sidney.
En double jeu.
Tu disais je t'aime à l'une, tu disais je t'aime à l'autre; et tu n'arrivais pas à mettre un semblant d'ordre dans ta vie sentimentale. Ils te paraissaient pourtant tellement cons, ces mecs dans les films, hésitant entre deux filles. Tu pensais "mais fonce, regarde c'est elle que t'aime le plus, pourquoi tu te décides pas bouffon ?" en mangeant du pop-corn et en buvant du Dr Pepper. Tu pensais que c'était pas si compliqué d'être honnête et droit. Tu pensais qu'être heureux, c'était faire les bons choix aux bons moments, toujours suivre ses envies et tant pis pour le reste. Tu n'avais pas imaginé une seconde qu'un jour, tu serais confronté à deux envies différentes, avec deux personnes différentes, pour deux bonheurs différents. Qu'est-ce que tu foutais, hein ? Avery c'était Avery, la seule pour qui tu ferais absolument tout. Mais Effie elle était si gentille. Si pleine d'amour, quand elle te regardait droit dans les yeux avec une douceur infinie. Comment aurais-tu pu te résoudre à la faire souffrir ?

« Putain de bordel de merde. Sidney Carter, t'es vraiment trop con mec. »

Et voilà que tu te mettais à parler tout seul.
Tu avais promis à Avery de l'emmener au karaoké, cet après-midi.
Et demain tu allais au parc avec Effie.
Et après-demain ? Après-demain, que ferais-tu ? Cette situation était dingue. Absolument dingue. La silhouette d'Avery approchant au bout du couloir ne t'arrangeait pas. Elle était toujours magnifique. Toujours. Pourquoi n'était-elle pas née moche comme un pou ou dédaigneuse ou stupide ou cruelle ? Oh Sidney, ton cœur devenait ouragan quand elle était là. Dis-moi.

Pourquoi avait-il fallu qu'elle naisse tellement elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Avery C. Standford
Ecume
avatar

Messages : 347
Date d'inscription : 16/10/2012
Âge du personnage : dix NEUF ans
Section : écume
Classe : h

MessageSujet: Re: i am lost i am vain i will never be the same. without you.   Mer 23 Oct - 14:07

NO MATTER HOW HARD I TRY I CAN'T ESCAPE THAT GAZE TONIGHT
Des étoiles pleins les yeux, des promesses en vrac pleins le cœur et la tête en pagaille, Avery ne pouvait s'empêcher de trouver les couloirs si familiers interminables, ses jambes tremblantes et ses propres pas presque hésitants. Elle sentait cette boule au fond de son ventre, elle avait ce regard impatient à chaque tournant, cet empressement qu'elle ne pouvait plus s'expliquer de le voir, de le toucher, de sentir qu'il était bel et bien là et non, ailleurs. Elle avait la tête qui lui tournait un peu, cette inquiétude, cet attachement soudain à des détails qui avaient toujours semblé insignifiants : de la couleur de son vernis à la moindre petite mèche de cheveux qui aurait le malheur de dépasser. Elle se voulait brillante, éblouissante, elle voulait le voir dans ses yeux, elle voulait qu'il se dise qu'il décrocherait toutes les étoiles dans le ciel pour elle.

Sidney. Sidney au bout du couloir, Sidney à quelques mètres et ses jambes qui ne veulent pas s'arrêter. Avery veut disparaitre, Avery veut partir dans l'autre direction et aller se terrer très profondément en haut, sur la lune. Tout semble soudain si compliqué, si important. Alors que tout avait été tellement simple avec Sid, comme deux enfants qui avaient échappé à l'emprise du temps. Avery sourit, de toutes ses dents, elle a peur et en même temps, elle aimerait courir vers lui pour ne plus jamais le lâcher. Elle aimerait lui répéter un million de je t'aime à cloche pied, lui mettre des barrettes dans les cheveux, se serrer contre lui en se disant que ça durera pour toujours.

« Saluut ! » L'adolescente se met sur la pointe des pieds pour l'embrasser, elle lui attrape les mains, il a l'air un peu inquiet, un peu bizarre alors elle essaye de sourire encore plus fort. Elle essaye de ne pas se dire que quelque chose cloche, que quelque chose ne tourne pas rond, que peut-être toute cette histoire était une erreur. Parce que Sidney lui a donné rendez-vous au karaoké, qu'il avait envie de la voir, elle, la gamine à la robe bleue. Elle rejette les pensées sombres comme elle peut, pour y penser un peu plus tard, au fond de son lit.

