AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 C'était un amour si tranquille ✿ Sidney

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Effie Ashen
 Greenery
avatar

Messages : 102
Date d'inscription : 17/06/2013
Âge du personnage : 16 ans
Section : Greenery
Classe : G

MessageSujet: C'était un amour si tranquille ✿ Sidney   Lun 26 Aoû - 20:18



Un message. De Sidney. Il suffisait de ça pour la rendre heureuse.
Le lieu de rendez-vous; le salon de thé.
Ce choix a fit rire Effie sur tout le chemin. Qu’elle a fait en parti à cloche-pied. De bonne humeur, elle ne se rend pas souvent compte qu’elle agi comme une enfant. Ça n’a pas d’importance, car elle va le rejoindre. Lui.

Quand Effie est avec Sidney, elle est bien. Elle oublie le reste, se concentre sur lui. Son visage, ses mots. Ses silences, ses gestes. Elle s’en veut un peu d’être si niaise, mais il la met dans un tel état. Elle se retient souvent de crier, de sauter, de lui attraper la main, ou de se jeter dans ses bras. Un peu de retenu. Il ne faudrait pas qu’il fuit.

Effie est en avance. Elle choisi une table, s'y installe. Regarde la couleur des murs, les tableaux et photographies accrochées. L’ambiance de cet endroit lui plait beaucoup, l’apaise. Mais elle sait qu’il n’en est pas de même pour Sidney. C’est pour ça que cette invitation lui fait d’autant plus plaisir. Car il fait un effort. Pour elle.
Effie s’est mise dans une situation où elle ne peut trouver à son amoureux que des qualités. Même ses absences, mêmes ses gaffes.
Elle pourrait se donner des claques.
Ah, ce que c’est que d’être amoureuse. Ça vous abuse le cœur et vous retourne la cervelle. Le pire, c’est qu’elle aime ça. Avant de rencontrer ce garçon, elle n’aurait jamais cru que ça puisse lui arriver. Mais bon, c’est comme ça. Et ça lui va très bien.

Muni de la carte, elle pose son doigt sous chaque nom de desserts et de boissons. Une serveuse s’avance déjà vers elle. Un peu confuse elle lui dit attendre quelqu’un et ne rien vouloir commander pour le moment.

Ils vont se voir. Se parler. Se regarder. Se sourire.
Effie a l’impression que ça fait bien des années qu’ils n’ont pas fait ça. Qu’aujourd’hui, c’est spécial. Leur retrouvailles. Mais ils se sont parlés, et sourit, dans la semaine. Même tenu la main. À bien y réfléchir elle a même posée sa tête sur son épaule cette semaine.
Mais ils faut qu’ils se voient encore, qu’elle le touche, sente sa chaleur. Par peur de l’oublier. Par manque, surtout.


Dernière édition par Effie Ashen le Mer 25 Déc - 22:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sidney G. Carter
Ecume
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 16/10/2012
Age : 21
Âge du personnage : 18 ans
Section : ecume
Classe : h

MessageSujet: Re: C'était un amour si tranquille ✿ Sidney   Lun 26 Aoû - 21:01


don't wake me up.
Tu avais envoyé ton message avec des mains fébriles, ce matin-là. Tes doigts tremblaient le long des touches tandis que tu composais le corps du texte et tu avais failli te tromper de destinataire avant de te ressaisir en secouant la tête d'un air perdu.
Effie. Tu devais envoyer ce message à Effie.
C'était important, très important, tu ne pouvais pas te rater cette fois. Tu n'aurais pas de deuxième chance. Tu devais lui dire. Lui annoncer la vérité, ce que tu lui avais caché depuis quelques jours déjà. Tu devais trouver les mots qui la blesseraient le moins ; mais lesquels choisir ? Tu t'étais installé devant ton miroir, le teint blême. Tu t'étais entraîné à prononcer ces mots douloureux.

