AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 RP de Noël ▬ santa claus is watching you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tony Ruiz
Ecume
avatar

Messages : 440
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 21

MessageSujet: RP de Noël ▬ santa claus is watching you   Sam 28 Déc - 13:53

Ce titre est de Mint voilà
(Là je laisse une place spéciale pour si on veut faire une genre de présentation swaggy de Noël.)
Ordre de passage :

Tony > Av > Sid > Effie > Rosie > Gabrielle > Lula > Noah > Beverly > Romeo > Morgan > Jill > Misha > Tony








Tony avait toujours aimé Noël.

Il aimait la période qui s'étendait du début de décembre jusqu'à l'ouverture des cadeaux, cette ambiance douce et festive, les décorations des boutiques, l'odeur du chocolat chaud. Il aimait la neige, les gens avec leurs bonnets et leurs écharpes qui achetaient leurs cadeaux à la dernière minute, leur souffle créant de la vapeur dans l'air glacé, le verglas sur la route, la buée sur les vitres. Il aimait décorer les sapins, dans le foyer et la salle de perm, les bruits des clochettes, et surtout, cette ambiance qui faisait que personne n'avait vraiment envie de travailler.
Mais ce qu'il préférait, définitivement, c'était les cadeaux. Pas en recevoir. En offrir. Voir les yeux qui pétillent en arrachant le papier cadeau. Faire plaisir, tout simplement. Ça suffisait pour gonfler son cœur comme un ballon à l'hélium.

L'école avait décider d'organiser quelque chose, ce Noël, entre les élèves. Qui s'étaient réunis, avaient écrit leur nom sur un bout de papier, et l'avaient mis dans une grande boite. Puis ils avaient tiré chacun le nom de quelqu'un d'autre. A la base, Tony trouva que c'était une bonne idée. Jusqu'à ce qu'il déplie le papier qu'il avait tiré, et lise le prénom d'Avery.
Il n'aimait pas Avery Standford. Il avait beau être conscient que tout ça n'était décidément pas de sa faute, il ne l'aimait pas quand même. Sa grimace dut se voir depuis la Lune. Il jeta un coup d’œil furtif à la rousse qui dépliait son propre papier, en se demandant ce qu'il allait bien pouvoir lui offrir.

C'est comme ça qu'il se retrouva, quelques jours avant la date fatidique, au village en train de chercher d'un pas traînant quelque chose à offrir à Avery. Il avait décidé d'offrir quelque chose de bien, quand même. Mais de pas très personnel. Histoire de montrer qu'il s'en foutait de tout ça. Son regard passa sur la devanture d'un magasin de musique. Elle jouait de la guitare, non ? A moins qu'il ne s'agisse de batterie. Il n'était plus bien sûr. Alors il hésita une seconde, et entra quand même.
Alors qu'il glissait entre les livres de partitions et les guitares de toutes les couleurs, qu deux adolescents admiraient, les yeux pleins d'étoiles, Tony se dit qu'il aurait préféré tirer quelqu'un d'autre. Effie par exemple. Il aurait aimé tirer Effie. Il aurait su quoi lui offrir. Des bougies qui sentaient bon, ou un carnet, par exemple. Ou alors cette adorable peluche de tortue qu'il avait vu dans une des boutiques en passant dans la rue. Oui, la peluche était décidément trop mignonne. Il allait lui acheter quand même. Il n'avait pas besoin de tirer de papier pour offrir un cadeau à Effie après tout.

Il rentra à l'académie au bout d'une petite heure, fila directement vers son dortoir. Étala ses cadeaux par terre et les regarda un moment. Pour Standford, un triangle de plastique, un mediator, bleu avec une étoile dessus, qui brillait quand on l'inclinait différemment. Et un DVD aussi, d'un film qu'il avait aimé, mais pas trop non plus. Rien de personnel, mais un beau cadeau quand même.
Il emballa le tout dans un papier cadeau avec des flocons dessus. Et il emballa aussi la peluche de tortue pour Effie, avec le même papier, et il rangea tout ça dans l'armoire. Jusqu'à Noël.


Tout le monde était réuni dans le foyer, avec un feu dans la cheminée, et les guirlandes du sapin qui clignotaient rouge, vert, bleu, jaune et rouge à nouveau. Tout le monde avait posé ses paquets sous le sapin, et ça faisait un sacré tas. Puis on leur dit de commencer à offrir les leurs. Tony récupéra son paquet sur une pile d'autres, et se tourna vers Avery.

