AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tout est possible, non ? - Sidney

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lou D. Avy
 Greenery
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 29/12/2012
Âge du personnage : 16 ans
Section : Greenery
Classe : G

MessageSujet: Tout est possible, non ? - Sidney   Jeu 3 Jan - 10:37


Elle venait d’arriver dans la salle de musique, et regardait cette grande pièce avec des yeux brillants. Elle aimait beaucoup la musique, c’était une chose que tout le monde appréciait à sa manière, et surtout, c’était une manière pour les autres d’exprimer ce qu’ils n’osaient dire. Une bonne chose la musique. Parfois, elle se demandait ce que le monde serait sans musique…

Lou regarda le plafond, essayant d’imaginer ce que ça aurait pu faire, un monde sourd aux mélodies, avec seulement le silence comme berceuse avant de dormir. En fait, ça aurait été vraiment triste quelque chose comme ça. Elle avança dans la salle, se disant qu’heureusement ce n’était pas le cas, et s’approcha du clavier. Un instrument qu’elle devait apprendre rapidement à maîtriser pour aider Sidney et Avery dans leur groupe. Elle avait acceptée, mais n’y connaissait un peu pas beaucoup grand-chose.

Cependant, elle se promit d’y arriver. Parce qu’ils avaient besoin d’elle. Et puis, c’était toujours bien de savoir jouer d’un instrument non ? Souriante, elle appuya sur une touche de l’instrument, alors qu’un son aigu en sortit. Cela n’avait pas l’air si compliqué de savoir y jouer après tout. Elle eut un air déterminé, alors qu’elle posait ses doigts gantés sur le clavier.

Bon, espérons juste qu’elle allait vraiment apprendre à jouer très vite. Elle si disait ça quand elle entendit des pas près de la salle. La porte était toujours ouverte, et la jeune fille s’approcha de l’ouverture pour voir de qui il s’agissait. Ses yeux roses s’agrandirent alors qu’elle reconnaissait cette tête brune qui s’approchait de la salle.

« Sidneeey ! »

Sa voix ne ressemblait pas à celles des filles qui passaient leur temps à hurler un prénom au point de ne plus savoir rien faire d’autre. Non, la voix de Lou était aiguë, calme et normale, elle ne criait pas, et ne parlait pas non plus trop bas. Normale, qui contenait toute la chaleur qu’elle avait, avec une touche de bonne humeur, simplement.

Même si sa voix était commune, on arrivait toujours à la différencier des autres, parce qu’il y avait un truc en plus, on ne savait jamais quoi. Elle s’approcha du garçon avec un grand sourire, se demandant bien ce qu’il pouvait faire ici.

« Tu vas bien ? Qu’est-ce que tu fais ici ? Enfin, non pas que ça dérange, mais juste pour savoir. »

Sidney était un garçon étrange, mais si on écoutait bien, on pouvait voir qu’en fait, ce n’était pas si étrange en fin de compte. Les problèmes et les situations diverses avaient fait qu’il s’en retrouve là, avec ses problèmes de cœur tellement étrange et… un peu triste aussi. Mais elle comptait bien arranger les choses, parce qu’elle savait que c’était possible.

Tout était possible quand on le voulait.


Dernière édition par Lou D. Avy le Mar 29 Jan - 13:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sidney G. Carter
Ecume
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 16/10/2012
Age : 21
Âge du personnage : 18 ans
Section : ecume
Classe : h

MessageSujet: Re: Tout est possible, non ? - Sidney   Dim 27 Jan - 11:08


ROCK AND ROLL MY LITTLE GIRL
ROCK AND ROLL IN YOUR BIG BIG WORLD.

    Sidney Gabriel Carter, tu rêvais d'être musicien. C'était ton deuxième rêve, juste après celui d'être aux côtés d'Avery pour le restant de tes jours. Mais comme la jeune Standford ne paraissait pas vouloir te laisser exaucer ton premier souhait comme tu l'aurais voulu, et que de toute façon à présent tu étais amoureux d'Effie bien comme il le fallait, tu te concentrais sur ton seconde rêve. Ta vie, petit à petit, devenait musique. Vous aviez réussi à recruter deux autres personnes pour les Banana Graffiti. Aster, la petite rousse de la classe E que tu trouvais plutôt cool bien qu'incroyablement compliquée, à la batterie. Et Lou, une grande gamine plutôt mignonne, qui mettait du rose partout et rêvait d'amour à l'infini, comme claviériste. Deux filles. Ce qui te reléguait à la place de seul garçon du groupe. Tes amis ne cesseraient probablement jamais de se foutre de toi ; honnêtement de ton côté tu t'en foutais. Tant que tu pouvais continuer à jouer avec Av', quelle importance ?

    Avançant dans les couloirs, ta basse sur le dos, tu te repassais en boucle les accords du dernier morceau. Tu avais vraiment une mémoire de merde, Sidney. Mais dès qu'il s'agissait de musique, tu te souvenais étonnement de beaucoup plus de choses. Mémoire sélective, on dit. Tu oubliais la couleur préférée d'Effie, tu amenais ton livre d'histoire au lieu de celui d'anglais, tu mettais deux mois à rendre un papier rempli correctement ; pourtant, la vingt-troisième, la quatre-vingt quatrième ou la cent douzième note de la partition, tu aurais pu les citer par cœur. C'était tellement rassurant, une suite de noires alignées sur le papier. Tellement facile à comprendre, comparé à toutes ces pensées contradictoires qui t'envahissaient de temps à autre la tête, te rendant à moitié dingue. Comme tu aurais aimé vivre dans du papier à musique, petit gars.