« Je suis contente de te voir...On y va? » Elle n'essaye de pas en faire trop, de ne pas le brusquer, elle ne veut pas l'embêter ou qu'il se fatigue déjà d'elle. C'est un peu confus, pas vraiment vrai, un peu faux. Elle ne sait plus vraiment, plus trop si elle doit être la gamine  un peu folle qui hurle au monde ses rêves de gloire ou la jeune fille rêveuse plus douce. Elle aimerait juste qu'on débranche son cerveau pour arrêter de penser.
Elle aimerait pouvoir agripper ce bonheur qu'on lui tend sans avoir peur que tout lui tombe sur la tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sidney G. Carter
Ecume
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 16/10/2012
Age : 21
Âge du personnage : 18 ans
Section : ecume
Classe : h

MessageSujet: Re: i am lost i am vain i will never be the same. without you.   Mer 23 Oct - 20:33



i don't wanna be your hero

Ce sourire qu'elle avait, si éclatant. Il t'éblouissait, te rendait ivre d'un amour que tu ne méritais pas. Elle avait l'air si heureuse de te voir ! Et toi aussi. Oh Sidney, toi aussi, tu étais si heureux de voir son visage. Mais il y avait cette ombre. Cette tâche sur le tableau. Cette conscience que tu avais que tu n'étais pas à ta place, que tu n'aurais pas dû être là. Les mains dans les poches, serrées en deux poings sévères, tu lui rends avec un demi-sourire ce salut qu'elle t'a lancé avec tout l'enthousiasme du monde. Si elle savait... Elle te mordrait sûrement avec ces dents qui rient de te voir. Elle te frapperait avec ces doigts qui te font un signe ravi. Elle te tuerait de ces yeux pleins d'amour.

« Je suis contente de te voir...On y va? »

Tu as encore le goût de ses lèvres sur les tiennes, et c'est effrayant de voir à quel point cette simple fragrance peut te faire tout oublier. L'espace d'une seconde, tout t'a paru être à sa place. Tu étais un garçon banal, ayant rendez-vous avez sa petite amie, la fille la plus extraordinaire de la Terre; son amie d'enfance bien sûr, le cliché le plus typique et le plus naturel du monde. Tu étais un garçon s'apprêtant à aller chanter toute l'après-midi et toute la soirée au karaoké sans se soucier des heures qui passent simplement parce que le temps avance miraculeusement plus vite quand il est avec elle. Tu étais un gamin jouant au prince et à la princesse, au héros et à la victime. Mais tu n'étais pas un héros, Sidney. Tu n'étais qu'un lâche.
Un lâche ouvrant la porte du karaoké et entraînant Avery avec lui dans sa mascarade.

« Ouais bien sûr. Tu veux chanter quoi ? »

Tu devais lui dire, tu devais lui dire MAINTENANT, Avery, Avery s'il te plaît pardonne-moi mais je n'ai pas pu rompre avec elle je n'ai pas pu dire la vérité j'ai été trop faible cette fois-là mais la prochaine fois promis je lui dis, promis, ne pars pas, ne me laisse pas, parce qu'au fond qu'est-ce que je deviendrais sans toi ? Je serais plus qu'un moins que rien abandonné comme un moins que rien. Et je t'aime. Je t'aime. S'il te plaît.

« Ils ont même les nouvelles chansons j'crois. »

Mais tu n'étais pas un héros, Sidney.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Avery C. Standford
Ecume
avatar

Messages : 347
Date d'inscription : 16/10/2012
Âge du personnage : dix NEUF ans
Section : écume
Classe : h

MessageSujet: Re: i am lost i am vain i will never be the same. without you.   Jeu 24 Oct - 10:01

BUT HERE I GO, IT'S WHAT I FEEL AND FOR THE FIRST TIME IN MY LIFE, I KNOW IT'S REAL
Avery sentit la porte de la salle se renfermer sur eux, ses doigts toujours entremêlés dans ceux de Sidney, un peu plus grands et longs : il y avait tous ces petits détails qui lui sautaient soudain aux yeux, ces insignifiances auxquelles elle n'avait jamais prêté attention. Parce que Sidney c'était juste Sidney, quelque chose qui ne changerait jamais mais, maintenant, c'était tout, c'était le bonheur aux creux du cœur quand elle regardait le plafond la nuit, les rires échangés aux coins des couloirs, c'était son nom qui la faisait bondir sur ses pieds, la mettait soudain dans des états qu'elle n'avait pas imaginé avant. Maintenant, il lui faisait tourner la tête à une vitesse incroyable et le cœur et l'estomac de jolis mots, d'un bonheur interdit qu'elle voulait serrer contre elle et ne plus jamais laisser partir loin.

L'adolescente se pencha sur la liste des chansons proposées, laissa courir son doigt sur les différents titres en caractères noirs avant de se décider : elle n'avait pas chanté pour Sid, seulement et uniquement pour lui, depuis longtemps. Elle chantait pour le groupe, elle chantait pour le public, dans la rue, dans sa chambre devant son miroir, dans la salle du club de musique, dans les couloirs, dans les salles libres qu'ils pouvaient trouver pour répéter et même parfois, dans le parc. Mais, aujourd'hui, elle allait le regarder droit dans les yeux, sentir son cœur se dérober et chanter comme s'il était le seul au monde.

« Before I fall too fast, kiss me quick but make it last [...] » Entonna-t-elle, en se balançant d'abord timidement puis, avec plus d'assurance en rythme, en agrippant lentement le micro avec plus de fermeté, alors qu'elle plongeait ses iris sombres dans ceux de Sid. Oh. Avery, elle pourrait faire le tour du monde maintenant, dessiner un ciel pleins d'étoiles au-dessus de leurs têtes, remplir leur monde de jolies choses pour que jamais, non jamais, tout cet amour au fond d'elle ne s'en aille, que le petit garçon et la petite fille à la robe bleue restent pour toujours main dans la main.