« Effie, je ne peux plus sortir avec toi. »

Comme c'était cruel. Ça te paraissait insurmontable, ça te serrait le ventre et te taillait le cœur. Tu avais cherché le lieu idéal ; un lieu qu'Effie apprécierait, où elle se sentirait à l'aise, où il n'y aurait pas trop de monde. Tu lui avais donné rendez-vous avec toute la gentillesse dont tu disposais ; maladroite douceur. Tu avais tout fait pour être dans les meilleures conditions possibles, mais rien n'y faisait.
Tu avais toujours autant envie de vomir.

L'heure de se retrouver approchait dangereusement, et tu traînais des pieds dans ta chambre d'étudiant, vérifiant mille fois que tu n'avais rien oublié, ajustant ton tee-shirt éternellement froissé. Tu jetas un coup d'oeil à ton portable ; peut-être t'avait-elle décommandé ? Une amie en larmes ou un mal de tête soudain ? Non. Rien. La messagerie ; vide. Ta poitrine ; un gouffre sans fond. Tu quittas la pièce en fermant précautionneusement la porte, comme si le simple bruit du battant te renverrait dans la gueule le fait que tu partais pour de bon.

Cinq minutes de retard, et tu savais qu'elle serait déjà là. Tu continuais à ralentir le long des ruelles, priant pour que le temps s'arrête, pour qu'une météorite t’assomme, pour qu'un membre de la mafia de l'île vienne t'enlever. Mais qu'est-ce qu'un mafieux aurait eu à foutre d'un mec comme toi, Sidney ? Tu n'étais rien. Non, à cet instant précis, tu n'étais rien du tout. Tu débarquas devant la vitrine chaleureuse du salon de thé sans comprendre, avec l'air hébété de celui qui a marché comme un imbécile. Et tu la vis tout de suite. Ses beaux cheveux blonds – elle était de dos. Elle était installée à une table pas très loin de la fenêtre.

Tu aurais voulu crever là.

Mais non. Non. Alors tu te composas un sourire bancale, tu enfonças tes mains dans tes poches et tu franchis le pas de la porte grande ouverte, espérant encore et toujours l'explosion miraculeuse du bâtiment. Tu t'installas sur la chaise devant celle de ta petite amie – mon dieu ce mot, pourquoi ce mot ? - et tu sortis une de tes mains de ton jeans pour pouvoir la passer dans tes cheveux.

« Désolé pour le retard, un pote m'a appelé avant que je parte... T'as choisi ce que tu voulais ? J'paye aujourd'hui. »

Ne pas la regarder, surtout ne pas la regarder. Tu la fuyais, passant tes yeux noirs n'importe où mais pas sur elle. Tu observas la décoration, la dentelle, les tableaux, le bois partout, les tasses de thé fumant. Tu détestais ce genre d'endroit. Tu te sentais comme étranger à tout ça, comme si ce n'était pas pour toi. Ça te rendait mal à l'aise. Un animal pris au piège. Tu n'avais pas le choix.
Il fallait que tu la regardes.
Et quand tes iris rencontrèrent les siennes, tu voulus juste pleurer comme un gamin. Putain, putain, putain Sidney. Elle avait l'air si heureuse. Elle était si adorable. Tu souriais et ton sourire hurlait. Pourquoi avait-il fallu qu'Effie soit cette fille si sans histoire ?

Pourquoi avait-il fallu qu'Effie soit cette fille que tu aimais aussi ; juste un peu moins, juste pas assez. Mais d'amour quand même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Effie Ashen
 Greenery
avatar

Messages : 102
Date d'inscription : 17/06/2013
Âge du personnage : 16 ans
Section : Greenery
Classe : G

MessageSujet: Re: C'était un amour si tranquille ✿ Sidney   Lun 26 Aoû - 21:42



Il était là. Face à elle. Quand il avait ouvert la porte, bien qu’elle ne l’ait pas vu arrivé, elle savait que c’était lui. Il fallait que ce soit lui. Ça ne pouvait être que lui. Après tout cet endroit n’est pas si fréquenté. Et à cette heure, il y a encore moins de monde, n’est-ce pas? C’était lui. Et ses cheveux noirs qu’il ébouriffa d’un coté. Une touffe maintenant coincée dans le sens opposé de la masse.
Effie sourit.
Effie n’a pas besoin qu’il s’excuse.
Il est toujours excusé.