    « Sidneeey ! »

    Tu connaissais cette voix. Un peu aiguë, claire, sans prétention. Cette voix qui te donnait étrangement envie de sourire, alors qu'il n'y avait aucune raison valable d'être heureux. Tu relevas la tête, faisant face à une jeune fille aux cheveux rosés possédant un immense sourire. Tu aimais bien sa robe, aujourd'hui. Il y avait de la dentelle un peu partout, et des rubans, et des voiles qui partaient dans tous les sens. Elle avait un style qui lui était propre. Ce mot ne faisait pas parti de ton vocabulaire, mais elle était adorable, Lou.

    « Tu vas bien ? Qu’est-ce que tu fais ici ? Enfin, non pas que ça dérange, mais juste pour savoir. »

    Elle avait cette façon précautionneuse de s'adresser à toi, toujours à s’inquiéter de comment tu pourrais aller, de ne pas te vexer. Elle était gentille avec tout le monde, elle ne s'énervait pas, paraissant vivre dans une bulle colorée. Tu ne savais pas comment elle faisait ; dans un sens c'était assez incroyable. Un modèle de calme. Tu aurais aimé lui ressembler. La vie avait l'air facile, avec elle.

    « Lou. »

    Tu ne répondais à aucune de ses questions, mais ça te rassurait de prononcer son prénom. Tu ne savais pas exactement pourquoi. Tu ne savais même pas en quoi tu avais besoin d'être rassuré. C'est juste que ça sonnait pas mal. Et puis merde. Tu te sentais bien.
    En quelques pas tu arrivas jusqu'à la salle de musique, et tu posas ta basse sur la table la plus proche avant de te retourner pour ne pas paraître ignorer la présence de la petite pianiste.

    « Ça va. Faut que je reprenne le dernier morceau, ça claque pas trop bien. T'y arrives avec tes trois mille touches ? »

    Et tu avais ce petit sourire qui disait « bonjour, je suis content de te voir ». Et tu pensais que ça faisait une éternité que tu n'avais pas eu une conversation normale avec quelqu'un. Et c'était étrange, et banal, et doux dans ta tête. Et tu trouvais Lou bien courageuse d'avoir accepté de jouer du clavier, parce que c'était vraiment galère.
    Tu n'étais pas doué avec les instrument de plus de quelques cordes. Avery non plus. Aster était sur sa batterie.
    Heureusement qu'elle était là pour sauver la mise.
    Comme toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou D. Avy
 Greenery
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 29/12/2012
Âge du personnage : 16 ans
Section : Greenery
Classe : G

MessageSujet: Re: Tout est possible, non ? - Sidney   Mar 29 Jan - 14:50

Il avait l’air d’être tracassé, même si cela ne se voyait pas trop. C’était ce qu’elle se disait, alors qu’il prononçait son nom.

« Lou. »

On disait souvent son nom sans raison devant elle. A croire que tout le monde l’aimait, son prénom. Quelque part, elle était contente que les autres puissent aimer ce simple nom, au moins de cette manière, ils ne pourraient pas l’oublier. Oublier une personne, cela faisait toujours mal quelque part ; sauf quand on ne l’aimait pas.

Mais Lou aimait tout le monde, et n’aimerait pas qu’ils l’oublient.

Il avança dans la salle de musique en posant son instrument sur une table, et reprit son attention sur la jeune fille.

« Ça va. Faut que je reprenne le dernier morceau, ça claque pas trop bien. T'y arrives avec tes trois mille touches ? »

Il avait un sourire, et cela lui fit sourire à son tour. Il était vraiment gentil Sidney. Peut-être un peu trop, et peut-être que c’était à cause de ça qu’il avait tant de problème avec les filles. Mais bon, elle n’allait pas en parler, peut-être parce qu’il voulait penser à autre chose aujourd’hui.

Parce qu’elle était comme ça Lou. Elle imaginait toujours pleins de choses, et savait aussi qu’un sujet pouvait embêter une personne. Et là, parler des problèmes qu’il avait était une mauvaise idée. Après tout, il avait l’air assez content, alors elle le laisserait dans sa joie, parce qu’être content, c’était bien.

« Oui ! Je m’améliore je crois. Enfin j’espère. Je m’entraîne tout le temps ! Et je me dis que ce n’est pas si dur que ça en voyant les pianistes qui jouent à la télé ! »

Elle voulait être comme eux un jour. Savoir jouer du clavier, laisser ses doigts se balader sur les touches, une mélodie douce qui s’infiltrerait doucement dans les airs, les oreilles écoutant attentivement le son procuré. La musique rendait tellement de gens heureux.

La jeune fille leva son poing vers le plafond, et regarda ce dernier avec un air déterminé.

« Je vais être comme eux, je le promets ! »

Elle avait presque des étoiles dans les yeux rien que de penser à ça. Mais il fallait beaucoup d’entraînement. Cependant, rien ne pouvait lui tenir tête très longtemps. Elle reporta son attention sur Sidney et calma ses ardeurs.