« [...] If this is love, please don't break me. I'm giving up so just catch me...» Les notes moururent lentement dans l'air en même temps que la mélodie, elle esquiva un nouveau sourire, cette fois un peu plus hésitante, timide que les autres fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sidney G. Carter
Ecume
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 16/10/2012
Age : 21
Âge du personnage : 18 ans
Section : ecume
Classe : h

MessageSujet: Re: i am lost i am vain i will never be the same. without you.   Ven 1 Nov - 20:46



next time i'll be braver

Tu la fixais ; encore, toujours. Tu aurais pu la regarder toute ta vie. Passer ton temps à l'observer, à contempler à l'infini ces détails que tu connaissais déjà par cœur. Tu suivais son doigt parcourant la liste des chansons. Tu caressais ses joues roses. Tu tentais d'apercevoir ses iris noisettes derrière ses cils clairs. L'instant était parfait. Et puis, comme à chaque fois, le visage d'Effie t'apparaissait et tout ton enthousiasme retombait comme un soufflé sortit du four.
Suivant le mouvement, tu te laissas tomber lourdement sur l'un des canapés proposés.

« Before I fall too fast, kiss me quick but make it last [...] »

Elle avait commencé à chanter sans même que tu te rendes compte ; et elle avait planté ses yeux dans les tiens si vite que tu n'avais pas pu t'esquiver. Toute la gêne et toute la joie du monde se retrouvaient mélangées dans ton esprit, sans que tu saches où foutre ce bordel. Si tu continuais à garder cet air ahuri, Av se rendrait sûrement compte de quelque chose. Elle se rendait toujours comme de tout. « C'est parce que je te connais mieux que personne ! » claironnait-elle si souvent. D'habitude ça te faisait sourire. Là tu avais juste monstrueusement envie de te cacher. Alors tu pris un air un peu bête, avec ce sourire de gamin que tu savais si bien faire, et tu te concentras sur les paroles. Tu te concentras sur l'air de cette chanson que tu connaissais à peine. Tu regardas ses doigts fragiles agrippant le micro, tremblant un peu d'abord puis prenant de l'assurance au fil du rythme. Et puis tu te rendis enfin compte du temps qui s'était écoulé depuis la dernière chanson qu'elle avait chanté pour toi. Juste à toi. Pas en étant malade et en délirant. Pour de vrai. Quand vous étiez plus jeunes, elle te chantait toujours des chansons. Elle chantait parce qu'elle disait que c'était toute sa vie et toi tu la regardais avec tes grands yeux noirs en rêvant de lui dire que toute ta vie à toi, c'était elle.

« [...] If this is love, please don't break me. I'm giving up so just catch me... »

Il y avait cette boule dans ta gorge comme si tu allais vomir. Vomir d'amour. Quelle classe tu avais, Sidney. Elle te regardait avec son sourire étrangement timide, attendant ta réaction, et toi tout ce que tu pensais c'était qu'il te faudrait peut-être rejoindre les chiottes bientôt. Rejeter toutes tes tripes dans la cuvette. Faire le vide en toi. Et puis au final, voir ce qu'il pourrait rester d'un mec aussi pourri.

« C'était magnifique Av. Tu chantes toujours aussi bien. J'suis sûr qu'un jour tu seras une putain de chanteuse connue partout. »

Ton sourire pas droit, tes mots trop bien choisis, tes pensées qui ne sont pas tout à fait là. Tu as l'impression que tout en toi crie que tu n'es qu'un sale connard manipulateur. Un menteur comme tous ceux que tu méprises au-dehors. Alors tu te lèves vite vite, et tu la fais asseoir vite vite, et tu attrapes une guitare dans un placard vite vite. Toi tu sais pas très bien chanter, alors tu te vois pas faire du karaoké. Mais y'a quelques chansons comme ça que tu connais. Alors avec ta gratte pour te cacher, ça devrait passer.

« Bon à mon tour ok ? »

Tu respires à fond, tu poses tes yeux sur les cordes ; tu cherches dans ta mémoire l'air qui pourrait le mieux traduire ce que tu ressens en ce moment. Comment lui expliquer sans lui faire de mal. Comment lui dire sans qu'elle ne comprenne vraiment. Mais c'est peut-être trop compliqué pour toi, tout ça. Tant pis. Encore une fois, tu feras ce qui pourrait lui plaire à elle, sans affronter ce que tu voudrais dire toi.