Elle voit qu’il est mal à l’aise. C’est l’endroit. Elle savait que ça ne lui plaisait pas. Mais il était là. Avec elle. Et comme c’était dur de ne pas sourire de toutes ses dents, de rire comme une idiote, de le regarder sans le fixer…
Et ses cheveux qui partent dans tous les sens.
Effie ne put plus rien pour s’empêcher.
Elle se pencha, se releva un peu de son siège pour être le plus près possible. Un peu plus près qu’elle n’en avait besoin, c’est vrai. Lentement, elle approcha sa main. Qu’elle glissa dans les cheveux noirs de ce garçon. Ce geste, elle le répéta quelques fois.
Geste quelque peu superflu. Devrait-elle s’en vouloir? Elle n’avait pas besoin de rester aussi longtemps près de lui. Mais… Elle en avait envie. Effie se sentait un peu cruelle des fois, à profiter de moments comme ceux là. Elle ne pouvait pas savoir ce qui se passe dans la tête de Sidney. Ne voudrait pas le troubler. Pourtant une autre part d’elle, toute petite, voulait le troubler. Vraiment.
Petite partie que l’on devait peut être appeler perversion. Un peu honteuse, mais toujours souriante, elle se rassit bien droite. Et reprit la carte comme si de rien n’était.

Les yeux rivés sur le nom du dessert qu’elle avait déjà choisi, elle adressa des mots à son petit ami.

Je suis contente de te voir.

Joue l’innocente. Croquant ses lèvres, les laissant mouillés et rougies. Évitant les yeux de l’autre, juste pour cette fois. Elle annonça avoir choisi et appela la serveuse. Une part de gâteau au citron et un thé aux fruits rouges pour elle. La femme notait.

Sidney.
Elle voulait lui dire tant de choses. Bien sur, sans savoir où commencer. Sans savoir quoi raconter. Elle ne voulait pas avoir l’air futile. Elle voulait qu’il l’aime, et, oh qu’est-ce qu’elle était gênée.
Si elle pouvait. Elle soulèverai sa chaise et l’installerait juste à coté de la sienne. Juste pour se blottir contre lui. Pour observer son profil. Décortiquer chaque mouvement de sa main et de ses lèvres quand il mangerait.
Elle devait bien être folle. Oui, surement. Et si elle lui disait tout ça. Peut être serait-il dégoûté. Qu’elle horreur cette fille qui ne sait pas se tenir, cette fille si collante. Pour qui se prend-t-elle?

C’est la petite amie. Elle a sa place. Qu’elle croit acquise. Qu’elle n’imagine pas avoir à se battre pour la garder. Mais elle a toujours peur de mal faire. Qu’on lui adresse un regard de dégoût.

Effie aimerait posée des questions ridicules. L’assommer toute la journée de « dis, tu m’aimes? ». Est-ce que tu rêve de moi? Est-ce que tu penses à moi? Y a-t-il des choses qui te font penser à moi? Qu’est-ce que tu préfère chez moi? Est-ce que tu me trouve jolie?

Mais Effie serait bien trop gênée de dire tout ça. Alors, tout ça, ça reste à l’intérieur. À trop se retenir peut être bien qu’elle explosera un jour. En espérant que l’assommante Effie ne lui donnera pas de coups de mots doux trop forts pour le mettre dans le coma. Son chou. Son chéri. Son amour.
Il faut qu’elle arrête. C’est ridicule.