« Désolée, je me suis laissée emporter… Tu dois revoir le dernier morceau donc ? Je peux peut-être t’aider ? «

Elle lui fit un grand sourire. Elle aussi était sûrement trop gentille, mais elle n’y pouvait rien. C’était comme ça, et pas autrement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sidney G. Carter
Ecume
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 16/10/2012
Age : 21
Âge du personnage : 18 ans
Section : ecume
Classe : h

MessageSujet: Re: Tout est possible, non ? - Sidney   Jeu 7 Fév - 21:06


Come on Eileen, these things they are real and I know how you feel

    Lou était gentille. Terriblement gentille. Et toi aussi Sidney, tu étais trop gentil. Alors dans cette salle de musique, à cet instant, ça faisait comme un choc de gentillesse. Nombreux étaient ceux qui te traitaient de pauvre con pourtant Sid. Mais ils ne te connaissaient pas, ceux-là, ils ne te connaissaient pas du tout. Ils ne voyaient de toi que la face la plus mal lunée, celle que tu montrais à qui voulait te déranger. Ils ne savaient pas qu'en réalité, tu aurais pu décrocher la lune pour faire plaisir à tes amis.
    Parce qu'ils n'étaient pas tes amis.
    Tandis que Lou, si. C'était ta camarade, ta pote, ton petit ange gardien, tout ce que vous voulez. Tu lui aurais volontiers décroché la lune, à Lou.

    « Oui ! Je m’améliore je crois. Enfin j’espère. Je m’entraîne tout le temps ! Et je me dis que ce n’est pas si dur que ça en voyant les pianistes qui jouent à la télé ! »

    Elle avait l'air tellement motivée que tu te sentais presque badaud, avec ta basse posée sur ta table. Tu l'ôtas de sa housse.
    La jeune fille pointa d'un coup son poing sur le plafond ; tu fixas ce poing d'un air d'ahuri de première.
    A ce moment là, elle avait vraiment l'air d'une magical girl. Non pas que tu regardais les dessin-animés pour fille, quoique ça t'était déjà arrivé avec Avery les mercredi matins, mais c'était comme ça que tu t'imaginais une magical girl. Positive sur tout, le teint clair. Et rose. Très rose.

    « Je vais être comme eux, je le promets !
    - Et tu vas y arriver. »

    Tu marmonnas. C'était pas ton truc les encouragements. Imbécile.

    « Désolée, je me suis laissée emporter… Tu dois revoir le dernier morceau donc ? Je peux peut-être t’aider ? »

    Et elle gardait ce grand sourire collé sur son visage, tellement grand, immense, comme un soleil. Et tu te demandais si tu le méritais bien, ce sourire. Toi, le pauvre type, le malappris, le mec qui passait sa vie à attendre qu'on vienne le chercher parce qu'il en avait assez de courir après des chimères. Toi. On te souriait comme ça. D'un geste, tu attrapas ta basse, et la plaça devant toi. Tu cherchas l'ampli des yeux et branchas ton instrument sans te faire prier. Tes doigts pincèrent quelques cordes au hasard.

    « C'est Av' qui l'a composé. Alors c'est normal si c'est bizarre haha ! Tu me dis.  »

    Tu te mis à rire un peu en pensant à la réaction d'Avery en entendant que son morceau était « bizarre ». Peut-être qu'elle te frapperait la tête avec un de ses chaussons.
    Et puis tu commenças.
    C'était pas très intéressant comme instrument la basse. Ça servait surtout à accompagner en fait. Sans guitare, ça valait pas grand chose. Mais ça te plaisait bien. Tu t'en foutais d'être dans l'ombre de la guitare. La guitare c'était Av', alors qu'est-ce que tu pouvais bien en avoir à branler d'être en-dehors de sa lumière. Toi tant que tu pouvais la voir briller, tu te sentais incroyablement bien.
    Incroyablement bien.

    « C'est pas cool, hein ? C'est mieux quand y'a Av'. C'est toujours mieux quand elle est là.  »

    Tu marmonnais encore. Mais dans le silence de la salle, cela importait peu.

    (hrp; c'est n'importe quoi je suis désolée. mais là je suis vraiment ultra crevée je comprends même plus ce que j'écris limite hohoho. de l'amour sur toi j'essayerai de faire mieux au prochain post. cœurs. ♥)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou D. Avy
 Greenery
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 29/12/2012
Âge du personnage : 16 ans
Section : Greenery
Classe : G

MessageSujet: Re: Tout est possible, non ? - Sidney   Ven 8 Fév - 10:51

Elle le regarda prendre sa basse et le brancher à un ampli. La basse était un instrument indispensable dans un groupe, mais pourtant, peu de gens y prêtaient attention. Simplement parce que c’était la guitare qu’on entendait le plus. La guitare avait déjà plus de corde, et les sons produits étaient plus variés. Tandis que la basse n’avait que cinq cordes, et que le son produit était la plupart du temps assez grave.

« C'est Av' qui l'a composé. Alors c'est normal si c'est bizarre haha ! Tu me dis. »

Il commença à jouer les notes, et elle écouta attentivement. Elle se demandait encore une fois où ça en était entre Avery et Sidney. C’était triste, vraiment. Elle avait mal au cœur pour eux, parce qu’elle pouvait clairement sentir les émotions qu’ils avaient l’un pour l’autre, mais on aurait dit qu’ils ne le savaient pas, ou qu’ils les ignoraient.

Elle eut une mine pensive, alors que les notes s’enchainaient. C’était un peu étrange oui, mais ça collait bien. Elle aimait beaucoup en tout cas.

« C'est pas cool, hein ? C'est mieux quand y'a Av'. C'est toujours mieux quand elle est là. »

Il y eut un gros blanc, et elle pencha la tête en le regardant d’un air mélancolique. Il aimait la jeune Effie, mais beaucoup plus Avery.

Mais pourtant…

Elle eut un autre sourire, et s’approcha de lui.

« Ah mais si, tu joues très bien ! Même si la basse est moins populaire que la guitare, il n’en reste pas moins que c’est un bel instrument, et puis, il y a de belles chansons avec de la basse ! »

Lou connaissait quelques chansons où la basse était plus entendue que la guitare, même si ce n’était que des slows, ce genre de chansons était jolie aussi, c’était dans ce genre de chanson que les amoureux dansaient. Et puis, c’était triste aussi des fois.