« Do you hear me ? I'm talking to you, across the water across the deep blue ocean... »

Un duo tout seul.
Cette manie que tu avais, de prendre toujours plus que ce que tu pouvais, sans doute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Avery C. Standford
Ecume
avatar

Messages : 347
Date d'inscription : 16/10/2012
Âge du personnage : dix NEUF ans
Section : écume
Classe : h

MessageSujet: Re: i am lost i am vain i will never be the same. without you.   Lun 11 Nov - 12:02


ALL I WANT TO KNOW IS CAN YOU COME A LITTLE CLOSER ?
« C'était magnifique Av. Tu chantes toujours aussi bien. J'suis sûr qu'un jour tu seras une putain de chanteuse connue partout. » Ils l'avaient dit un million de fois, ils l'avaient rêvé, imaginé, écrit sur les murs de la chambre au papier peint rose et pourtant cette fois-ci, Avery avait senti son cœur manquer un battement, ses joues rosirent, baisser les yeux avec une soudaine timidité. Et elle aurait pu chanter toute l'éternité juste pour l'entendre dire que c'était magnifique, elle aurait pu s'il avait demandé, main dans la main à chantonner toutes les chansons du monde, juste tous les deux. Elle eut ce bref éclat de bonheur, mi-gêné, mi-euphorique.

Il y a quelque chose d'un peu bizarre pourtant aujourd'hui, peut-être que c'est tous ces sentiments en pagaille dans sa tête qui font du remue-ménage à l'intérieur, peut-être que Sid c'est pareil, peut-être que c'est juste pour ça qu'il a cet air un peu crispé, un peu fuyant et qu'il a l'air un peu pressé. Peut-être que ce n'est rien, alors, elle fait son plus grand sourire quand il a la fait asseoir, le regarde en l'encourageant et se cache les yeux derrière ses mains pour ne pas voir, que son conte de fée est en train de se casser, de se fissurer.

« Do you hear me ? I'm talking to you, across the water across the deep blue ocean... » Un sourire, toujours, niaisement collé aux lèvres quand elle reconnaît l'air sur les cordes, elle l'observait avec son air concentré et c'était comme s'il portait quelque chose d'énorme sur les épaules. Et là, tout de suite, Av, la seule chose dont elle a envie c'est de le voir sourire pour de vrai, un vrai sourire comme quand ils avaient neuf ans et qu'ils se partageaient la plus grosse barbe à papa de leur vie. Ce sourire franc, vrai, qu'elle avait appris à connaître, à chérir comme un trésor. Av, elle aimerait pouvoir porter un peu de ce qui lui trottait dans la tête, trouver une solution miracle et lui dire qu'ils n'ont pas à avoir peur parce qu'ils seront tous les deux, lui répétant en tournoyant que tout irait bien, pour toujours.

« Under the open sky, oh my, oh baby I'm trying... » Entonna la jeune Standford à sa suite, se levant en même temps pour s'asseoir à côté de lui : c'était une chanson pour deux après tout. Elle s'installa contre lui, secouant lentement la tête en rythme. Elle était là, comme elle avait toujours été là depuis que le petit garçon avait écrasé le pied de la petite fille, ou peut-être cela avait été l'inverse, peu importe parce qu'il ne s'était plus jamais quitté depuis ce petit jeu de gamins. Cap ou pas cap. Il était là, et pourtant c'est comme s'il était coincée sur la Lune à des milliers de kilomètres de lui.

« Boy, I hear you in my dreams, I hear your whisper across the sea, I keep you with me in my heart...» Les questions restèrent coincées au fond de sa gorge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sidney G. Carter
Ecume
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 16/10/2012
Age : 21
Âge du personnage : 18 ans
Section : ecume
Classe : h

MessageSujet: Re: i am lost i am vain i will never be the same. without you.   Ven 20 Déc - 19:07



i'll be the one you won't forget

Tu chantes faux, Sidney. C'est une des principales raisons pour lesquelles tu t'es, depuis longtemps, assigné à ta basse. C'est beaucoup plus rassurant de se faire saigner les doigts sur les cordes que d'essayer de sortir une note juste. On ne peut pas se cacher quand on chante. Et puis tout le monde regarde toujours le chanteur du groupe, tout le monde y fait attention et tout le monde l'adore. Alors que toi, tu veux juste qu'on te foute la paix et qu'on t'oublie. Ça te fait flipper, l'idée même d'avoir des responsabilités dans ce monde, aussi infimes soient-elles. C'est pour ça que t'as laissé Avery sur le devant de la scène. On aurait pu penser que c'était de la pure générosité de ta part ; tu sais qu'elle aime se faire remarquer et tu veux lui faire plaisir. Mais en réalité, tu es juste lâche. Monstrueusement lâche.

« Under the open sky, oh my, oh baby I'm trying... »

Elle entonne la suite de la chanson de son air candide, et tu la laisses faire sans même ciller. Tu te concentres sur tes cordes tandis qu'elle s’assoit à tes côtés, balançant doucement la tête. Tu écoutes les paroles de cette mélodie stupide et sirupeuse, tu accélères le rythme, tente d'oublier tes murmures d'une fausseté incomparable franchissant la barrière de tes lèvres de temps à autre, te trompe d'accord pour voir si cela change quelque chose au cours de l'histoire. Mais rien. Avery continue de chanter comme si de rien était, et toi tu continues de jouer avec ce visage sérieux qui ne te ressemble pas. Quelque chose cloche. Tu sais que quelque chose cloche. Tu sais même exactement ce qui cloche.
Et tu comprends soudain que ça ne peut plus durer.