Mais Sidney, Sidney, Sidney.
Quand on lui parle d’une ville, elle ne voit qu’un homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sidney G. Carter
Ecume
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 16/10/2012
Age : 21
Âge du personnage : 18 ans
Section : ecume
Classe : h

MessageSujet: Re: C'était un amour si tranquille ✿ Sidney   Mar 27 Aoû - 20:16


my world is turning slowly now.
Elle était là, face à toi, adorable poupée blonde – et tu ne pouvais plus reculer.
Elle se leva un peu pour te caresser les cheveux, les remettre en ordre ; doucement, si doucement. Et il y avait tout l'amour du monde dans sa main. Tu le sentais dans ses doigts fins, tu le voyais dans ses yeux clairs. C'était partout. Ce trop plein d'amour qui te rendait dingue. Avant tu l'acceptais avec joie, oh ! C'était providentiel qu'elle t'aime autant. Tu prenais tout ce qu'elle te donnait, tu avalais tout cet amour et ça te faisait oublier le reste, tout le reste, tu n'avais plus à penser à Av, tu ne POUVAIS PLUS penser à Av parce qu'Effie prenait toute la place et c'était très bien comme ça. Mais à présent la donne avait changé. A présent Avery t'avait dit qu'elle t'aimait. Tu l'avais embrassée et elle t'avait embrassé. D'abord sous la pluie, dans l'herbe. Et puis au coin d'un couloir, au bas d'un escalier, devant la porte de sa chambre ; quand personne n'était là pour vous regarder. Des mots d'amour échangés vite, si vite qu'ils en paraissaient irréels. Mais ils étaient là, tu ne pouvais plus l'ignorer. Ils étaient là et il fallait qu'Effie soit au courant, maintenant. Ce n'était plus un jeu, c'était la réalité. Ce n'était pas bien de mentir. Tu le savais, Sidney. Seulement...

Je suis contente de te voir.

Seulement, comment oser dire la vérité à une fille aussi gentille qu'elle ? D'autant plus que ça ne te faisait pas rien. Bon sang non, ça ne te faisait pas rien ! Quand elle se penchait comme tout à l'heure pour passer sa main dans tes mèches brunes. Tu sentais ton cœur s’accélérer dans ta poitrine, hésitant, comme perdu par trop de sentiments contradictoires. Est-ce que j'ai le droit de battre ? Semblait-il te dire.
Tu ne savais pas.
Non, il n'avait pas le droit.
Mais tu ne pouvais pas t'en empêcher, c'était plus fort que toi.

« Moi aussi je suis content de te voir. »

Tu n'étais pas censé dire ça Sidney. Tu étais censé lui dire que tu étais désolé, mille fois désolé, mais que c'était fini, terminé, rideau. Tu étais censé lui expliquer pourquoi – ou peut-être même pas. Tu étais censé dire ce que tu étais venu dire, avant de partir. Tout simplement. Ne pas jouer la comédie du petit ami plus longtemps, ne pas la trahir encore une fois, être honnête avec Effie, avec Avery, et avec toi aussi.
Au lieu de quoi tu laissas Effie commander son cake au citron et son thé aux fruits rouges avant de demander un Dr Pepper ; et comme ils n'en avaient pas tu demandas un thé – sans sucre ou avec sucre ? Comme vous voulez.

On vous enleva la carte des mains et soudain tu n'avais vraiment plus rien pour t'occuper. Plus rien que la peau blanche d'Effie, les vêtements parfaitement choisis d'Effie, les yeux débordant d'amour d'Effie. Tu te répétas ton rôle dans ta tête vide, tu passas en boucle les quelques phrases que tu avais préparé dans ta chambre, tu laissas ta gorge s'assécher, tu ouvris la bouche prêt à tout lui sortir et puis...

« J'étais jamais allé là. Ça te plaît ? »

Tu savais que ça lui plaisait.
Tu n'avais juste rien d'autre à dire pour te rattraper.
On vous apporta les thés et le gâteau. Tu regardas ta tasse fumante. Tournas la cuillère trois fois. Tout, tout, tout faire.
Pour ne pas avoir à la regarder.