« Et puis… »

Parler d’Avery à Sidney lui pinçait toujours un peu le cœur, parce que voilà, sa situation était compliquée, et qu’il en souffrait déjà assez. Et elle avait plusieurs fois hésité à lui dire qu’Avery l’aimait, parce qu’il était déjà avec une autre fille, et surtout que, ce n’était pas à elle de le dire.

Seulement, peut-être qu’il fallait le rassurer, et lui dire qu’elle l’aimait aussi, sans vouloir le montrer. Mais, cela n’arrangerait peut-être pas les choses, au contraire, si jamais il sait qu’Avery l’aime, et donc que c’est réciproque, il lâcherait Effie ou pas ?

Elle ne savait pas, elle n’était pas devin.

Elle prit une chaise près d’elle, et s’assit en face du jeune garçon. Elle avait toujours un sourire, mais c’était un sourire étrange, presque coupable.

« … Tu veux en parler ? »

Elle le regarda, ses yeux le sondant presque. Elle n’utilisait pas son pouvoir sur une personne qui ne le voulait pas. Aussi, elle demandait toujours. Lou l’utilisait assez simplement dans ce genre de situation. Elle prenait la main de la personne, et sondait ses émotions, ce qu’elle pouvait ressentir et autre.

Aussi, elle tandis une main vers lui. Quelque part, elle pouvait comprendre qu’il en avait marre, que cela le dérangeait, que son cœur ait mal en voyant Avery. C’était dur, et des fois, on avait besoin de parler. Elle voulait l’aider de ce côté-là, elle voulait être là pour qu’il se confie quand il avait mal, juste l’aider quand il en avait besoin.

Parce qu’elle était là pour ça. Pour aider les gens qui en avaient besoin. Et Sidney en avait besoin, lui qui ne disait rien, qui écoutait de la musique ou qui en faisait pour oublier, l’espace d’un instant.

Elle voulait l’aider, parce qu’elle l’aimait bien Sidney, qu’il était gentil et qu’il avait besoin parfois, qu’on soit aussi gentil avec lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sidney G. Carter
Ecume
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 16/10/2012
Age : 21
Âge du personnage : 18 ans
Section : ecume
Classe : h

MessageSujet: Re: Tout est possible, non ? - Sidney   Mer 27 Fév - 21:43


Boys don't cry.

Il y avait un de ces silences dans cette salle. Tu t'en es pas aperçu tout de suite mais quand tu as capté, ça t'a pris aux tripes. Tu avais balancé un truc en trop peut-être ? C'était étrangement facile de parler avec Lou, tu te rendais pas trop compte de tout ce que tu pouvais dire. Ouais avec Lou, tes mots, ça devenait de l'eau. Tu les voyais même pas passer.
Alors tu levas la tête et tu fixas la jeune fille avec ses cheveux roses. Ses cheveux roses qui dégringolaient sur son épaule, parce qu'elle s'était penchée un peu, et même ça faisait comme une cascade de barbe-à-papa. Tu t'apprêtais à dire que c'était joli ses cheveux quand elle s'est levée et s'est approchée de toi. Pour mieux te sourire peut-être.

« Ah mais si, tu joues très bien ! Même si la basse est moins populaire que la guitare, il n’en reste pas moins que c’est un bel instrument, et puis, il y a de belles chansons avec de la basse ! »

Elle avait l'air de s'y connaître un peu, et ça te faisait plaisir, parce que les gens d'habitude ils disaient toujours que la guitare c'était tellement mieux. Toi tu voulais pas de guitare. T'étais pas comme les autres et tu t'en foutais voilà.

« Et puis… »

Tu la fixais toujours Lou, tu écoutais sa voix qui était toute douce toute douce, toute prudente aussi, comme si elle avait peur de casser quelque chose, un verre un vase un cœur, tu savais pas trop. Tu la regardais sans gêne parce que tu étais pas gêné toi, sauf quand Avery te coupait les cheveux n'importe comment. Ou quand Avery te forçait à mettre un tutu et à courir avec dans les couloirs du collège. Ou quand Avery te regardait bien droit avec ses yeux noisettes à paillettes. Ou quand Avery prenait ta main dans la sienne avec un air de secret que tu comprenais pas parce que t'étais con Sidney bon sang que t'étais con.

Lou elle s'installa à côté de toi et elle avait une tête très sérieuse alors tu gardas tes lèvres bien closes. Ta basse toujours dans les bras, tu patientas, le temps qu'elle mette en ordre ses pensées sûrement. Tu la laissais faire. Vous aviez tout votre temps, hein. Pas de soucis. Jamais de soucis avec toi. Sauf quand Avery était en colère. Sauf quand Avery était triste. Sauf quand Avery.

« … Tu veux en parler ? »

Tu la regardas soudain un peu mieux, Lou, et tu remarquas qu'étrangement, elle te regardait aussi. Tiens. Alors tu lui souris avec ta tête d'idiot. Elle t'avait dit un truc, non ? Ah ouais, si tu voulais en parler. La première chose que ton cerveau amorphe de limace pensa fut un « parler de quoi ? » monstrueux. Tu songeas un instant à poser la question, à rompre le silence de la classe pour jeter cette interrogation moche à crever. Mais elle tendit sa main vers toi Lou et elle avait l'air si gentille, si pleine de bonnes choses, que pour la première fois depuis très longtemps tu ravalas tes paroles et tu te mis à réfléchir à ce qu'on venait de te dire. Si elle était aussi précautionneuse dans sa façon de parler, il y avait une raison. C'était parce qu'elle souhaitait aborder quelque chose d'important. Quelque chose d'important à ses yeux, ah non, c'était à toi qu'elle posait la question. Quelque chose d'important à tes yeux alors.