« And so I'm sailing through the sea, to an island where – Av faut que j'te dise. »

Tu arrêtes la musique, tu arrêtes les paroles, tu arrêtes tout. Parce que ça ne va pas, parce que ça n'allait déjà pas quand vous êtes entrés dans cette pièce ridiculement petite, parce que ça n'ira jamais tant que tu n'auras pas balancé ce que tu as sur le cœur. Parce qu'il y a, dans cette pièce, le fantôme de celle qui t'aime si fort et si loin. Et poursuivre ainsi une seconde de plus te donne envie de vomir.
Alors tu tournes la tête vers la jeune Standford, tu caresses des yeux ses cheveux clairs, tu dis presque au revoir à ses prunelles noisettes.

« J'ai pas dit à Effie, pour nous. J'l'ai vue au café mais j'ai pas réussi à lui dire. Elle avait l'air tellement contente d'me voir que ça m'a paralysé, et j'suis sincèrement désolé mais j'veux pas lui faire de mal non plus. »

Et soudain, tout l'air qui restait bloqué dans tes poumons, toute l'angoisse qui te soulevait le cœur, tout le dégoût que tu éprouvais pour toi-même ; tout ça, tout ça fout le camp d'un coup. Tu connais la suite, tu sais qu'elle va probablement te haïr, te frapper, pleurer, te crier que tu n'es qu'un con. Mais pour la première fois depuis des semaines, Sidney, tu es satisfait de ce que tu as fait. Pour la première fois depuis des semaines, Sidney, tu as été honnête. Et tu continues sur ta lancée, parce que c'est tellement, ô tellement agréable d'enfin dire la vérité ; aussi difficile et morne soit-elle.

« C'est pas de sa faute toute cette histoire, t'sais. Je te jure sur tout ce que j'ai que c'est toi que j'aime. Je t'ai toujours aimé. Depuis la fois à l'école, où t'avais ta robe bleue et où tu m'avais foutu un putain de coup de pelle. C'est juste qu'il m'faut plus de temps. Pour trouver comment lui dire. »

Tu te tais une seconde, une seule seconde ; assez de temps pour qu'elle comprenne ce que tu viens de dire mais pas suffisamment pour qu'elle réagisse.

« Pardon, Av. »

Pardon d'être un si beau connard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Avery C. Standford
Ecume
avatar

Messages : 347
Date d'inscription : 16/10/2012
Âge du personnage : dix NEUF ans
Section : écume
Classe : h

MessageSujet: Re: i am lost i am vain i will never be the same. without you.   Dim 22 Déc - 19:08

BECAUSE YOU ARE THE PIECE OF ME I WISH I DIDN'T NEED ♥
Sidney et son air sérieux, trop sérieux avec ses sourcils qui lui pèsent sur les tempes, ses lèvres qui pendant et ses yeux nuits qui ont perdu leurs étoiles, Sidney il lui fait un peu peur. Il a arrêté de chanter et c'est comme s'il allait ouvrir une porte qu'il avait gardé à clé et qu'elle avait fait mine de ne pas voir, ce vague sentiment que les rouages de l'Univers s'étaient mis à tourner à l'envers qu'elle avais mis de côté. Elle n'est plus sûre de vouloir savoir, Av, elle aimerait fermer ce verrou, se boucher les oreilles de ses mots doux, s'étouffer de Lui, du goût de lui, de son sourire, de l'odeur de ses cheveux, à s'en perdre dans trop de Lui pour oublier, pour ignorer même la Lune.

« J'ai pas dit à Effie, pour nous. J'l'ai vue au café mais j'ai pas réussi à lui dire. Elle avait l'air tellement contente d'me voir que ça m'a paralysé, et j'suis sincèrement désolé mais j'veux pas lui faire de mal non plus. »  Ses lèvres tremblèrent légèrement, d'un mouvement à peine perceptible, tandis que ses doigts s'agrippèrent à la robe spécialement choisie pour l'occasion, quelques mouvements de cils pour contenir les larmes qui ruineraient le maquillage soigneusement appliqué et le monde tourne, tourne, tourne comme une danseuse, il valse, son cœur lui remonter par l'estomac et sa tête se vide, un ballon d'air, de rien. Le sol pourrait se dérober sous ses pieds et les murs fondrent sous les braises ardentes, le monde pourrait hurler à l'agonie de ses derniers instants, elle ne pourrait pas détacher son regard du visage si familier d'un inconnu, incapable d'esquiver le moindre mouvement.

« C'est pas de sa faute toute cette histoire, t'sais. Je te jure sur tout ce que j'ai que c'est toi que j'aime. Je t'ai toujours aimé. Depuis la fois à l'école, où t'avais ta robe bleue et où tu m'avais foutu un putain de coup de pelle. C'est juste qu'il m'faut plus de temps. Pour trouver comment lui dire. » Oh Sid, arrête, arrête. Arrête tout. Mais rien ne sort, que ses doigts qui se crispèrent, son expression qui se déforma en une grimace douloureuse d'une dignité déjà un pied à terre. Elle aimerait le faire taire si fort, parce que chaque mot sonna comme une lame qu'on enfoncerait plus profondément, chaque instant de cette expression désolée résonne à l'intérieur, et elle tient, sur la pointe des pieds pour retenir cette chute qui semble inévitable.