Joyeux Noël, Standford, marmonna-t-il.

Puis il lui tendit son paquet en prenant bien soin de ne pas la regarder.



Voilà c'est niais comme des petites fleurs dans la neige, j'vous aime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Avery C. Standford
Ecume
avatar

Messages : 347
Date d'inscription : 16/10/2012
Âge du personnage : dix NEUF ans
Section : écume
Classe : h

MessageSujet: Re: RP de Noël ▬ santa claus is watching you   Sam 28 Déc - 22:16

BUT YOU GOTTA GET BRAVE
Sidney. Sidney était écrit sur le petit morceau en papier, de son écriture gribouillée de garçon qu'elle connaissait si bien. L'adolescente avait fixé longuement le papier, ayant cru à une très mauvaise blague, un petit tour de la vie, elle avait sentie une nouvelle fois le monde se mettre à valser et son cœur remonter son œsophage. Elle, Avery Chance Standford, devait offrir un cadeau de Noël à Sidney Gabriel Carter, la seule et unique année où elle souhaitait ne pas lui en faire depuis qu'ils avaient environ sept ans. Car, depuis cette année là, la gamine Standford s'était appliquée à trouver un petit quelque chose à son complice de toujours, jusqu'à à le réveiller le vingt-cinq à huit heures du matin, lancer des cailloux à sa fenêtre le soir du vingt-quatre, débarquer deux jours après la date fatidique pour être sûre qu'il ait quelque chose.

Pourtant, aujourd'hui, c'était la dernière personne qu'elle avait seulement envie de voir, la première personne sur cette Terre qu'elle voulait se sortir de la tête une bonne fois pour toute parce que penser à lui, ça faisait trop mal. Mal à en devenir folle, à s'en faire enfermer.

Alors, Av' incapable d'y faire quoi que ce soit avait dû se plier à la volonté commune imposée par l'échange de cadeaux organisé par l'établissement. L'adolescente avait arpenté les rues quelques jours avant le grand jour, un goût soudain amer à la vision des décorations de Noël qui ranimaient une volée de souvenirs en débâcle : le Noël où sa mère avait gentiment invité Madame Carter et son fils à fêter le réveillon, les chocolats du calendrier de l'avent de la classe qu'ils s'échangeaient à coup de défis encore plus excentriques qu'à l'accoutumée, quand la petite fille attrapait la main du garçon pour ne pas le perdre dans les rues bondées, les catalogues de jouets et les listes au Père Noël rédigées au coin du feu avec un bon chocolat chaud.

Finalement, elle s'était décidée pour un bonnet et une écharpe en laine bleue pâle, car il avait toujours aimé le bleu. A vrai dire, elle aurait pu lui acheter un des disques de ses groupes préférés, un médiator pour sa basse, un nouveau casque, à vrai dire, Avery l'avait si bien connu qu'elle aurait pu lui acheter un millions de choses sans craindre de se tromper. Mais, pour cette fois, elle voulait seulement lui acheter quelque chose d'un peu banal, le genre de cadeau qu'on offre quand on ne sait pas trop quoi acheter, pas bien intéressant, un peu impersonnel, pas bien cher mais, tout à fait convenable à un inconnu, un étranger. Le genre de cadeau qu'on pouvait parfaitement mettre de côté car nous n'en avions pas réellement besoin.

Av avait attaché ses cheveux en un chignon, mis une robe toute simple avant de rentrer dans le foyer où brûlait chaleureusement le feu de la cheminée. L'air un peu triste, un peu amer dans les plis de ses sourires forcés, elle avait essayé de chasser ce malaise dans sa poitrine, guettant la foule d'un oeil nerveux. Elle attendait l'heure des cadeaux, la redoutait parce qu'alors, elle devrait lui faire face à lui. Elle ne pouvait plus s'enfuir éternellement. Ou pouvait-elle ?

« Joyeux Noël, Standford » L'adolescente avait tressailli, s'était volontairement mise à l'écart du sapin, puis, elle avait tenté un sourire, remerciant poliment Tony Ruiz d'un murmure vacillant. Elle ne le connaissait pas bien mais, il y avait chez lui quelque chose de brute, de violent qui lui faisait un peu peur et puis, elle sentait bien qu'il ne la portait pas vraiment dans son cœur. Il avait un air un peu boudeur, un peu comme Sid...