Avery.

Ce nom qui s'enfonçait dans ton crâne te donna envie de vomir et de danser en même temps. Tu savais que tu n'aurais pas dû penser ça, mais tu savais aussi que tu ne pouvais pas t'empêcher de penser. Effie elle était jolie, elle était adorable, et quand tu la tenais dans tes bras tu sentais ton cœur qui battait très fort. Elle était importante c'est sûr. Mais Avery ce n'était pas pareil. C'était terrible. Elle était la plus jolie, la plus adorable. Quand tu la tenais dans tes bras, les rares fois où tu la tenais dans tes bras, ton cœur il semblait exploser en plein de petits morceaux. C'était triste. Et très beau aussi. Ça faisait mal.
Mais tu en voulais encore.

« Je crois que je suis un enfoiré. »

Il n'était pas mignon ce mot, il ne brillait pas, il ne collait pas à Lou. Mais tu n'en trouvais pas d'autre. Il te collait à toi. Tu savais pas trop quoi en faire de la main de Lou, alors tu la pris dans la tienne. Pas comme un amoureux parce que c'était pas ça, tu commençais à savoir ce que c'était qu'être amoureux quoique des fois tu te demandais mais non non pas comme un amoureux. Lou c'était pas ton amoureuse. Non cette main tu la prenais plutôt comme un gamin. Un gosse qui savait plus trop quoi faire, un peu perdu, un peu tout seul.

« Effie est incroyable, Lou. Incroyable. Tellement que je la mérite même pas. » Tu laissas un silence. C'était étrange les mots dans ta bouche. Un peu pâteux. Pas très soignés. Tant pis il fallait bien le dire. « Mais moi la seule personne pour qui je donnerais n'importe quoi, tu sais. C'est Av'. Et c'est pas grave si tu sais pas, parce que moi je sais. Je sais que c'est Av'. Et c'est vraiment dégueulasse. »

Un gosse qui se sentait immensément sale et qui prenait la main tiède qu'on lui tendait avec plaisir.
Comme si ça pouvait le rendre moins laid.


(hrp: j'ai mis cent sept ans pardooon je suis désolée. j'espère que c'est pas trop mal je me suis pas relue et sidney est un pur connard mais je l'aime tant pis de toute façon c'est pas un scoop et c'est mon bébé. D8)(luv you. ♥♥)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou D. Avy
 Greenery
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 29/12/2012
Âge du personnage : 16 ans
Section : Greenery
Classe : G

MessageSujet: Re: Tout est possible, non ? - Sidney   Mer 27 Fév - 22:31

Il avait l’air de réfléchir, et Lou se sentit un peu mal d’être aussi sérieuse avec lui. Mais quelque part, parfois, il fallait parler de ce genre de chose. Et puis, cela pourrait peut-être l’aider.

Parce qu’elle voulait vraiment l’aider Lou. Et elle pouvait sentir qu’il n’allait pas bien, qu’il avait la tête remplie de question et de suppositions, d’idées et de pensées qui ne faisaient que l’embrouiller, et à cause de ça, elle voulait qu’il y voit plus clair.

Parce qu’elle était comme ça, simplement.

« Je crois que je suis un enfoiré. »

Elle écarquilla les yeux quand il avait osa dire ça, et eut un air triste. Elle n’aimait pas quand les gens disaient ça d’eux même. Elle avait envie de les faire sourire, de leur faire voir à quel point le monde était beau quand on voulait, qu’il suffisait de faire l’effort de le regarder, de se dire que tout s’arrangerait… Mais parfois, c’était trop dur pour eux.

Aussi, quand il prit sa main, elle put sentir à quel point il se sentait mal.

« Effie est incroyable, Lou. Incroyable. Tellement que je la mérite même pas… Mais moi la seule personne pour qui je donnerais n'importe quoi, tu sais. C'est Av'. Et c'est pas grave si tu sais pas, parce que moi je sais. Je sais que c'est Av'. Et c'est vraiment dégueulasse. ».

Quand il prononça ces mots, elle eut encore plus mal pour lui. Parce qu’elle savait que c’était Avery. Cela avait toujours été Avery. Et elle avait mal aussi pour lui, parce qu’il aimait Effie, mais pas de la même manière, et qu’il se sentait mal pour cette fille. Il était gentil, tellement gentil…

« … Tu sais Sidney. Tu n’as pas à te traiter d’enfoiré pour ça. Tu sais, on fait tous des erreurs, et parfois, on peut entrainer des gens avec nous. Mais le fait que tu te sentes coupable prouve que tu es quelqu’un de bien, et que donc, tu ne l’as pas fait intentionnellement. Maintenant que tu le sais, ça te fais juste souffrir et… »

Son air devint triste, mais elle essaya de sourire. Elle sentait qu’elle allait pleurer, mais elle ne le devait pas. Parce que ce n’était pas à elle de pleurer, et qu’elle n’avait pas de raisons de le faire. Mais pourtant… Pourtant, ce garçon était tellement gentil, et il avait tellement de problèmes… C’était tellement injuste…

Elle baissa la tête, et serra la main de Sidney entre les siennes.