Il ne lui a pas dit.

Et ça lui revient à la figure : le plus beau coup de sa vie. Elle se sentait marin luttant dans la tempête, soldat contre une armée, homme contre le destin, petite chose qui se battrait en vain contre quelque chose qui le recouvre, l'enveloppe déjà. Elle, l'intruse, la seconde, la meilleure amie qui n'aurait pas dû être là, Elle qui avait cru que ça aurait pu marcher et que Sidney, c'était le seul, l'unique, qui serait toujours à elle. Mais, Sidney il appartenait déjà à une autre, même à moitié, et Sidney, il ne pouvait pas se découper en deux.

Avery se leva sur ses jambes qui ne tiennent plus. Aujourd'hui, elle avait rendez-vous avec Sidney, elle s'était faite jolie pour qu'il lui dise qu'il n'y avait qu'elle, encore et encore, elle avait des papillons dans le ventre et dans la tête, elle allait l'embrasser une centaine de fois et puis, ils iraient arpenter les rues un peu trop froides, compter les nuages et rêver des étoiles comme des enfants. Ce serait le plus jour de sa vie, un des très nombreux plus beaux jours de son existence avec lui, à s'enivrer de trop s'aimer. Oui, le plus beau de sa vie...

Son poing s'écrasa sur le nez du garçon, avec toute sa force de gamine qui ne pouvait plus marcher droit, d'enfant en désordre.

« ET MOI SID ? MOI JE SUIS QUOI ? MOI JE...TU AS LE DROIT DE ME LE DIRE ? MOI J'PAS MAL PEUT-ÊTRE ?  MOI TU M'AIMES TELLEMENT QUE TU TROUVES COMMENT LE DIRE HEIN ? C'EST DE L'AMOUR, TOUT L'AMOUR DU MONDE PUTAIN. ON M'A JAMAIS AUTANT AIME ALORS ! J'EN AI DE LA CHANCE ! TELLEMENT DE CHANCE HEIN SID ? » Elle hurle, elle crie, elle pleure et elle continue, tout se perd, s'embrouille dans un méli-mélo de mots : sale con, va te faire foutre, je te déteste, abrutit, connard, pourquoi, va te faire voir, jette-toi sous les roues d'une voiture, je ne veux plus te voir, je te hais, je te hais, je te hais...j'ai mal. Mal à en sentir mon cœur sur le point d'exploser dans ma poitrine pour partir en orbite autour de la terre. Et nos promesses et nos je t'aime, et nos il n'y a que toi, c'était du vent aussi ? Du vent comme tout le reste qui va s'envoler dès que je fermerai les yeux ?

« JE SAIS MÊME PAS CE QUE TU VEUX, CE QUE TU FOUS MERDE ! »

Moi, Sid, je ne peux pas, je ne suis pas assez forte.

pour.

toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sidney G. Carter
Ecume
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 16/10/2012
Age : 21
Âge du personnage : 18 ans
Section : ecume
Classe : h

MessageSujet: Re: i am lost i am vain i will never be the same. without you.   Mer 25 Déc - 19:06



on s'était dit des choses

Tu savais qu'elle le prendrait mal. Un imbécile aurait deviné qu'un tel aveu ne serait pas suivi d'un simple « oui bien sûr, pas de problème, je comprends ». Ce n'était pas le genre d'Av de toute façon. C'était pour ça que tu l'aimais, d'ailleurs. Parce qu'elle était fonceuse, battante, prête à tout pour atteindre ses objectifs. Un peu bordélique, jamais à court d'idées folles, toujours infiniment adorable. La première à élever la voix pour s'indigner.
Tu vois son sourire s'éteindre et ses yeux prendre une teinte étrangement floutée. Ton cœur, un instant heureux d'avoir été honnête, se serre. Tu te souviens à présent les raisons de ton hésitation. Tu sais pourquoi tu as mis autant de temps avant de baisser les armes. Tu sais. Tu sais.

Tu ne voulais pas avoir à affronter ce regard.

Oh Avery. Tu voudrais lui dire. Tu voudrais lui dire que tu es désolé, mille fois désolé ; Av tu sais qu'il n'y a que toi – mensonge.
Le problème est bien là.
Il n'y a pas qu'elle.
Et toi tu n'es qu'un connard Sidney, un égoïste, qui veut sortir avec l'une tout en embrassant l'autre. Tu te caches derrière ton armure de petit soldat qui ne veut faire de mal à personne, qui veut sauver tout le monde. Au final, tu détruis tout. Comme un gamin, un sale gosse qui n'aurait pas conscience des choses autour de lui. Tu agis en pensant bien réfléchir ; mais tu ne comprends rien. Tu es une arme de destruction massive. De victime, tu te fais bourreau, sans même être capable de t'en rendre compte.

