AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Regarde moi, je ressemble à rien ✿ Tony

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Effie Ashen
 Greenery
avatar

Messages : 102
Date d'inscription : 17/06/2013
Âge du personnage : 16 ans
Section : Greenery
Classe : G

MessageSujet: Regarde moi, je ressemble à rien ✿ Tony   Jeu 11 Sep - 20:43


« Je t’aime mais je t’aime pas » avait dit Sidney.
Ou quelque chose de similaire. Ses phrases s’étaient mélangées dans la cervelle d’Effie.

Sidney Carter. C’est-ce garçon brun qu’Effie Ashen aime tant.
C’était son petit ami. Plus maintenant.

Il était une fois une princesse amoureuse d’un prince déjà promis à quelqu’un d’autre. Dans un royaume en détresse se tenait une princesse en larmes parce qu’elle venait de perdre son amour. L’homme pour qui elle aurait tout donné était parti en la laissant seule. Et bientôt le royaume était en ruine.

Une page se froisse. Elle l’arrache de son journal. Et balance ce papier fripé de l’autre coté de la pièce. C’était l’histoire la plus stupide et cliché qu’elle avait j’avais entendu parler. Un scénario juste bon à jeter.

Effie, assise dans son lit. Sa couverture comme un océan de douceur pour l’entourer. Pour la protéger aussi, peut être. Elle tire ses draps près d’elle, comme l’on fait un château de sable. Une princesse a besoin d’un Fort pour que rien ni personne ne puisse l’atteindre.

Son téléphone vibre. Elle ne bouge pas. Son regard ne fixe rien. Puis elle s’intéresse aux poussières dans l’air qui rendent les images moins claires. Son portable vibre encore. Elle a très envie de le mettre sur silencieux, voir même de l’éteindre, mais se retient.

Des messages de Rosie qui lui dit de sortir de son trou et d’aller en cours. Sinon elle viens ici et la traine avec elle. Effie se lève enfin, lentement. Son corps est dur à porter. Elle le trimballe jusqu’à la salle de bain. Ça fait plusieurs jours qu’elle ne s’est pas lavé les cheveux. Elle ne sait plus combien. Ils sont un peu gras, emmêlés, et ne bouclent pas. C’est normal. Elle ne les boucle plus. Ils ne sont que raides et moches. Blonds et fades. Pourquoi tout le monde en pince pour les blondes? Regardez-les, elles n’ont rien de spécial. Elles se réveillent avec les yeux rouges et des cernes aussi grandes que cette muraille en Chine.

Effie a presque envie de rire face à son reflet.

Couverte des premiers vêtements qu’elle a trouvée, qu’elle n’a pas cherchée à coordonner, Effie prend son sac et sort de sa chambre. Il y a trop de lumière dehors, elle se cache derrière ses mèches de cheveux encore mouillés. Tiens, c’est vrai, elle a oublié de les sécher.

Effie a peur. De qui elle pourrait croiser. Elle sert son sac contre elle, se fait toute petite dans son gilet, et marche la tête baissée. Si prêt des murs qu’elle pourrait se fondre dedans. Au final elle n’arrive pas à aller en cours et se ratatine de couloir en couloir. Dans le coin sombre des escaliers quand la cloche sonne, en attendant que tous les élèves soient passés et ne l’aient pas remarquée.

Elle avance si lentement qu’elle a l’impression de ne pas bouger. Au point de ne pas remarquer quand elle s’arrête pour regarder par la fenêtre. Son front contre la vitre. Depuis, ses cheveux ont séchés. Mais ils ne sont pas coiffés et partent un peu dans tous les sens.

De quoi elle à l’air, tout de suite? Perdue dans ses pensées. Elle aimerait pouvoir écrire des choses joyeuses mais tout lui donne envie de pleurer. Ses carnets sont si tristes qu’elle n’ose même plus les regarder. Le soleil brille quand deux nuages lui laisse de l’espace. Elle ne se demande même pas si son éclat fait scintiller sa blondeur. La vitre est froide et c’est agréable sur son front, voilà tout ce qui compte.

Du fond du couloir on peut entendre des pas se rapprocher, mais elle n’y fait pas encore attention.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tony Ruiz
Ecume
avatar

Messages : 440
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 21

MessageSujet: Re: Regarde moi, je ressemble à rien ✿ Tony   Ven 12 Sep - 19:29



Le pire, en fait, c'est que ça ne lui avait rien fait. Il n'avait pas été content. Ni triste. Ni en colère. Il ne savait pas trop comment décrire sa réaction quand il avait appris la nouvelle. Peut-être un espèce de creux dans son ventre, une impression désagréable d'inachevé. Il aurait du être content. C'est ce qu'il voulait depuis le début. Vraiment ?

Les gens ne murmuraient même pas. Les ragots, ça se murmure pas, au fond, ça se glisse naturellement dans la conversation, ça commence par « au fait, vous savez pas ? », c'est presque anodin. Et c'est comme ça que Tony avait appris, pour la rupture, en même temps que tout le monde, au détour d'une conversation entendue entre deux heures de cours. Et c'était tellement normal, ce genre de nouvelles. Le genre qui n'attire que de l'indifférence, voire quelques rares remarques un peu compatissantes. « La pauvre, quand même ». Ou des « c'est dommage, ils allaient si bien ensemble. »
Qu'est-ce que ça veut dire, aller bien ensemble ?

Et l'impression de creux, il l'avait depuis qu'Effie ne se montrait plus. Quoi, il s'en fichait, habituellement. Il l'aurait cru malade, ou autre. Il ne se serait jamais inquiété. Et là, il se surprenait à regarder par la porte depuis ses classes, à taper du pied impatiemment en attendant les fins de cours, à s'attarder un peu trop longtemps en jetant des coups d’œils, espérant apercevoir une tête blonde.
Et il ne savait même pas pourquoi. C'est pas comme si ils étaient amis. C'est pas comme si il allait pouvoir arriver comme une fleur et la réconforter. Il était nul pour réconforter les gens, après tout. En particulier quand il tenait à eux. Il ne pouvait pas aller voir Effie et lancer un « salut, ton mec vient de te larguer, soyons amis. ». Non. Ou peut-être que si. Peut-être qu'il se prendrait un vent, si il faisait ça. Ou une claque. Il voyait mal Effie claquer quelqu'un. Mais bon, il prendrait pas le risque.

Il se sentait débile, de penser à ça, des fois.