« … Et pourtant, tu fais quand même face. Quelque part, c’est courageux tu sais, parce que tu es sincère, et que beaucoup de garçon aurait laissé tomber la fille qu’il n’aimait pas pour être avec l’autre. Donc tu n’as pas à te rabaisser. C’est comme ça, c’est tout. On ne peut pas contrôler ses sentiments… Et si Effie est si incroyable que tu le dis, elle comprendra peut-être si jamais tu lui dis. Parce qu’Avery, elle, elle est a… »

Elle s’arrêta dans sa phrase quand elle se rendit compte de ce qu’elle allait dire. Elle avait failli lui avouer que la jeune fille avait des sentiments, et releva les yeux vers le jeune garçon. Il ne devait sûrement pas comprendre ce qu’elle allait dire, mais quelque part, c’était peut-être mieux. Elle essaya d’avoir une meilleure mine, un air rassurant comme elle savait si bien le faire.

Parce qu’il n’avait certainement pas besoin d’une personne triste encore. Non, et puis, elle aimait bien sourire Lou. C’était comme ça qu’elle arrivait à parler aux gens, et c’était comme ça qu’elle aidait les autres. Parce que c’était comme ça aussi. Pourtant, Lou aussi pouvait souffrir, et voir Sidney triste à cause de cette histoire la rendait triste. Elle n’aimait pas pleurer, mais pourtant, en cet instant, elle avait très envie.

La sincérité du garçon la touchait, et parce qu’elle l’aimait bien, elle devait sourire, simplement.

« Tu es quelqu’un de bien Sidney, et je suis sincère. Mais ce sont les gens honnête et gentil comme toi qui ont souvent des problèmes, parce que les autres sont trop lâches pour les régler correctement. Mais parce que tu es gentil et honnête justement, il t’arrivera pleins de chose biens après, je peux te le promettre. »

Elle avait envie de lui faire pleins de promesses, pleins de promesse qu’elle tiendrait juste pour qu’il soit heureux avec Avery, qu’il puisse avoir le bonheur qu’il mérite. Parce que Sidney était quelqu’un de bien, de vraiment bien, qui méritait d’être heureux, comme tous les autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sidney G. Carter
Ecume
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 16/10/2012
Age : 21
Âge du personnage : 18 ans
Section : ecume
Classe : h

MessageSujet: Re: Tout est possible, non ? - Sidney   Ven 26 Avr - 18:18


Till' there was you.

« … Tu sais Sidney. Tu n’as pas à te traiter d’enfoiré pour ça. Tu sais, on fait tous des erreurs, et parfois, on peut entrainer des gens avec nous. Mais le fait que tu te sentes coupable prouve que tu es quelqu’un de bien, et que donc, tu ne l’as pas fait intentionnellement. Maintenant que tu le sais, ça te fais juste souffrir et… »

Ça fait une avalanche une tempête une cascade de mots et tu écoutes tout et tu essayes de tout comprendre mais tu es un peu con Sidney alors tu captes pas tout. Mais tu tentes quand même. Parce que c'est Lou et que tu sais qu'elle veut t'aider et puis parce qu'elle est mignonne et que tu aimes bien son sourire tiède comme une jolie journée de printemps et ses phrases douces comme de la pâte à tartiner. Tu te dis que si tu es gentil peut-être qu'elle t'en fera un autre de sourire et ce serait tellement tellement tellement bien. Parce que Lou quand elle te sourit, c'est comme s'il n'y avait plus de problème, comme si la vie n'était plus noire du tout. Elle balaye les nuages, elle chasse les orages. Et elle apporte tout ce qu'il y a de beau. Alors que toi tu es si laid. Elle arrive quand même à t'accepter. Elle sert ta main entre les siennes, toutes petites en comparaison, si petites ; et tu te demandes comment elle fait.
Comment elle fait pour ne pas s'enfuir en courant.
Devant la montagne de soucis que tu représentes.

« … Et pourtant, tu fais quand même face. Quelque part, c’est courageux tu sais, parce que tu es sincère, et que beaucoup de garçon aurait laissé tomber la fille qu’il n’aimait pas pour être avec l’autre. Donc tu n’as pas à te rabaisser. C’est comme ça, c’est tout. On ne peut pas contrôler ses sentiments… Et si Effie est si incroyable que tu le dis, elle comprendra peut-être si jamais tu lui dis. Parce qu’Avery, elle, elle est a… »

Elle a quoi Avery ? Elle est malade ? Elle a des problèmes ? Est-ce que Lou sait quelque chose que tu ne sais pas ? Tu lèves un sourcil interrogateur, mais elle n'a pas l'air de vouloir poursuivre. Tant pis. Tant pis. Ce n'est pas d'Avery dont tu devrais te soucier bordel. Combien de fois t'es-tu dit ça déjà ? Qu'il fallait que tu l'oublies. Que tu la laisses de côté. Que tu arrêtes de penser à elle le matin, le midi, le soir, toute la journée, n'importe quand, pour n'importe quoi, comme un malade, comme un drogué. Tu es dangereux, peut-être. Tu ne sais pas. Lou te dit courageux et sincère. Tu aimerais lui montrer comme elle se trompe. Tu te sens lâche, tellement lâche. Prêt à tout lâcher si Avery te le demandait. Juste un mot d'elle, et tu laisserais Effie sans même te poser la question. Ça te dégoûte. S'il y a bien une personne que tu détestes Sidney. C'est bien toi-même.