Tu la vois se lever sur ses jambes tremblantes – elle est si fragile. Tu l'oublies parfois. A force de l'entendre rire, chanter, hurler, tu ne te rappelles plus qu'elle est aussi capable de pleurer. Tu oublies. Ça ne devrait jamais pouvoir oublier, un garçon. Ça devrait toujours être là, à l'écoute. Ça devrait pouvoir comprendre ce que les filles cachent et taisent dans un demi-sourire ; un demi-soupir. Ça devrait. Mais ça n'est pas. Et tu es comme les autres, Sidney.
Le poing qui s'abat sur ton nez est tellement mérité qu'il ne t'étonne même pas.

« ET MOI SID ? MOI JE SUIS QUOI ? MOI JE...TU AS LE DROIT DE ME LE DIRE ? MOI J'PAS MAL PEUT-ÊTRE ?  MOI TU M'AIMES TELLEMENT QUE TU TROUVES COMMENT LE DIRE HEIN ? C'EST DE L'AMOUR, TOUT L'AMOUR DU MONDE PUTAIN. ON M'A JAMAIS AUTANT AIME ALORS ! J'EN AI DE LA CHANCE ! TELLEMENT DE CHANCE HEIN SID ? »

Tu fermes les yeux ; comme toujours ; comme un imbécile. Ne pas voir, ne pas savoir, ne pas comprendre, ne pas souffrir. Il y a ton nez qui saigne et qui doit tâcher tes lèvres, ton menton, ton tee-shirt. Mais tu t'en fous. Chacun de ses mots te heurtent plus violemment que le précédemment ; plus violemment que son coup de poing. Excuse-moi, Av. Excuse-moi. Pardon. Désolé.
Ça ne suffit plus, les excuses.

« JE SAIS MÊME PAS CE QUE TU VEUX, CE QUE TU FOUS MERDE ! »

Toi non plus.
Tu ne sais pas.
Avant tu savais. Avant tu étais sûr de toi. Avant, quand tu ne sortais pas encore avec Effie, quand la seule et l'unique sur Terre c'était Avery, quand les seules fois où tu déprimais dans ta chambre c'était par sa faute, quand vous vous faisiez des promesses main dans la main comme des amis un peu amants. Quand vous vous disiez de jolies choses, des choses que tu gardais pour toi, en cadeau, en souvenir, en attendant le jour où, enfin, elle serait à toi. Avant que tu ne foutes tout en l'air. Tu aurais dû l'attendre. Tu t'étais dit ça quand t'étais gamin ; tu t'étais dit qu'il n'y aurait qu'elle, que c'était sûr, qu'il ne pouvait pas y en avoir une autre, et que tu l'attendrais toute ta vie. Toute ta vie. Même si elle se mariait, même si elle couchait avec un autre, même si elle te laissait tomber ; ce serait elle.
Mais tu as oublié ça, une fraction de seconde, comme tu as oublié qu'Avery était capable d'avoir mal elle aussi, comme tu as oublié que ce n'était pas un de tes stupides jeux vidéos cette histoire. Tu as oublié. Tu as dit oui à Effie.
Maintenant il y a quelque chose de cassé à l'intérieur de toi. Quelque chose de cassé à l'intérieur d'elle.
Tu es une arme de destruction massive ; tu ne le sais même pas.

Tu rouvres les yeux pour les poser sur ceux d'Av – quel courage. Av. Ce surnom affectueux. Ce surnom que tu te répétais en boucle certains soirs. Ce surnom que tu lui as donné aussi naturellement que possible, comme elle t'appelle Sid, ou Disney, ou Abruti. Tu n'es plus sûr de pouvoir continuer à l’appeler comme ça. Qui es-tu pour le faire ?Peut-être qu'elle te déteste. Toi tu l'aimes. Tu l'aimes à la folie, à en devenir dingue, à t'en tailler les veines. Mais il y a aussi Effie, que tu aimes à décrocher une étoile. Et cette étoile, minuscule, bouscule tout.

Tu voudrais lui dire – quoi ?. Tu voudrais savoir trouver les mots. Tu voudrais être quelque chose d'autre que ce nul qui se tient assis devant elle, le nez en sang. Tu voudrais arrêter de la regarder de cet air imbécile. Mais tu ne sais pas. Tu ne sais jamais. Tu ne peux plus t'excuser. Tu ne peux plus lui dire je t'aime. Tu ne peux plus lui expliquer.
Elle a compris, Avery ; mieux que toi.

Et plus tu te tais, plus elle te hait.
Mais ça non plus, tu ne sais pas.

Évidemment.

HRP : en effet ce post est inutile et incompréhensible. j'ose juste pas me relire i'm kinda sorry. 8DDD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Avery C. Standford
Ecume
avatar

Messages : 347
Date d'inscription : 16/10/2012
Âge du personnage : dix NEUF ans
Section : écume
Classe : h

MessageSujet: Re: i am lost i am vain i will never be the same. without you.   Jeu 26 Déc - 21:09