Pour ne pas affronter la réalité dans ses yeux d'amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Effie Ashen
 Greenery
avatar

Messages : 102
Date d'inscription : 17/06/2013
Âge du personnage : 16 ans
Section : Greenery
Classe : G

MessageSujet: Re: C'était un amour si tranquille ✿ Sidney   Lun 2 Sep - 15:21


Effie ne sait pas.
Comment faire.
Comment cacher ce trop plein qu’elle ressent.
Comment le regarder sans le mettre mal à l’aise.
Comment faire en sorte qu’il se sente bien dans un endroit pareil.

Effie ne sais pas non plus ce qu’il se passe.
Pourquoi son cher amoureux l’a invité là, aujourd’hui.
Effie ne se doute pas, ne se méfie pas.
Effie est trop bêtement amoureuse.

Alors, quand il lui disait qu’il était content de la voir lui aussi, elle buvait ces mots. Se laissait rire, franchement, en l’entendant commander du Dr Pepper. Pourquoi, elle ne savait pas. Elle riait, c’est tout. Parce qu’elle était heureuse.
C’est tout.

Effie le regardait. Encore. Encore et encore. Il lui semblait que jamais ça ne la fatiguerait. Elle se rendait compte des fois, seule quelque part, après avoir recouvert ses esprits, qu’elle ressemblait de plus en plus à ses idiotes qui croient à l’amour fou qui dure toujours, toujours.
Elle se sentait mal alors. Mais voulait y croire, elle aussi. Aussi ridicule que ça ait l’air. Peu importe si elle passe pour une de ces gamines rose bonbon si agaçantes qu’elles semblent être toujours heureuses. Même si ça la répugne un peu. Même si…

Parce que Sidney est là. Avec elle. Qu’il la regarde. Qu’il a l’air si mal à l’aise et foutrement adorable. Qu’il se met à chercher et à poser des questions sans importance. Dont il connaît la réponse. Auquel elle répond quand même.

Oui, j’adore. Merci.

Quelle allure ils devaient donner, ce jeune couple. Mal assurés, pas capable de se toucher sans trembler. Pas capable de se parler sans que ne tremble leurs voix. D’excitation pour l’une, d’anticipation pour l’autre.

La commande arrive au bon moment, pour les distraires. Effie admirait la si jolie petite assiette avec cette part de gâteau certes minuscule mais très bien présentée. Et la très longue cuillère qui l’accompagnait. Tout était capable de la mettre en admiration en ce jour. Où son cœur bat si fort et sa tête s’affole pour un rien. L’odeur du thé monte à ses narines, et un peu de calme s’instaure à nouveau en elle.
Qu’elle idiote. Qu’elle idiote, qu’elle idiote, qu’elle idiote, se répète-t-elle.
Pourquoi régir comme ça?
Ça n’a aucun sens.

La peur que son sourire ressemble à une grimace.
Que ses gestes aient l’air trop précipités.
D’engloutir trop vite son gâteau et d’avoir l’air d’une morphale.
De se jeter sur ce thé à s’en bruler la langue.
De ne pas savoir que dire.

Bon dieu.
Que dire?

Ce n’était pourtant pas le moment pour paniquer ainsi. Paniquer pour rien.
Il lui arrivait de ne pas vouloir voir Sidney. Pour ne pas se trouver, une fois de plus, dans cet état. Mais il était toujours trop tard. Elle s’était toujours ruée vers lui sans avoir le temps de comprendre.
Effie est fragile en sa présence.
Effie déteste être fragile.
Mais Effie adore Sidney.

C’est un vrai dilemme, hein?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sidney G. Carter
Ecume
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 16/10/2012
Age : 21
Âge du personnage : 18 ans
Section : ecume
Classe : h

MessageSujet: Re: C'était un amour si tranquille ✿ Sidney   Sam 26 Oct - 17:49



casual affair

▬ Oui, j’adore. Merci.