« Tu es quelqu’un de bien Sidney, et je suis sincère. Mais ce sont les gens honnête et gentil comme toi qui ont souvent des problèmes, parce que les autres sont trop lâches pour les régler correctement. Mais parce que tu es gentil et honnête justement, il t’arrivera pleins de chose biens après, je peux te le promettre. »

Pourtant Lou te sourit. Pourtant Lou te dit une centaine de mots rassurants, qui t'enveloppent comme un cocon. Pourtant Lou ne lâche pas ta main. Elle devrait lâcher ta main. Elle va devenir laide elle aussi si elle continue à s'approcher de toi. Tu ne veux pas lui faire du mal. Lou elle est faîte pour être heureuse, toute sa vie ; faîte pour grandir dans un monde aussi beau que tous ces sentiments qu'elle te fait parvenir, toute cette bienveillance, infinie, infinie comme le ciel et les étoiles et la lumière. Tu voudrais lui dire de ne pas trop s'approcher de toi, de ne pas rester là parce qu'il ne faut pas. Il ne faut pas qu'elle soit contaminée par toutes ces emmerdes que tu traînes dans ton dos. Mais comme d'habitude tu ne dis rien Sidney. Tu la laisses rester, Sidney. Tu ne penses qu'à ce que tu veux.
Et tu veux qu'elle reste.
Cette présence rassurante, tu veux qu'elle continue à briller à côté de toi. A te montrer le chemin. A t'empêcher de glisser, de tomber. Ou dans le pire des cas, à t'aider à te relever.

« J'aimerais bien que ce soit vrai. Ce que tu me racontes. Mais Lou moi je. »

Un homme ça ne baisse pas les yeux, Sidney.

« Je suis pas sûr d'être vraiment honnête ou gentil tu vois. J'me mens même à moi. Et en plus j'suis un mauvais menteur. J'arrive pas à me croire. »

Un homme ça ne fronce pas le nez, Sidney.

« Même quand je me dis que je la déteste. Même quand je me le répète des milliers de fois. Lou, je sais que c'est faux. »

Un homme ça ne pleure pas, Sidney.

« Reste avec moi. »

Mais peut-être que tu n'es pas encore un homme.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou D. Avy
 Greenery
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 29/12/2012
Âge du personnage : 16 ans
Section : Greenery
Classe : G

MessageSujet: Re: Tout est possible, non ? - Sidney   Jeu 2 Mai - 14:28

Ses paroles la touchaient de plus profond d’elle-même, tandis qu’elle voyait des larmes monter dans les yeux de Sidney. Il voulait qu’elle reste avec lui, juste pour le rassurer peut-être. Ou bien parce qu’il avait besoin d’une présence. Quoi qu’il en soit, elle comptait bien rester, jusqu’à ce qu’elle voit un beau sourire sur son visage. Cependant, elle-même commençait à perdre le sien quand elle le vit pleurer.

Parce qu’elle avait déjà du mal à retenir ses larmes, alors le voir en train de verser des larmes ne l’aidait pas. Cela montait tout doucement, puis ses yeux commençaient à piquer aussi, pour finalement se mettre à pleurer. Sidney était tellement gentil, pourquoi ne s’en rendait-il pas compte ?

« Les gens ne se rendent pas compte de ce qu’ils sont parfois. Et je peux t’assurer que tu es vraiment, vraiment quelqu’un de bien Sidney, sinon tu ne serais pas en train de pleurer… »

Elle-même pleurait, mais elle était si triste. Parce que voilà, elle savait ce que Sidney ressentait, et cela lui faisait mal de ne pas pouvoir l’aider. Elle avait l’impression d’empirer la situation, et cela lui faisait mal au cœur. Tellement mal qu’elle ne savait pas vraiment quoi dire pour rassurer Sidney. Puis, d’un coup, elle le prit contre elle. Pas comme quelqu’un qui était amoureuse de lui, non Lou ne l’aimait pas comme ça. Lou l’aimait en tant qu’ami, et elle voulait le réconforter.

Elle ne voulait pas le voir pleurer, car elle pleurait aussi.

« Il ne faut pas que tu pleures… »

Elle ne savait pas vraiment pour qui elle disait ça. Si c’était pour elle ou pour lui. Elle n’aimait pas pleurer, parce que les gens préféraient les gens souriants, cela leur donnaient envie de sourire aussi. Alors elle gardait toujours cette joie sur le visage. Pourtant, à cet instant, elle n’arrivait pas. Non, c’était trop dur.

Elle pouvait sentir à quel point Sidney aimait Avery, et c’était un sentiment tellement beau que, que savoir qu’il ne pouvait pas se partager avec justement Avery lui faisait mal. Pourquoi au juste. Elle savait qu’ils s’aimaient, mais pourquoi, pourquoi n’étaient-ils pas heureux ? Pourquoi il y avait cette souffrance entre eux ?

« Je suis désolée… Au final, je ne peux même pas t’aider comme il faut… »

Elle se sentait si nulle. Si elle disait qu’Avery l’aimait, cela allait peut-être changer les choses ? Mais non, ce n’était pas à elle de le lui dire. C’était à Avery, mais elle était trop têtue pour se rendre compte des choses… Bon sang… C’était si cruel. Les yeux rosés de la jeune fille ne cessaient de pleurer. Elle n’aimait pas cette sensation d’être juste… Impuissante. C’était ça. Elle ne pouvait juste rien faire de plus pour Sidney.

Au bout de quelques minutes de pleurs, elle recula pour regarder le jeune homme. S’essuyant les yeux, elle finit par reprendre la parole.

« Tu aimes Avery. Et tu le sais toi-même au fond… Ne te mens pas encore plus, parce que tu vas souffrir… Et tu souffres déjà assez. Et je sais aussi que… si te devais choisir entre Effie et Avery, tu choisirais ton amie d’enfance. Et surtout… Arrêtes de penser que tu es un moins que rien. C’est faux. »

Elle ne voulait plus qu’il pense ça de lui-même. Il valait mieux que ça.