L'australienne déballa soigneusement le paquet : un médiator et un film, rien de bien extraordinaire, mais, c'était tout à fait appréciable. Av inspira une longue bouffée d'air, c'était un mauvais moment à passé et ce serait fini, puis récupéra son cadeau. Elle chercha Carter des yeux et se dirigea vers lui d'un pas hésitant. Il y avait son cœur dans sa poitrine en train de faire des montagnes russes, il y avait cette boule qui la rendait malade, il y avait ses jambes peu vaillantes sur le point de tomber. Elle tripota nerveusement le papier cadeau avant de le tendre à l'intéressé.

« Joyeux Noël Sidney...» Elle avait volontairement baissé les yeux, insistant sur son prénom - depuis combien d'années avait-elle arrêté d'utiliser son nom entier ? Cela lui semblait une éternité. Une éternité, quand rien n'était encore compliqué.


    Je pensais faire court mais au final....lol 8D ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sidney G. Carter
Ecume
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 16/10/2012
Age : 21
Âge du personnage : 18 ans
Section : ecume
Classe : h

MessageSujet: Re: RP de Noël ▬ santa claus is watching you   Lun 30 Déc - 20:31



Like Peter Pan up in the sky

T'avais jamais trop aimé Noël.
Tu ne savais jamais quoi offrir aux autres, tu ne savais jamais ce que tu voulais ; et on te faisait manger pour quatre des trucs que t'aimais pas trop. La seule chose que tu aimais dans Noël, c'était le sourire d'Avery. Quand elle venait te voir un mois à l'avance pour que vous mettiez des centaines de guirlandes dans les couloirs du dortoir ou, quand vous étiez en Australie, lorsqu'elle te suppliait de te dépêcher de traîner le sapin le long de l'allée pour que vous puissiez le décorer. Quand elle criait dans ton oreille, le 25 au matin, pour te donner ton cadeau et recevoir le sien.
Avery, c'était la seule à qui tu avais envie d'offrir un cadeau tous les ans.
C'était la seule pour laquelle tu n'avais pas à te casser la tête pendant des heures.
Mais cette année, c'était aussi la seule à qui tu ne devais pas offrir de cadeau.
C'était ce que tu te répétais depuis plusieurs jours ; elle n'en voudrait jamais de ta part, ça ne l'intéresserait pas, elle se foutrait de toi ou elle te le jetterait au visage en te traitant de connard. C'était ce que tu te répétais en cherchant un cadeau pour Effie - la jolie Effie dont tu avais tiré le nom, Effie et ses boucles blondes, Effie et son écriture ronde que tu avais reconnue avec un pincement au cœur. C'était ce que tu te répétais en payant le collier de perles blanches d'Effie et le chat en peluche ressemblant bizarrement à Dimdim d'Avery. C'était ce que tu te répétais en emballant les deux présents et en les contemplant de ton éternel air perdu.

Abruti.

T'avais jamais trop aimé Noël.
Peut-être n'aurais-tu pas dû venir à cette fête organisée par l'académie. C'était d'un cliché au fond ! Monstrueux. Absolument tout ce que tu détestais. Mais tu savais qu'Effie aimait Noël et qu'elle avait très envie d'y aller ; alors tu lui avais juré de venir. Tu l'avais rejoins à l'entrée du foyer et tu l'avais embrassée sur le front en lui souriant comme si tout allait bien. Tu l'avais entraînée à l'intérieur où une foule attendait avec impatience l'ouverture des cadeaux. Et puis, le moment venu, tu avais tendu vers elle ton petit paquet rose pâle, comme tu te devais de le faire.

« Joyeux Noël, Effie. »

Comme tu te devais de le faire.
Pourtant, rien de tout cela ne semblait avoir de sens. Plus rien - depuis des heures, des jours, des semaines – ne semblait avoir de sens. Sidney. Sidney, tu ne vivais plus. Tu le sentais au fond de ton ventre ; comme quelque chose en moins. Un vide, un trou noir, une infinité de rien. Tu avais beau faire semblant, tu avais beau sourire pour la une, tu avais beau rire aux plaisanteries et hocher la tête aux moments opportuns ; c'était froid. C'était froid à l'intérieur de toi.