« Monsieur Ruiz. Au lieu de regarder par la fenêtre avec cet air ahuri, peut-être que vous pourriez donner la réponse à ma question ? »
« Quarante-sept. »
« Dehors, Ruiz. »

Alors il se lève, il ramasse ses affaires et sort du cours d'anglais. Lui comme la prof ont un gout de lassitude, lui dans la façon dont il traine des pieds pour sortir, elle dans la manière de feuilleter son livre avec énervement. Les autres élèves cachent leur sourire. Il doivent penser que son pas est nonchalant et son sourire provocateur, mais en réalité, il se sent juste un peu fiévreux et confus, il n'a aucune idée de ce qu'il fait.
Mais c'est peut-être le destin, au fond. Peut-être que le nombre quarante-sept a une signification spéciale. Peut-être qu'au fond, ses pouvoirs de divination de Dieu maya finissaient par faire surface. Peut-être que si il avait sorti cette réponse stupide en plein cours d'anglais, c'était parce que le destin l'avait voulu, le destin avait voulu qu'Effie Ashen, après des jours entiers sans montrer son ombre, se trouve dans ce couloir, juste au moment où Tony se faisait virer de cours.

« Inattention et insolence » seraient marqués sur le bulletin. Une variante charmante de tous les autres qui s’empilaient dans sa pochette. Peut-être un autre ticket jaune d'heure de colle à mettre sur le mur de sa chambre. Oh, mais qu'est-ce qu'il pouvait s'en foutre, maintenant, il avait le cœur qui battait à s'en arracher de sa cage thoracique, comme si c'était la première fois qu'il voyait Effie.
Et c'était bien la première fois qu'il la voyait comme ça. Front appuyé sur la vitre, les yeux rouges et les cheveux défaits. Elle n'était plus trop Effie, comme ça, mais pourtant, aucune chance de la confondre avec quelqu'un d'autre, une autre fille blonde avec du chagrin.
Il se rapproche, il fait de son mieux pour ne pas accélérer. Il a peur que la cloche sonne et que le flot d'élèves se déverse dans le couloir avant qu'il ait pu l'atteindre et il ne savait toujours pas quoi dire quand il l'atteindrait.

Et ce couloir parut trop court quand il se retrouva devant elle, à court de mots, à court d'idées et à court de souffle. Au secours.N'importe qui. N'importe quoi.
Elle ne le regardait pas, semblait trop concentrée sur ce bout de vitre embué. Et il voulut dire quelque chose comme « salut, Effie », quelque chose de banal et léger, mais heureusement, ses mots restèrent coincés en travers de sa gorge, et il resta là, les bras ballants, à ne savoir que dire ni que faire.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Effie Ashen
 Greenery
avatar

Messages : 102
Date d'inscription : 17/06/2013
Âge du personnage : 16 ans
Section : Greenery
Classe : G

MessageSujet: Re: Regarde moi, je ressemble à rien ✿ Tony   Ven 12 Sep - 20:42


Effie pense à Amy. Sa petite sœur, tellement charmante, que tout le monde adore. Pleine de vie, toujours en train de sourire et courir dans tous les sens, aussi blonde que le soleil. Elle entend sa voix sure d’elle crier qu’elle deviendra danseuse étoile ou bien maitresse d’école. Ça lui réchauffe un peu le cœur. Elle se dit « si j’avais été comme ça… » mais ça ne mène jamais à rien de penser ces choses là.

Si elle avait été quoi?
D’un blond plus tape à l’œil? Dune fierté à couper le souffle?

Effie n’est pas Amy, peu importe ses efforts. Au final, c’est toujours la même chose: elle n’est pas assez bien. Est-ce qu’il faut baisser les bras alors? Il y a ceux nés formidables et ceux qui ne seront jamais comme il faut, c’est ça?

Elle s’en veut d’être si négative. Elle s’en veut de ne pas retourner en cours. Elle s’en veut de ne plus pouvoir sourire.
Ce n’est qu’une rupture après tout. Des ruptures il y en a tous les jours. Ça ne dure qu’un instant. Ce n’est que quelques mots.

Effie ne sait juste pas comment faire à partir de là. Doit-elle en vouloir à Sidney? À Avery? Doit être parler en mal d’eux? Leur montrer une expression de dégout si elle les croise? Elle n’en serait pas capable. Juste penser au fait qu’elle puisse les voir lui donne mal au ventre.

Au final, de coupable, elle ne trouve qu’elle. À se demander ce qu’elle a fait, ce qu’elle aurait du faire, ce qu’elle n’a pas fait. Peut être que… Et si…
C’est d’une tristesse, l’intérieur de sa tête, en ce moment.

Un nuage épais se pose devant le soleil, rendant le monde un peu moins clair. La vitre n’est même plus froide maintenant. Et Effie a déjà oubliée ce qu’elle faisait là. Elle ne réalisa pas tout de suite, non plus, la présence près d’elle. Inattentive, elle n’a pas non plus remarquée les bruits de pas. Ni le souffle. Mais maintenant qu’il n’y avait plus rien à regarder par la vitre, ce n’était plus qu’une question de seconde avant qu’elle ne tourne la tête.

Tony.

Elle écarquille les yeux. Elle sent comme un cri coincé dans sa gorge. Qu’est-ce qu’il fait là? Et si près. Et pourquoi est-ce qu’il l’a regarde? Et pourquoi lui? Et pourquoi maintenant? Il n’aurait pas du être là. Les cours ne sont même pas fini. Ou alors c’est elle qui n’aurait pas du rester aussi longtemps au même endroit. Tout ce qu’Effie sait à cet instant c’est que si elle ne cligne pas des yeux bientôt elle va surement se mettre à pleurer, que ses lèvres tremblent, et qu’il semble que la raison pour laquelle son cœur bat si vite c’est la peur.

La peur de quoi exactement, ça, c’est plus compliqué à comprendre. Ce n’est pas vraiment Tony qui est effrayant, du moins elle ne trouve pas; des peu de fois où ils se sont parlés il a toujours été gentil avec elle. Alors quoi? Est-ce parce qu’elle ne s’attendait pas à sa présence, si vite arrivée? Ou alors c’est parce qu’il reste là, sans bouger, sans rien faire, sans rien dire. Et qu’elle l’imite. Ce couloir lui semble plus silencieux que lorsqu’elle était seule.

Ou alors.

C’est parce qu’il la regarde. Son reflet dans la glace lui revient. Là, tout de suite, actuellement, c’est un peu la panique dans le cœur d’Effie. Elle sent son visage chauffer et il lui semble que c’est de la honte maintenant qu’elle ressent. Et ses lèvres tremblent encore. Elle doit avoir l’air tellement ridicule.

Son premier geste c’est de se cacher, derrière ses cheveux, et ses bras qu’elle place devant son visage. Elle aurait pu partir, courir loin, pour l’empêcher de la regarder tout court. Mais ce n’est que son visage qu’elle arrive à camoufler.