« Il faut que tu es plus confiance en toi Sidney… »

Sinon, il allait se faire écraser plus tard. Et il ne méritait pas ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sidney G. Carter
Ecume
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 16/10/2012
Age : 21
Âge du personnage : 18 ans
Section : ecume
Classe : h

MessageSujet: Re: Tout est possible, non ? - Sidney   Lun 24 Juin - 19:14



Well there's nothing to lose And there's nothing to prove
I'll be dancing with myself.

« Les gens ne se rendent pas compte de ce qu’ils sont parfois. Et je peux t’assurer que tu es vraiment, vraiment quelqu’un de bien Sidney, sinon tu ne serais pas en train de pleurer… »

Tu entendais sa voix rassurante, tu laissais ses mots doux comme de la soie envelopper ton cœur pour faire comme un pansement, et tu aurais dû aller mieux ; pourtant tu continuais de pleurer comme un imbécile, comme un gamin tombé sur le bord de la route. Elle avait laissé échapper le mot « pleurer », et ça ta balançait encore davantage la réalité à la gueule. Tu te sentais au bord du vide, tu entendais Lou sangloter en face de toi et tu t'en voulais de la rendre malheureuse. Peut-être que ton rôle dans la vie, c'était tout simplement de faire le mal autour de toi.
Tu laissas ses bras minuscules passer dans ton dos et te serrer, tu laissas ta tête s'abandonner contre son épaule. Deux gosses larmoyants dans la salle de musique. Et tu te demandais pourquoi ça ne pouvait pas être ça aussi, avec Avery. Pourquoi n'arrivais-tu donc pas à l'aimer elle comme tu aimais Lou ? C'était tellement simple pourtant. Il n'y avait rien d'étrange entre toi et la jeune Avy. Vous étiez amis. Vraiment amis. Rien d'autre.
Pourquoi Avery était-elle autre.

« Il ne faut pas que tu pleures… »

Tu ne savais pas si elle disait ça pour toi ou pour elle. Tu t'en moquais, au final. Toi, tu voulais juste rester là, encore un peu, encore beaucoup. Oublier. Rester avec Lou, entre ses bras qui ne te feraient jamais de mal, qui ne te rendraient jamais aussi triste que ceux d'Effie ou ceux d'Avery. Entre leurs bras à elles, tu te sentais immensément heureux. Jusqu'à ce que tu retombes dans le doute, la peur, le froid. Tu ne savais pas quoi faire. Tu ne savais pas où aller. Tu ne savais pas quand est-ce que tu pouvais être juste bien. Si ce n'était là. Avec Lou il n'y avait pas d'amour. Et c'était peut-être ce qu'il y avait de plus joli entre vous.

« Je suis désolée… Au final, je ne peux même pas t’aider comme il faut… »

Tu secouas la tête légèrement, essayant de grommeler quelque chose, essayant de lui dire de ne pas s’inquiéter, de ne surtout pas se torturer. Mais rien ne te vint. Il y avait cette boule dans ta gorge, comme quand tu étais petit et que ta mère t'engueulait parce que t'avais cassé son plus beau vase. Quelque chose d'indéfinissable. Alors il y eut un silence. Un silence qui sembla durer des heures, ou bien une poignée de secondes. Il y avait juste vos larmes trempant vos vêtements, laissant des tâches sombres sur vos épaules. Il y avait juste vos nez qui reniflaient par-ci par-là, inquiets de ne pas morver sur le voisin. Ça aurait été drôle si ça n'avait pas été triste.

Quand Lou s'écarta de toi, précautionneusement, ça te fit comme un creux dans la poitrine. Et pourtant tu te sentais bien. Tu la laissas te fixer à sa guise, te détailler de ses yeux étrangement roses et encore trempés de ses larmes. Tu ne dis rien. Tu n'avais rien à dire. Tu avais peur qu'en ouvrant la bouche, cette chaleur perdue dans ton ventre ne s'échappe.

« Tu aimes Avery. Et tu le sais toi-même au fond… Ne te mens pas encore plus, parce que tu vas souffrir… Et tu souffres déjà assez. Et je sais aussi que… si te devais choisir entre Effie et Avery, tu choisirais ton amie d’enfance. Et surtout… Arrêtes de penser que tu es un moins que rien. C’est faux. »

Tu hoches la tête, comme un gamin qui dit oui. Oui à son institutrice, qui a toujours raison, à qui il faut faire confiance. D'accord, d'accord.

« Il faut que tu es plus confiance en toi Sidney… »

D'accord.
Un sourire passa sur tes lèvres.
Tu regardas Lou encore un instant sans rien dire, et puis tu attrapas ta basse et la glissa sur ton épaule, avant de déposer un léger baiser sur sa joue droite.

« Merci. »

Tu sortis de la salle en courant. Oh Lou. Si gentille, si parfaite. Elle te guidait dans le noir. Elle avait raison. Évidemment qu'elle avait raison.
C'était ton amie.
Et c'était si simple.

Il fallait que tu vois Av.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Tout est possible, non ? - Sidney   

Revenir en haut Aller en bas
 

Tout est possible, non ? - Sidney

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un homme tout nu !!!
» Livre à disposition: Savoir tout faire avec Photoshop
» Les petits gestes qui veulent tout dire
» Tout savoir sur la photo...
» Les sites web indispensables pour tout savoir sur le 5800

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'Académie - Akuriru Gakuen :: 2ème étage :: Salle de musique-