« Joyeux Noël Sidney...»

Et quand tu tournas la tête vers cette minuscule gamine si près de toi, le froid fut plus rude encore. Un petit Alaska, là, dans ta tête et sous ton cœur, perdu si profondément qu'on ne pouvait le déloger. Est-ce qu'il fallait que tu la serres dans tes bras ? Est-ce qu'il fallait que tu souries, une fois encore ? Est-ce qu'il fallait que tu joues la comédie, pour Effie, pour qu'elle ne se doute de rien ? Tu n'y arrivais pas. Tu te contentas de prendre le paquet et de l'ouvrir pour y découvrir cette écharpe et ce bonnet bleus pâles ; ces deux cadeaux tellement impersonnels qu'ils te donnèrent envie de vomir. Tu pensas au cadeau que tu avais préparé pour elle, le cadeau que tu ne lui donnerai jamais. Tu serras la main d'Effie dans la tienne et dessinas un sourire sur tes lèvres roses. Sidney. Sidney, tu ne vivais plus.

« Merci beaucoup. C'est très joli. »

Tu ne vivais plus, depuis qu'Avery Standford t'appelait Sidney.
Depuis qu'elle t'offrait des écharpes et des bonnets ; plutôt qu'un sourire et des étoiles dans les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Effie Ashen
 Greenery
avatar

Messages : 102
Date d'inscription : 17/06/2013
Âge du personnage : 16 ans
Section : Greenery
Classe : G

MessageSujet: Re: RP de Noël ▬ santa claus is watching you   Lun 30 Déc - 22:34

Effie portait une robe blanche et douce, qu’elle voulait comme un flocon de neige. De la chemise en dessous aux manches retroussées, des collants et même des chaussures, tout était blanc. Elle craignait que ce soit trop blanc. Bien qu’il y ait des différences de matières, que le rebord des chaussures et les talons soient beiges. Mais ça lui allait bien après tout, alors pourquoi pas. Elle hésita à nouveau une fois qu’elle mis sur ses épaules ce petit sac à dos marron. N’était-il pas trop foncé? Est-ce que ça ne jurait pas trop avec tout ce blanc, et sa peau claire, et ses cheveux blonds, et ses yeux gris? Mais Effie n’avait plus tellement le temps maintenant, elle ne voulait pas que Sidney l’attende. Alors elle fila sans être sure de sa tenue. Ce n’était qu’une tenue après tout, et au pire elle porterait le sac à la main ou le posera quelque part.

Elle avait dû trop se presser car Sidney n’est pas arrivé tout de suite. Fixant ses chaussures, sautillant par moment, ne pouvant s’empêcher de sourire, s’assurant que son col était bien en place, elle attendit sagement. Bien qu’excitée. Avant elle passait toujours noël avec sa famille. Les conversations à table étaient souvent ennuyeuses et l’heure mettait trop de temps à passer. Mais cette année ne pouvait être que meilleure. Elle était avec d’autres jeunes, l’ambiance sera surement agréable, alors bien sur ça ne peut que bien se passer.

Sidney arriva enfin et elle lui fit un grand sourire avant d’entrer avec lui. Il répondit avec un baiser posé sur son front puis sourit à son tour. Un feu était allumé dans le foyer et la pièce était décorée, et le sapin était si beau et si grand! Elle resta à le fixer quelques secondes, la bouche ouverte, comme une gamine ou alors quelqu’un qui n’avait jamais vu de sapin de noël de toute sa vie. Puis elle compris de quoi elle devait avoir l’air et se ressaisit. Bien, maintenant elle était un peu gênée.

Effie avait hâte de donner son cadeau et de recevoir le sien. Elle était bien tombée avec Rosie, était presque sure d’avoir fait le bon choix. Son ventre commençait à lui faire un peu mal quand même. Peut être s’était-elle trompée. Peut être avait-elle été trop soulagée en lisant le nom de Rosie, trop sure de ne pouvoir que bien faire, et emportée par cette idée en tête s’était complètement gourée. Il y eu même un moment de panique où elle ne se souvenait même plus de son achat, ou de s’il était bien emballé, et fouilla plusieurs fois dans son sac pour s’en assurer. Oh, d’ailleurs elle avait oubliée de poser le cadeau au pied du sapin. Mais voilà qu’il était trop tard et que Sidney se tourna vers elle.