Ne pas pleurer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tony Ruiz
Ecume
avatar

Messages : 440
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 21

MessageSujet: Re: Regarde moi, je ressemble à rien ✿ Tony   Sam 13 Sep - 9:21

hrp:
 


Et quand elle se tourne pour le voir, il se sent comme un petit animal pris dans les phares d'une voiture, vous savez, celui qui veut à tout pris s'enfuir mais qui reste hypnotisé par la lumière. Bon et après normalement il se fait écraser par une voiture.
Maintenant, il voit tout. Les deux yeux, plus de rouge que de gris dans cette marre de larmes. Les joues qui ont perdu de leur couleur, les cheveux raides et ternes qui tombent tristement, les lèvres qui tremblent. Tony déteste les yeux larmoyants et les lèvres qui tremblent. C'est le syndrome de quelqu'un sur le point de pleurer, et il voit Effie cligner des yeux en regardant en l'air, cette technique désespérée pour empêcher les larmes de couler. Et c'est trop triste.
Le cœur de Tony ne s'est pas calmé, il cogne toujours comme si il voulait s'échapper, et il a maintenant en plus l'impression qu'il se tord dans tous les sens.

C'est nul, en fait, d'avoir de l'empathie. Il aurait adoré pouvoir s'en foutre. Pouvoir ne jamais avoir mis le nez dans ces problèmes, côtoyer des gens sans chagrin. C'est un peu tard.

Effie se cache le visage avec ses mains. Il ne sait pas trop pourquoi, mais il n'aime pas ça. Parce qu'elle se cache. Elle ne veut pas qu'il la voie. Ça lui fait bizarre. Pas triste, non, ou juste un peu, alors.
Et il sait toujours pas quoi faire, ni quoi dire, il a envie de crever ce silence insupportable, Tony déteste le silence, quand il est avec quelqu'un d'autre. Et il ne sait pas. Tout ce qu'il pourrait dire serait horrible et inapproprié, il le sent.
Et la délicatesse, c'est tellement pas son truc. Lui, ses mains, elles sont trop dures avec les petits bouts de corne sur les phalanges, par rapport à celles d'Effie blanches et douces. Mais il fait un effort pour une fois, pour ne rien casser, quand il prend les mains d'Effie et les écarte de son visage avec des précautions infinies.

Il retrouve ses vieux ennemis, les lèvres qui tremblent et les yeux larmoyants, il lui lache les mains comme si il venait de commettre une faute terrible,  mais il ne se dégonfle pas, cette fois, il prend une grande respiration, angoissé comme si il allait passer un entretient d'embauche. C'est bon. Ce n'est qu'Effie. Tu peux le faire.

« Effie ? »

Il ne sait pas trop si c'est une question. Il se tourne pour voir si ils sont seuls dans le couloir. Pourvu qu'ils soient seuls dans le couloir.

« Effie, tu. Enfin. Je. C'est. »

Tu vas bien. Je suis là. C'est pas grave.
Mais putain, rien ne marche.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Effie Ashen
 Greenery
avatar

Messages : 102
Date d'inscription : 17/06/2013
Âge du personnage : 16 ans
Section : Greenery
Classe : G

MessageSujet: Re: Regarde moi, je ressemble à rien ✿ Tony   Sam 13 Sep - 14:09


Qu’est-ce que ça veut dire quand tu te vois dans le miroir et que ton reflet t’effraye? Et qu’est-ce que t’es censé comprendre quand le regard d’autrui sur toi te fais trembler?

Trop d’émotions. Au moins pour quelques minutes, le plus grand nombre de secondes possible, Effie aimerait ne rien ressentir. Ne plus entendre son cœur qui tambourine, hystérique. Ne plus penser à rien de douloureux. Ne plus penser à rien du tout.

Peut être juste arrêter d’exister. Mais pas longtemps, hein. Juste assez pour renaître et ne plus être la même Effie. Pour devenir quoi exactement, mieux vaut laisser la question en suspens pour l’instant.

Parce que, sur ces secondes qui défilent, trop d’événements se précipitent sur elle. Tony à la place de personne. Des presque larmes à la place du calme. Du silence qui devrait se faire oublier plutôt que de rappeler sa présence. Et ses bras dégagés de son visage, laissé à découvert.

Elle eu un hoquet de surprise quand il la toucha. Ça ne dure pas longtemps. Comme les mains de Tony. Il s’écarte presque trop vite laissant une sensation d’incertitude; l’a-t-il vraiment touchée? Forcément, oui. Elle ne se serrait pas montrée d’elle-même. Mais c’est tellement étrange cette scène. À nouveau ils ne bougent plus, ne disent rien… Est-ce que quelque chose se passe vraiment ou c’est Effie, fiévreuse, qui imagine tout?

La réalité se prouve par la voix de Tony, qui l’appelle.
Effie a l’impression stupide de ne pas avoir entendu son nom depuis au moins… Disons des siècles. Alors qu’elle a eu une visite de Rosie hier. Rosie qui avait hésitée entre rester plus longtemps ou la laisser seule. Qui sait dans ce genre de situation quelle est la meilleur solution?

La voix de Tony fait une nouvelle tentative.
C’est bizarre de voir ce grand garçon ne pas réussir à former une phrase. Pour cette fois, elle le regarde. N’avait fait que le voir jusque là. Ses yeux sont mouillés peu importe ses efforts, alors l’image est rendu floue.

Effie se sent mal de devoir lui faire subir ça; l’état dans lequel elle se trouve. L’état dans lequel il se trouve; ne sachant pas quoi dire. Elle aimerait pouvoir lui sourire, lui dire que ça va et qu’il n’a pas à s’inquiéter. Tout pour qu’il n’ait pas l’air si mal à l’aise. Mais elle n’y arrive pas. Sa voix est encore coincée dans sa gorge.

Le dos de sa main contre ses lèvres. La tête un peu baissée. En attendant qu’elles arrêtent de trembler. Quelques larmes tombent, elle ne peut rien faire contre ça. C’était toute l’eau ramassée dans ses yeux; il faut bien les jeter à un moment ou à un autre. Ses dents prennent la relève en mordant sa lèvre inférieur. La tremblote diminue un peu comme ça. Et ses mains sont maintenant libres pour frotter ses yeux. Ça prend un peu de temps, mais elle espère que ça la rend un peu plus présentable. Enfin, elle sait que non. Mais au moins elle ne doit plus donner l’impression qu’elle est sur le point de s’effondrer.

Et après ça, quoi? Elle ne sait toujours pas quoi lui dire. À peine relève-t-elle la tête pour s’assurer qu’il est toujours là. Bizarrement, comme c’est Tony, sa présence est acceptable. Si ça avait été, par exemple, Misha, elle n’aurait pas pu. Elle ne sait pas trop d’où ça vient. Espère-t-elle moins de jugement de la part de Tony? Elle ne sait juste pas.