Son regard te brûlait la peau. Elle semblait ne plus pouvoir te quitter des yeux, comme si le simple fait de pouvoir t'observer lui suffisait pour vivre. Tu te sentais telle une bulle d'oxygène, tel un navire allant chercher la naufragée. Avant, cette obsession te rendait vivant, t'aidait à te sentir important, à oublier Avery ; te tirait vers le haut. A présent elle paraissait t’oppresser. Tu comprenais enfin, avec une lucidité affolante, à quel point cet amour était grand. Si grand, si brillant, si beau. Beaucoup trop pour quelqu'un comme toi. Tu ne méritais aucun de ses regards, aucun de ses gestes tendres. Ça te donnait envie de vomir, tout ça, tout ça, tout ça. Ce thé fumant dans sa tasse parfaitement blanche, cette part de gâteau si petite qu'on aurait pu la croire pour une poupée, ces décorations en bois et en dentelle, et puis ces yeux. Ces yeux si doux que tu aurais pu plonger tout entier dedans et ne jamais en ressortir. Ça aurait été si tranquille, Sidney, de te laisser porter par ces iris aimantes. Tu n'aurais rien eu à faire, absolument rien, tu aurais été là, tu lui aurais souris, tu aurais embrassé ses cheveux et son cou et ses lèvres et tu lui aurais murmuré des mots d'amour. En échange de cela, elle t'aurait tout donné. Absolument tout. Et toi tu t'apprêtais à casser tout ceci pour les beaux yeux d'une autre.
Les yeux noisettes d'Avery.

Tu réfléchissais souvent, comme ça. Allongé sur ton lit, affalé sur ta table en cours, au milieu d'une partition. Tu te demandais ce qu'elle pouvait bien avoir de plus, Standford, pour que tu décides de tout balancer pour elle. Tu la regardais à la dérobée pendant les répétions ou quand vous vous embrassiez au détour d'un couloir. Tu ouvrais un œil quand vos lèvres s'effleuraient, avides d'en avoir encore un peu plus, et tu cherchais presque désespérément le détail qui t'éclairerait.  Presque à tâtons, tu tentais de percer le mystère Avery. Mais rien ne te venait, rien de tangible ; si ce n'était le fait qu'elle te manquait quand elle n'était pas à côté de toi, que tu culpabilisais quand elle te faisait la tête, que tu te sentais prêt à te plier en quatre pour accomplir tous ses désirs.

A nouveau, tu tournas ta cuillère dans ta tasse de thé, une fois deux fois trois fois – et le sucre que la serveuse avait mis, dans le doute, fondait à vue d’œil. Tu refusais de croiser les yeux d'Effie pour le moment. Tu pouvais encore faire semblant de te concentrer sur ta boisson sans que cela ne paraisse inhabituel. Encore un peu. Tu lâchas ta cuillère et posas ta main droite sur la sienne, pour pouvoir gagner du temps à nouveau. Tu sentais ses doigts fins sous les tiens, et cette chaleur tiède te rendait encore plus indécis. Incapable. Abruti.

« Ça te dirait qu'on aille au cinéma après ? Ils ont sorti un film pas mal je crois. Je paye le popcorn. »

Tu la fixas enfin, un peu de travers ; et tu lui souris. Comme c'était futile. Toutes ces phrases superficielles que tu sortais pour couvrir l'essentiel. Ah ; si seulement tu avais pu comprendre !

Effie Ashen méritait tellement plus que toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Effie Ashen
 Greenery
avatar

Messages : 102
Date d'inscription : 17/06/2013
Âge du personnage : 16 ans
Section : Greenery
Classe : G

MessageSujet: Re: C'était un amour si tranquille ✿ Sidney   Sam 2 Nov - 17:46




    Tu l’aimais tellement, c’était horrible. Et d’où il venait, tout cet amour? T’en savais rien. Ça devait bien être fabriqué quelque part pourtant. Est-ce que c’est le cœur, qui semble représenter l’amour aux yeux de tous? Ça semble bien comme ça. Mais ça t’as toujours dérangé cette histoire du cœur. Sérieusement , le cœur c’est un muscle. Il bat, il travaille, il s’occupe du sang. Alors quel rapport aurait le sang avec l’amour. Vraiment ça te trouble, tu peux y penser pendant des heures à t’en énerver. Pour rien au final. Car tu n’as pas de réponse. Car c’est un peu inutile comme question aussi.