MAYBE WE'RE TRYING, TRYING TOO HARD
Et Av cria encore plus fort, elle hurla à s'en couper net les cordes vocales et s’époumonait contre lui. Elle déversait ses mots à son visage, les vomissait sur le sol sans pouvoir s'arrêter. Il lui semblait qu'elle aurait pu lui lancer à la figure chaque objet qui se trouvait dans la pièce à la mémoire de chaque souvenir, frapper les murs jusqu’à ce qu'ils cèdent, enfoncer la porte, le prendre par les épaules et secouer de toutes ses forces comme un pantin, le frapper encore pour chaque mot qui tranchait comme une lame de rasoir. Pourtant, il n'esquiva pas le moindre mouvement. C'était le néant, le vide, le silence, le rien. Il restait assis, le nez sanguinolent, à la regarder de cet air un peu piteux et désolé de coupable sans esquiver le moindre mouvement, le moindre mot comme figé dans le temps. Il restait là à la voir s'évertuer, s'étouffer, brûler, agoniser sous tout ce qui la prenait à la gorge, l’assaillait de l'intérieur et s'enfonçait comme dans sa chair. Et elle crie pour combler ce silence qui l'angoisse.

Lentement, Avery recula jusqu'à la porte de la salle devenue presque oppressante et s'y appuya, le corps soudain lourd et les jambes toujours tremblantes. La voix est morte dans sa gorge. Les larmes ont creusé de longs sillons noirs le long de ses joues. Elle s'est arrêtée à bout de souffle, le cœur qui explose, à bout de forces. Elle a mal à la tête, ça tourne, ça tangue comme sur un bateau, elle a l'estomac tout noué et la nausée, elle sent qu'elle va bientôt tomber et ne jamais s'arrêter. A présent, l'adolescente fixe le sol pour éviter de croiser ces traits si familiers devenus inconnus qu'elle ne peut plus supporter, de trop les aimer malgré elle à s'en crever de l'intérieur.

Elle attrapa ses affaires, la tête toute embouteillée de pensées de travers, toujours sans lui lancer un regard. Quelque part, elle attend encore un mouvement, un mot qui pourrait au moins lui faire tourner la tête, quelque chose d'autre que ce silence qui persiste. Mais, Sidney ne dit rien comme il n'a jamais rien dit à Effie. Il reste sur sa chaise comme il est resté tout le long à regarder, à attendre peut-être quelque chose, sans rien faire, hésitant pour l'un puis pour l'autre puisqu'il pouvait avoir les deux. Les deux, hein Sid ? Av, elle ne pourra jamais sourire assez fort pour faire comme si tout allait bien quand rien ne va plus alors encore une fois, elle prend la porte en se disant que peut-être, sûrement c'est la meilleure chose à faire. Av, elle est fatiguée d'attendre et des illusions, le faux ne lui suffit plus, fermer les yeux et se convaincre n'est pas assez maintenant qu'elle sait.

Avery poussa la porte, s'arrêté un instant sur le seuil, se retourna une dernière fois, remua les lèvres comme si elle cherchait quelque chose à ajouter, se ravisa et détourna les talons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sidney G. Carter
Ecume
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 16/10/2012
Age : 21
Âge du personnage : 18 ans
Section : ecume
Classe : h

MessageSujet: Re: i am lost i am vain i will never be the same. without you.   Ven 27 Déc - 21:38



on n'imagine jamais très bien

C'était le monde qui s'écroulait sous toi, sans que tu puisses le retenir.
C'était tout ce dont tu avais toujours rêvé qui s'envolait vers d'autres cieux.
C'était un conte sans fin miraculeuse, un vrai conte ; pas un conte de fée mais un conte cruel.
C'était son regard qui t'accusait et auquel tu ne pouvais pas échapper.
C'était un cri résonnant à l'infini dans ta tête de gamin un peu trop idiot.
C'était tes jambes qui refusaient de te porter pour lui courir après.
C'était tout ton cœur qui te hurlait qu'il était trop tard.
C'était ton ventre qui se tordait en un amalgame mortifiant.
C'était son nom te brûlant les lèvres à blanc.
C'était un rire perdu depuis longtemps.
C'était sa main pâle s'échappant aussi vite qu'un oiseau.
C'était ses joues roses virant au rouge ; virant au blême.
C'était ce courage dont tu étais si fier qui te transperçait de part en part.
C'était cette lâcheté qui te revenait à la gueule aussi fort qu'une boule de démolition.
C'était ton amour qui se brisait à tes pieds en un puzzle infaisable.
C'était les cordes de ta guitare qui ne sonnaient plus juste.
C'était les larmes que tu retenais ; un garçon ça ne pleure pas.
C'était Elle, partout, toujours, sur les murs, le sol, dans les tiroirs et les placards, sous les vieilles photos et les coussins pelucheux, à la radio ou la télévision, autour du monde, infiniment en Toi.
C'était Avery Chance Standford.
C'était l'amour de ta vie.
C'était celle que tu n'avais pas su garder.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: i am lost i am vain i will never be the same. without you.   

Revenir en haut Aller en bas
 

i am lost i am vain i will never be the same. without you.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Manga] Saint Seiya - The Lost Canvas
» PREDATOR 2 - LOST PREDATOR (MMS76)
» La Cité Disparue - Legend of The Lost - 1957
» [ABC Studios] Lost, les Disparus - Saison 5 (2009)
» La Fin de Lost : Réservé à ceux qui ont fini la série

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'Académie - Akuriru Gakuen :: 1er étage :: Karaoke Box-