Même respirer est un peu dur dans cette situation. C’est comme si l’air devait être mâché avant d’être avalé.

Tony.

Miracle.
Un nom. Un mot. Une réponse peut être. C’est un peu ridicule de ne dire que ça, mais elle se sentait fière, un peu. Au moins ça, elle avait pu le dire. Sans savoir si elle pourrait continuer. Au moins, c’est un début.

Et puis ce nom avait tordu un peu ses lèvres. Ça devait plus ressembler à un sourire que de tout ce qu’elle avait essayer de la semaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tony Ruiz
Ecume
avatar

Messages : 440
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 21

MessageSujet: Re: Regarde moi, je ressemble à rien ✿ Tony   Sam 13 Sep - 17:31


Vous savez, il commençait à croire qu'elles le faisaient exprès. Les filles. De pleurer devant lui. Il y avait Avery Standford, et puis cette fille blonde et ses dieux de l'apocalypse, et maintenant Effie, dont les larmes coulaient silencieusement. C'était pas de sa faute, quand même ? Si ?
Pourquoi ça ne pouvait pas être aussi facile qu'avec Avery ? Pourquoi il ne pouvait pas arriver avec deux blagues nulles et une anecdote d'astronomie pour que tout revienne dans l'ordre comme par magie ? Pourquoi quand c'était Effie, les mots restaient coincés dans sa gorge et son bide se tordait d'angoisse ? Peut-être que parce qu'à la base, Avery, il s'en foutait, du résultat.
Et pourquoi il pouvait pas s'en foutre, d'Effie ?

Mais il pouvait pas s'en foutre. Quand elle se frotta les yeux, et murmura son nom, sa bouche s'étirant en un sourire qui ressemblait à une grimace, ou alors une grimace qui ressemblait à un sourire. Il se sent heureux. Ou soulagé. Ou les deux. Comme si c'était la plus belle des choses. Oui, Tony. C'est son nom.
Il n'arrive pas trop à savoir ce qu'il veut dire, ce « Tony ». C'est un « Tony, vas-t-en » ? Un « Tony, aide moi » ? Un « Tony, salut » ? Ou juste un Tony, une constatation ?

Il souffle encore.

« Ça sonne dans un quart d'heure, je crois. Si tu veux, on peut bouger. »

Il fait en sorte que sa voix soit neutre, qu'elle ne tremble pas, essaie d'avoir l'air détaché.

« Et si tu veux on peut genre. A l'aquarium de l'étage Ecume. Ah non. Aller acheter une glace. Vanille ou fraise ou noisette ou les trois, avec de la crème chantilly. Et c'est moi qui paye. »

L'étage écume. C'est vraiment le pire truc à dire, sans doute.

« Mais si t'as trop froid on peut prendre un chocolat chaud, ça marche aussi. »

Ces efforts, ça ressemble à l’énergie du désespoir. Proposer un truc, briser le silence, n'importe quoi.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Effie Ashen
 Greenery
avatar

Messages : 102
Date d'inscription : 17/06/2013
Âge du personnage : 16 ans
Section : Greenery
Classe : G

MessageSujet: Re: Regarde moi, je ressemble à rien ✿ Tony   Mar 16 Sep - 17:57


Quand Effie cligne des yeux, c’est lent et désagréable. Ses cils se touchent et semblent être tombés amoureux: ils ne veulent plus se lâcher. L’effort pour les décoller est énorme.
Et il lui semble sentir son crâne, la douleur subi pour lui percer ses deux trous nommés orbites. Elle ne sait pas pourquoi elle pense ça; que c’est tout frais. Comme si ses yeux n’avaient pas toujours été là. Peut être est-elle vraiment fatiguée. Il faudrait qu’elle retourne dans sa chambre, sous ses couvertures…

Mais Tony est là. Il lui parle. Et quand il lui propose d’aller ailleurs, Effie acquiesce sans réfléchir. Elle n’a pas vraiment envie d’y réfléchir. Sur l’instant, elle se dit que peu importe où Tony veut l’emmener elle le suivrait. Elle aimerait se demander pourquoi, mais réfléchir est fatiguant.

Elle écoute sa proposition sans rien dire. Ne comprend pas tout de suite le changement de plan. Puis le remercie mentalement. Et se dit que, peut être, juste peut être, Tony est un garçon vraiment extraordinaire.
Bien sur, elle savait déjà pour sa gentillesse, même sans la comprendre tout à fait. Après tout, ce n’est pas comme si elle pouvait dire pourquoi Tony agissait de cette façon.
Pourquoi venait-il vers elle? Pourquoi restait-il près d’elle? Pourquoi faisait-il tellement attention à ses mots? Pourquoi voulait-il lui remonter le moral?
Pourquoi prendre soin d’elle?

Effie apprécie Tony. Mais elle ne croit pas qu’ils soient amis. Ils ne passent pas tant de temps ensemble. Quand ils se croisent ils se saluent, parfois il lui propose de porter son sac… C’est à peu près tout. Alors, encore une fois, pourquoi?

Elle ne se sent même pas de lui demander. Effie aimerait juste pouvoir lui sourire de toutes ses dents. Pour le remercier, pour qu’il n’ait plus cet air inquiet, pour lui dire que depuis qu’il est là ça va déjà mieux. Un petit peu mieux.

Comme ce n’est pas encore possible, on se contentera d’une réponse.

C’est trop tard. J’ai très envie d’une glace maintenant.

Vanille ou fraise ou chocolat ou les trois, avec de la crème chantilly. Et c’est lui qui paye.
Pourquoi quiconque refuserait une offre comme celle-là?
Elle allait le prendre au mot et prendre ces trois parfums exactement plus la chantilly.

Un dernier frottement sur ses yeux, dans l’espoir qu’ils seront moins désagréables à porter après ça. Un coup sur son gilet pour enlever la possible poussière qui se serait déposé dessus. Et ses doigts passés dans quelques unes de ses mèches pour essayer de rendre le tout un peu plus présentable. Voilà, le résultat n’est toujours pas terrible mais c’est mieux que rien.

Effie se rapproche de Tony, et lui attrape la manche. Il ne doit pas comprendre car elle se retrouve à forcer pour réussir à donner une impression ’bras dessus, bras dessous’. Pendant quelques secondes elle se trouve ridicule puis décide de ne pas s’en faire et relève la tête pour regarder le garçon dans les yeux. Sa tentative de sourire doit sembler gênée. Elle aimerait rendre tout ça plus naturel. Par ‘tout ça’ c’est la situation en entière.