    Mais c’est exactement le genre de question que tu te pose maintenant. En mangeant ta part de gâteau, toute heureuse avec ce garçon que tu aimes. Mais pourquoi l’aimes-tu? Tu as beau listé tout un tas de ses qualités, toutes ces choses, ces petits rien que tu apprécie chez lui. Ça n’a aucun sens. Pourquoi lui. Et surtout, pourquoi aimer? À quoi ça sert d’aimer un être humain en particulier. Décider comme ça, sans raison, que c’est lui. C’est ton préférer. Celui que tu aime entendre parler, se taire. Apprendre à le connaître, son caractère, ses envies, ses manies. Tu retiens tout. Tu créer un musée dans ton intérieur à son honneur. Tout ce qui vient de lui est la chose la plus importante au monde. Son sourire et ses rires des merveilles. Tu perds la tête. T’imagines un avenir avec lui. Votre futur maison, vos futur enfants, votre futur bonheur. Qui ne cessera jamais, non, jamais.

    Oh, Effie. Toi qui ne croyait pas au grand amour. À l’amour, oui. Mais sans taille, sans consistance. Sans se tenir attaché à l’autre. Sans ne pouvoir s’imaginer une vie sans lui. Tu disais que les gens aimaient. Ils aimaient tant d’autres gens. Dans leur vie, ils auront tous tant d’amour. Pas un seul. Pas l’unique. Pas celui pour toujours, interminable, indestructible. Parce que tu sais la fragilité de l’homme. La fragilité des sentiments.
    Mais depuis Sidney. C’est comme si tu avais tout oublié. Tu n’y penses plus, ne veut plus y penser. Vous d’eux, c’est différent. Vous d’eux c’est un. Tu ne saurais pas l’expliquer. Ne voudrais surtout pas en parler ainsi. Non, les gens pourraient te prendre pour une folle. Une de ces filles qui ne laissent pas de place à leur amoureux. Qui ne les laisse même pas respirer. Tu te sens un peu coupable. C’est vrai, Sidney, tu aimerais l’étouffer. L’étrangler de ton amour. Tu ne le fais pas, tu te retiens, ne veut pas être comme ça. Mais rien que d’y penser tu te sens coupable. Alors tu cherche à être impeccable. La meilleure petite amie au monde. Celle avec qui on se sent bien. Celle avec qui on passe du temps, parle de tout, sans se prendre la tête. Celle qui n’est pas sur le dos de l’autre constamment. À lui demander où il est, avec qui, ce qu’il fait. Surtout pas jalouse. Tu ne dis pas quand tu es inquiète. Quand tu te sens seule. Tu ne veux pas être lourde. Qu’il s’ennui de toi. Alors tu souris.

    Comme là, tu souris. Sidney te propose d’aller au cinéma et tu souris. Comme si c’était la première fois qu’on t’emmenait au cinéma, que tu n’avais jamais rien connu d’aussi excitant. Juste parce que c’est lui. Parce que tout est différent et unique si c’est avec lui. Si tu n’avais pas la tête pleine de Sidney, si tu n’étais pas devenue une de ces stupides amoureuses, tu te serai fais peur. Mais tu ne réalise même pas comme tu t’inquiète.

    Et tu lui répond oui. Oh oui. Partout, tout le temps, avec toi. N’importe où, n’importe quelle heure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: C'était un amour si tranquille ✿ Sidney   

Revenir en haut Aller en bas
 

C'était un amour si tranquille ✿ Sidney

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un jour ou tout n'etait qu'azard et probabilités
» Si l'Amour était... (poème original)
» Vos premiers frissons d'amour
» L'homme tranquille - The Quiet Man - 1952
» [Touchstone] C'était à Rome (2010)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Acrylique - Le village :: Tea Room-