Elle sait bien pourtant qu’elle doit avoir l’air affreuse. Que malgré ses doigts passés dans ses cheveux ils ne sont pas en meilleur état qu’avant. Que ses yeux sont toujours douloureux et rouge. Mais Tony ne lui en veut pas pour ça, n’est-ce pas? Elle ne peut qu’espérer qu’il ne soit pas gêné de se promener comme ça avec elle.

Alors, on y va?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tony Ruiz
Ecume
avatar

Messages : 440
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 21

MessageSujet: Re: Regarde moi, je ressemble à rien ✿ Tony   Mar 16 Sep - 19:40


Ils doivent avoir étrange. Tony qui marche sans pouvoir réprimer un sourire idiot, une Effie triste pendue à son bras. Mal fagotés et les cheveux en bataille. Chez lui, rien d'anormal, chez elle, rien de plus rare. Oui, ils doivent avoir l'air étrange, à déambuler dans les couloirs vides en pleine heure de cours, leur apparence contrastant avec leur démarche, Tony soutenant le bras d'Effie avec le sien, c'est presque cérémoniel.
Effie a souri. Effie veut bien une glace. Effie veut y aller. Il ne sait pas si Effie veut vraiment tout ça, ou si elle veut vraiment s'enfuir. Mais dans tous les cas, ça lui importe peu. Une glace avec Effie.
Leurs pas sont presque coordonnés, ils claquent et résonnent. Il a envie de rire.

Et puis ils s'enfuient de l'école comme si c'était la chose la plus naturelle du monde.

Normalement, la porte est fermée pendant les heures de cours. Tony connaît la façon dont on peut ouvrir le petit passage sur le coté, celui qu'emprunte le gardien. Et puis il conduit Effie jusqu'aux commerces les plus proches, jusqu'au marchant de glace qu'il connaît, celui qui vent des glaces vanille ou fraise ou chocolat ou les trois, avec de la crème chantilly. Et il ne dit rien, il regarde les gens les regarder marcher.
Le marchant de glace ne sourit jamais. Il a toujours des lunettes de soleil, même en hiver, quand au lieu de vendre des glaces, il vend des gaufres brûlantes. Là, en l’occurrence, il fait beau. Tony paye à Effie une glace vanille et fraise et chocolat, les trois, avec de la crème chantilly. Avec ce qu'il lui reste de monnaie, il achète un sorbet au citron, sans chantilly, parce que le supplément coûte cher, assez pour qu'il ne soit réservé qu'à Effie Ashen.

Il y a tellement de glace sur le pauvre cornet d'Effie que ça commence déjà à dégouliner.

« Tu sais, y a des gens à l'école qui disent que le marchant de glace, c'était un agent secret, avant. Genre chasseur d'aliens effaceur de mémoire, un truc du genre. »

Tony lèche sa glace au citron. Il aime les glaces au citron, parce qu'on a pas vraiment l'impression de manger une glace, parce que c'est acide et frais. Comme croquer dans un vrai citron, mais en plus doux, en plus froid. Ça mord les dents.

« Tu trouves pas que ce nuage a une forme bizarre ? On dirait, une fusée. Ou un cornet de glace. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Effie Ashen
 Greenery
avatar

Messages : 102
Date d'inscription : 17/06/2013
Âge du personnage : 16 ans
Section : Greenery
Classe : G

MessageSujet: Re: Regarde moi, je ressemble à rien ✿ Tony   Jeu 13 Nov - 11:42


C’est presque agréable de marcher comme ça, ensemble. D’entendre leurs pas essayer d’avancer au même rythme dans un couloir vide. Un à peu elle a l’impression qu’ils avancent plus vite. Comme s’ils devaient s’enfuirent, le plus rapidement possible. Partir loin, avant que la cloche ne sonne, et que tant de monstres ne sortent des salles de classes pour perturber ce moment étrange rien qu’à eux.

Si c’est avec Tony, et une glace en cette saison, Effie se dit qu’elle arrivera peut être à oublier sa tristesse pour quelques temps. Ça la rassure. Comme un enfant qui n’a pas à s’en faire car l’adulte s’occupe de tout. Alors, tout naturellement, elle le suit. Même dans les passages qui ne semblent pas autorisés aux élèves. Parce que tout de suite, elle se fiche pas mal de ce qu’elle a le droit ou non de faire. Parce que, tout de suite, il ne s’agit que d’elle et de Tony, et qu’il n’y a plus aucune règle.

Dehors, elle peux enfin respirer. Elle éprouve cet effet d’après rhume où respirer était tellement inconfortable et d’un seul coup devient la chose la plus agréable au monde.

Dehors, ils ne sont pas seuls. Mais c’est tout comme. Effie ne fait pas attention aux autres, elle se contente de suivre Tony jusqu’au marchant de glace. L’homme donne un air surnaturel avec ses lunettes de soleil et son visage inexpressif. Quand Tony passe sa commande, l’homme s’exécute tellement sérieusement qu’Effie a presque envie de rire. Pas pour se moquer. Simplement parce qu’elle est restée dans sa chambre aux rideaux tirés pendant trop longtemps. Assez longtemps pour oublier que le monde extérieur pouvait dévoiler tant de petits événements extraordinaires.

Tony lui passe sa glace, qui se met presque instantanément à dégouliner sur les doigts d’Effie, tout en lui exposant une théorie sur le marchant de glace à la MIB. Elle se demande bien pourquoi un agent secret deviendrait un jour, juste comme ça, un marchant de glace. Peut être que vendre des glaces c’était son rêve de gosse et qu’il a décidé de laisser tomber son travail sérieux de chasseur d’aliens effaceur de mémoire parce que sa vie lui semblait sans saveur et qu’il est tout à faire heureux maintenant de vendre des glaces à quelques sécheurs de cours. Ou peut être que ça fait parti de sa mission, qu’il y a un alien dont il faut exterminer les souvenirs dans le coin et que marchant de glace c’est sa couverture. Effie expose ces deux théories à Tony, tout en léchant les bords de sa glace pour qu’elle arrête de lui tomber sur les doigts.

Elle se sent aussi légèrement coupable d’avoir droit à une si belle glace trois boules plus chantilly alors que Tony n’a qu’un sorbet au citron. Elle n’a pas fait gaffe au moment de la commande et ne sait donc pas s’il s’agit d’un choix ou que la première a couté si chère qu’elle a fait un trou dans le porte monnaie du garçon. Elle n’a pas non plus le temps de lui demander, car Tony, la tête en l’air lui parle déjà de tout autre chose, soit; la forme des nuages juste au dessus de leur tête.

Avec un effort tout à fait surhumain Effie redresse donc la tête, tout en s’inquiétant de l’état de sa glace. Depuis que Tony avait fait ses suppositions sur les formes possible que le nuage en question représente, le vent avait du s’occuper de son cas car il ne ressemblait déjà plus à ce que Tony disait.

Il… Ressemble… À une gueule de chien? Un peu. De là où je suis.

Ce serait bien que les mauvaises pensées se transforment en nuages. Qu’elles aillent flotter haut dans le ciel. Et qu’avec une glace dans la main, sans plus de soucis, on lève la tête et les observe pour deviner la forme qu’ils ont. Et, tout de suite après, le vent les souffle assez fort pour les pousser loin de notre vue. Qu’on les oublie, comme ça.

C’est peut être ça, le boulot du marchant de glaces effaceur de mémoire. C’est peut être eux les aliens.

Tu veux gouter ma vanille-chocolat-fraise-chantilly?

Elle en avait tellement sur les doigts.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tony Ruiz
Ecume
avatar

Messages : 440
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 21

MessageSujet: Re: Regarde moi, je ressemble à rien ✿ Tony   Jeu 13 Nov - 17:08


Tony ne comptait pas le nombre de fois où on lui avait demandé de sourire, et où il s'était appliqué à ne pas le faire, froncer les sourcils autant que possible. Non, il ne voulait pas sourire. Sourire, c'était des efforts. Froncer les sourcils, ça l'était encore plus, mais pour lui, c'était plus naturel, c'était même devenu sa tête de tous les jours.
Et là, il ne pouvait pas s'en empêcher, de sourire. Il avait souri au vendeur, et à Effie, et aux nuages en forme de rien, comme si c'était normal. Mais il faisait froid et beau, et il mangeait une glace au citron au lieu d'être en cours. Les règles n'existent pas avec Effie Ashen, il décida. Les règles n'existent pas, on peut sécher les cours, et croquer avec les dents dans un sorbet, parce qu'avec Effie, ça ne fait pas mal.

Et Effie, elle a probablement un pouvoir magique, parce que dès qu'elle se met à parler, Tony ne sent plus que les rayons de soleil sur son visage, et plus le froid. Et elle parle du vendeur de glaces, de ses motivations et ses rêves d'enfant, avec sérieux, et Tony regarde distraitement la glace qui menace de couler sur ses doigts. Et pour être honnête, il ne se pose pas autant de questions sur les gens, et le voilà à se demander quel âge il a, son agent secret, si il a des enfants, et si il a vraiment des extra-terrestres dans sa ligne de mire.

« Si ça se trouve, c'est toi, l'alien. Faut que je fasse attention. » Il mord dans sa glace, c'est froid et acide. « Ou alors, c'est moi. »

Peut-être qu'il raconte n'importe quoi juste pour faire semblant que c'est normal, qu'il achète des glaces à Effie toutes les semaines, et que ça ne fait absolument pas battre son cœur comme si il allait sauter d'une falaise. Et quand il lève les yeux, il ne voit plus sa fusée ni une gueule de chien, même en inclinant la tête à droite et à gauche.

« Maintenant je vois un genre de dragon ? Je sais pas, tous les nuages ressemblent un peu à des dragons en fait. »

Ça fait des sujets de conversation, mine de rien, les nuages. Même si des gens normaux auraient sûrement parlé d'autre chose. Peut-être qu'il était censé consoler Effie, jouer au confident de nouveau, mais pour être honnête, il aurait préféré acheter la boutique de glaces entières à la place.
Pendant qu'Effie mange sa glace, il la regarde, il regarde toute cette vanille, ce chocolat et cette fraise fondues couler sur ses doigts, et il à presque fini la sienne, de glace, quand elle lui propose de goûter.

Il ne se voit pas, mais son visage doit avoir pris une couleur impressionnante. Goûter la glace d'Effie. Rien qu'approcher sa bouche de quelque chose que celle d'Effie avait touché lui semblait inconcevable. C'était ridicule. C'était gênant. Peut-être qu'Effie ne voulait même pas qu'il lèche sa glace. Peut-être qu'il avait mal compris ? Mais si il avait bien compris ? Elle serait vexée qu'il refuse, peut-être. Peut-être qu'elle n'en voulait même plus, de sa glace.
Son cerveau tourne à mille à l'heure. Il s’apprête à s'inventer une allergie, n'importe quoi, mais les mots meurent dans sa gorge devant le regard interrogateur d'Effie. Alors il se penche vers la glace, indécis.

Il va trop vite, et le premier truc qui rentre en collision avec la glace (la boule vanille) c'est le bout de son nez.

Alors il se relève à peu près aussi vite, à s'en filer un vertige, et son visage est encore plus chaud que quelques secondes avant. La main qui ne tient pas son cornet de glace vient couvrir son visage, il a un petit rire étouffé.

« Désolé, je crois que la glace veut pas. », il dit entre ses doigts.




hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Effie Ashen
 Greenery
avatar

Messages : 102
Date d'inscription : 17/06/2013
Âge du personnage : 16 ans
Section : Greenery
Classe : G

MessageSujet: Re: Regarde moi, je ressemble à rien ✿ Tony   Ven 16 Jan - 14:54


Effie sourit. Pour de vrai cette fois. Encore un peu timidement mais… Au moins ça ne ressemble plus à une grimace.

Elle rit doucement quand Tony la soupçonne d’être une alien. Et ses yeux restent dirigés vers le ciel, à fixer les nuages à l’humeur changeante. Sa glace lui coule sur les doigts et les trois goûts doivent être tout mélangés maintenant, mais ça ne l’embête pas. Elle amène le goût mystère en cornet vers ses lèvres et répare le plus de dégâts possible sans lâcher les cotons-de-ciel des yeux.

Ça lui plait. D’être comme ça, tous les deux, au lieu d’être en cours. À parler de nuages et d’aliens en mangeant des glaces alors que c’est pas la saison. Effie a froid aux dents, et aux bras, dans son petit gilet de laine. Elle n’avait pas pensée qu’elle sortirait aujourd’hui. Qu’elle sourirait en compagnie de Tony. Et qu’aussi simplement que ça, elle serait distraite de ses tristes pensées qui l’avait enfermée dans sa chambre pendant plusieurs journées d’affilées.

Tony devait être une sorte de magicien.

Alors Effie n’a pas vraiment réfléchie en lui proposant de goûter de sa glace. Quand la réponse met du temps à venir, elle baisse les yeux vers Tony.

Il avait l’air extrêmement gêné et tout de suite Effie se demanda ce qu’elle avait fait de mal. Puis elle compris en regardant l’état de sa glace. Déjà, ça ne donnait pas vraiment envie. Puis elle avait donnée pas mal de coups de langue à cette chose informe. Et peut être, qu’à cause de ça, Tony trouvait sa proposition dégoutante. Ce qu’elle comprenait tout à fait.

Elle s’apprêtait à lui dire d’oublier, que ce n’était pas important, ou même qu’elle blaguait. Peu importe pourvu qu’ils sortent de cette situation gênante. Mais c’était déjà trop tard.

Tony se jeta littéralement dessus.

Au début Effie n’a pas le temps de procéder. Elle ne comprend ce qu’il vient de se passer que lorsque Tony s’écarte, de la glace sur le nez.

Il couvre son visage pour se cacher, comme Effie l’avait fait plus tôt. Et comme excuse il dit que la glace ne veut pas de lui. Et Effie a les yeux écarquillés et la bouche en forme de o. La surprise lui cloua le bec pendant quelques secondes, et l’instant d’après…

Elle s’en veut terriblement de rire.
Son but n’est pas de se moquer de Tony, pas du tout! Et ce n’est même pas grave ce qui vient d’arriver, juste un accident!

Mais Effie rit tellement fort qu’elle en tremble et qu’elle n’arrive plus à se tenir droite. Elle fini par se tenir les cotes et craint en même temps que sa glace ne se retrouve par terre à tel point elle n’arrive plus à tenir en place. Effie rit tellement fort que son ventre lui fais mal et qu’elle n’arrive plus à respirer correctement.

Quand elle fini par se calmer, elle est par terre, accroupi, un bras se tenant le ventre et l’autre aussi droit et loin que possible pour protéger ses boules glacés. La tête contre les genoux elle ne sait même pas si ses cheveux touchent le sol et même si c’est le cas elle s’en fiche royalement.

Effie relève la tête, doucement, espérant que Tony ne lui en veux pas. Elle a les joues rouges et les lèvres tirées.

Tony… Pardon… Je ne voulais pas rire, vraiment! Mais…

Elle craint qu’il ne la croit pas, parce qu’elle sourit. En plus ses mains sont couvertes de glace fondues, c’est d’un tel gâchis. C’est Tony qui lui avait offert cette glace et voilà l’état dans laquelle elle se retrouvait! Effie aurait honte si elle ne se sentait pas aussi bien.

Après s’être relevée et sauvant ce qui pouvait encore l’être sur le cornet, elle se tourna vers Tony. Les lèvres volontairement pleines de glace.

Est-ce qu’on est à égalité maintenant?

Son sourire est taché de chocolat et de vanille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tony Ruiz
Ecume
avatar

Messages : 440
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 21

MessageSujet: Re: Regarde moi, je ressemble à rien ✿ Tony   Sam 17 Jan - 12:02




L'humeur d'Effie est comme la météo ; elle varie au même rythme que les nuages. Progressivement, en regardant le ciel, elle sourit, rit, et l’atmosphère se réchauffe de quelques degrés.

Quand Effie est prise d'un fou rire à en faire trainer ses cheveux sur le sol, Tony a l'impression que ses bras et ses jambes sont constitués de confiture. Il est embarrassé, évidement, il doit être le seul imbécile sur cette terre qui se met de la glace sur le nez en voulant plaire à une fille. Mais c'est aussi le rire de la fille en question qui lui donne la nette impression de fondre sur place, et qui immanquablement peint sur son visage à lui un sourire idiot. Tony Ruiz, officiellement, est le plus heureux des crétins.

Elle se relève, s'excuse, rit encore, et se barbouille la bouche de ce mélange étrange de glace vanille-chocolat-fraise-chantilly. On est à égalité, maintenant, elle dit. Il lui vient soudain l'idée qu'Effie est la personne la plus gentille de cette planète.
Ou de l'univers même, puisqu'il n'exclut pas l'hypothèse de l'alien.

« Ah, attends. »

Il bénit la règle universelle des vendeurs de glace, qui donnent une petite serviette gratuite avec la commande ; il sort la sienne de sa poche, et après un instant d'hésitation, prend les main d'Effie pour éponger le liquide collant et sucré qui les inonde. Un sourire frémit toujours au coin de ses lèvres, et il en arriverait presque à oublier qu'il tient les mains d'Effie, pour de vrai. Ce qu'il fait ne sert même pas à grand chose : la serviette est bientôt trop poisseuse pour être utilisée, il la roule en boule et la jette dans une poubelle (heureusement pour son honneur, il vise juste).
Avec tout ça, il en a même oublié d'essuyer la sienne, de glace. Il lâche les mains d'Effie et se passe le dos de la main sur le nez. Il l'a probablement étalée encore plus.

« Finis ta glace au lieu de dire des bêtises. » il lui tire la langue. Et pour se justifier :« t'en avais plus besoin que moi. »

Probablement que Tony est heureux. Il a l'habitude de sécher les cours. Il vient souvent ici, prendre une glace ou une gaufre, ou un chocolat chaud, bref n'importe quoi qui se vende et se mange, quand son portefeuille le lui permettait. Mais c'était rare que sa glace soit aussi bonne, et le ciel aussi bleu.

« En même temps, ça aurait pas été juste. Parce que je t'ai pas fait goûter la mienne, de glace. La prochaine fois, je t'en donnerais. Le citron c'est le meilleur goût, tu verras. Et juste après dans le classement, poire et café. Ex æquo je dirais. Quoi que noix de coco, c'est pas mal aussi. »

Quelque chose chez Effie l'incitait à raconter n'importe quoi. Comme son classement de parfums de glace, et l'histoire d'un chasseur d'aliens imaginaire. Quelque chose chez Effie rendait tout ça bien trop intéressant.




Dernière édition par Tony Ruiz le Mer 22 Juil - 10:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Effie Ashen
 Greenery
avatar

Messages : 102
Date d'inscription : 17/06/2013
Âge du personnage : 16 ans
Section : Greenery
Classe : G

MessageSujet: Re: Regarde moi, je ressemble à rien ✿ Tony   Lun 19 Jan - 16:17


On prend soin d’elle. Ça lui fait bizarre.
Tony essuie comme il peut la mixture collante recouvrant les doigts d’Effie. Ça ne change pas grand-chose au final, mais c’est le geste qui compte. Et là, le geste l’a vraiment touchée, pour elle ne sait quelle raison.

Effie se lèche les coin des lèvres pour enlever le plus de glace possible qu’elle s’est étalée autour de la bouche, pendant que Tony jette la serviette déjà inutilisable. Maintenant il lui ordonne de finir cette glace qui a déjà coulée partout, en lui tirant la langue.

Elle a envie de rire. Simplement pour rire. Parce que Tony, avec presque rien, la met de bonne humeur. Que ça doit bien faire une demie heure qu’elle ne pense plus à son amour blessé. Et que si tous les jours pouvaient être comme ça elle n’aurait plus une seconde à elle pour être triste.

Alors elle s’exécute, et mord dans son cornet dégoulinant de vanille de chocolat de fraise et de chantilly dans un mélange fort peu appétissant. Malgré l’état de cette chose informe, Effie décide que ça restera la meilleure glace jamais mangée de sa vie. Et quand elle sera vieille et toute ridée elle se souviendras encore de ce garçon qui s’est mit de sa glace sur le nez, et de son rire, et des aliens, et des nuages qui mangent les sentiments négatifs et partent avec en les pleuvant plus loin.

Le mieux c’est quand Tony lui fait comprendre que ça ne restera pas une expérience unique. En lui proposant de gouter un sorbet citron, il l’invite à nouveau. Il n’y a pas de date, pas de promesse. Juste quelques mots jetés en l’air. Et peut être que Tony ne dit ça que pour être gentil, sans le penser vraiment. Mais Effie ne peut pas s’empêcher de sourire.
Un grand sourire.

Elle accepte. Tout en l’écoutant énumérer ses goûts préférés.

▬ J’aime beaucoup la pistache. Oh, et la stracciatella!

À cet instant, goûter tous les types de glace en compagnie de Tony lui semblait être l’idée la plus formidable qui soit, et elle fini son cornet en espérant remettre ça un jour.

Un peu plus embarrassant: Effie est obligée de se lécher les doigts devant le garçon parce que la mixture est beaucoup trop collante et inconfortable pour être laissée telle quel. Elle espère ne pas avoir l’air trop ridicule avec ses petits coups de langue. Dans son image mentale elle s’imagine en chiot, et encore une fois laisse échapper un petit rire.
Qu’est-ce que ça fait du bien de rire.

Cette fois bien plus propre, elle relève la tête vers Tony, aimerait dire quelque chose, mais. Quelque chose la bloque, et sa voix ne sort pas de sa gorge.

Elle ne veut pas que ce soit déjà fini. Elle aimerait que Tony l’emmène quelque part, n’importe où. Là où on voit bien le ciel. Et où ils pourraient regarder les nuages en émettant toutes sortes de théories bizarre. Et juste faire ça toute la journée, jusqu’à ce qu’il se fasse tard. Et alors, comme des enfants qui n’ont pas vu le temps passer tellement ils s’amusaient, ils se quitteraient en attendant le lendemain quand ils pourront jouer ensemble à nouveau.

Mais tout ça elle ne savait pas trop si c’était possible. Est-ce qu’ils étaient ne serait-ce qu’amis? Après cette glace Effie aimerait dire que oui, mais ce n’est pas si simple que ça, non?

Et puis, surtout, elle aimerait le remercier. Mais juste dire ‘merci’ ce n’est pas assez. Avec si peu, il a vraiment fait beaucoup pour elle, après tout.

Alors, après quelques instants d’hésitations, pas trop certaine que son geste sera apprécié, Effie se rapproche et pose, tout simplement, sa tête contre le torse de Tony, et ses bras autour de lui. À ce moment, elle se dit que vraiment elle était idiote. Un câlin ne se fait pas avec n’importe qui à n’importe quelle occasion. Mais, juste un peu…

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tony Ruiz
Ecume
avatar

Messages : 440
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 21

MessageSujet: Re: Regarde moi, je ressemble à rien ✿ Tony   Lun 19 Jan - 20:14




Il vient de décider du goût de sa prochaine glace. Il ne sait pas quand il la mangera ; ce n'est, après tout, pas la saison. Mais il sait en tout cas qu'il la mangera avec Effie, parce que son sourire quand il promet pourrait faire pousser des fleurs et guérir du cancer.
Pistache et stracciatella. Facile.

Effie est définitivement trop bien. Pour lui, pour les autres, pour tout le monde, pour cette planète. Elle a un rire si magique qu'elle ne peut pas être née sur Terre. Et des yeux trop parfaits pour que cette couleur existe. Même quand elle se lèche les doigts, c'est trop mignon, et c'est un signe, parce qu'en général, se lécher les doigts c'est dégueu. Tony flippe en vrai, il est sûr que ce n'est qu'une question de temps avant qu'un vaisseau spatial descende du ciel pour la récupérer, la ramener dans son peuple de créatures douces aux couleurs aquarelles.
Ah ! Comme si ça se pouvait !

Et puis maintenant elle le regarde. Ça devrait être gênant, mais Tony est trop occupé à soutenir ses yeux gris pour le remarquer. Une vieille habitude qu'il a de ne jamais perdre à une bataille de regard, ce qui fait qu'ils se fixent, pendant quelques secondes. Effie semble vouloir lui dire quelque chose. Et puis finalement, elle s'avance, entoure le garçon de ses bras. Et c'est le blanc.
Effie Ashen lui fait un câlin.
Il y a bien un bug au fond du cerveau de Tony, un vrai, écran bleu et tout, et puis il réalise le truc. Effie. Ashen. Câlin. Mon dieu. Il peut carrément sentir l'odeur de son shampoing (qui sent bon, au cas où vous demandez). Il y a sa tête tout contre lui. Appelez les secours, mayday, houston, n'importe qui.

Il doit rester quelques secondes raide comme une planche avant que ça tilte. Avant qu'il passe ses bras autour d'Effie à son tour, et qu'il serre un peu, le nez enfoui dans les cheveux d'Effie (ils sentent toujours divinement bon pour info). Et juste quand ça devenait trop gênant, il recula en douceur, les joues chaudes; il allait en tomber malade.

« Ah, je pense que les cours de l'après-midi sont terminés maintenant, » il balbutie, beaucoup trop vite. « Ca sert à rien d'y retourner. Si tu veux du coup, on peut aller quelque part ? Tu veux une deuxième glace ? T'as froid sinon ? Je peux t'offrir un chocolat chaud. » En tout cas lui, il n'avait pas froid du tout. « Ou on peut aller à la plage. Il fait trop froid pour se baigner, mais on peut attraper des crevettes. Je suis doué pour attraper des crevettes tu sais. »

Le plus heureux des crétins.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Regarde moi, je ressemble à rien ✿ Tony   

Revenir en haut Aller en bas
 

Regarde moi, je ressemble à rien ✿ Tony

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» rien ne te ressemble
» TEST : quel personnage de Winx te ressemble le plus.
» Gagnez de l'oseil sans rien faire !
» vos fonds d'écrans... A quoi ressemble t-il ?!
» Yasmina Khadra, un écrivain algérien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'Académie - Akuriru Gakuen :: 1er étage :: Couloirs et Escaliers-