« Joyeux Noël, Effie. »

Elle tendit ses mains et prit le paquet rose avec la plus grande précaution du monde. C’était la première fois qu’elle recevait un cadeau de noël de la part de son petit ami. Une fête spéciale et une personne spéciale. Elle en tremblait presque et c’en était ridicule. Elle se pressa de déchirer le papier, en suivant les morceaux de scotch, pour ne pas paraître trop quiche. Le chat en peluche fut le premier à sortir, qu’elle observa avec amusement. Sa petite bouille était trop mignonne! En total opposé, un second cadeau, les boules blanches du collier roulaient entre ses doigts.
Ne pas trembler.

« … Merci Sidney! Tu… Tu veux bien me le mettre? »

Il reprit le collier, attendit qu’elle se tourne et écarte ses cheveux avant d’attacher le collier sur sa nuque. Presque toute blanche sa tenue. Elle relâcha ses cheveux et il semblait y avoir une connexion entre la rondeur de ses boucles et celle des perles. Elle se sentait comme une de ces dames élégantes maintenant. Elle fit face à Sidney de nouveau et ses yeux devaient bien pétiller pour de vrai.

« Est-ce que ça me va? »

Elle voulait peut être juste qu’il la complimente c’est vrai. Se disait qu’en tant que petite amie, et à noël ce n’était peut être pas trop demandé. Bien qu’elle n’en soit pas sure. Oh, mais un compliment, juste un!

Puis ce fut au tour de Sidney de recevoir son cadeau. De la part d’Avery. Effie pensa qu’elle avait eu de la chance, Standford. Comme Effie en avait eu de tomber sur Rosie. Ils se connaissent depuis si longtemps qu’à tous les coups Sidney sera heureux de son cadeau. Mais il y a eu… Comme un froid. Tout les deux affichaient une expression bizarre sur leurs visages. Et le joyeux noël qu’avait lancée Avery ne semblait pas convaincu. Et… Quand Sidney ouvrit son paquet il ne dit rien pendant quelques secondes. Comme Effie était la plus proche elle regarda bien son visage, mit de profil, pour tenter de déceler un mouvement de ses lèvres, ou de ses yeux, voir même de ses sourcils. Mais il semblait juste figé. Elle sursauta à moitié quand il prit sa main. Il se mit à sourire d’un seul coup et remercia Avery.
Un sourire sorti de nulle part.

Alors Effie ne savait pas ce qu’il se passait. Mais quelque chose clochait forcément. Peut être… S’étaient-ils disputés. Des amis de si longue date se disputent-ils? Elle n’en savait rien. Mais leur comportement était si… Mais ce n’était pas ses affaires après tout, ça ne la regardait pas. Peut être que si Sidney ne disait rien ce n’était juste pas si important. Ou peut être qu’il lui dira plus tard. Ou.

Surement qu’Effie aurait dut rester près de lui pour le réconforter d’elle ne sait quoi. Ou au moins lui sourire gentiment et le ramener à l’ambiance agréable de la fête. Mais sur le coup elle avait eu un peu peur. D’elle ne sait quoi. Alors, après avoir serré sa main un peu plus fort, et hochée la tête doucement pour faire rouler ses boucles, elle lui fit un grand, bien grand sourire. Pour ne pas l’inquiéter surtout.

« Je vais aller voir Rosie un moment. Amuse-toi! »

Et elle écarta ses doigts et marcha jusqu’à l’autre bout de la pièce, en regardant à gauche et à droite. Elle s’arrêta à un buffet et prit une boisson qu’elle bu tout en observant la salle à la recherche de Rosie. Qu’elle fini bien par trouver, et ses jambes l’emmener jusqu’à elle. Elle salua Gabrielle au passage. Oh, elle pourrait aller lui parler après. Et pourquoi pas voir Misha. Et Tony! Elle ne voulait pas rester seule. Mais ne voulait pas retourner à Sidney pour l’instant. Ni aller voir Avery au cas où l’ambiance serait encore mauvaise. Mais il ne fallait pas qu’elle ait l’air de les éviter non plus. Car non ce n’est pas ce qu’elle faisait.

« Rosie! J’ai un cadeau pour toi! »

Oh, elle était si contente de la voir. Mais la peur qu’elle ce soit trompée de cadeau revint de nouveau. Au final c’était si peu original une trousse à maquillage. Mais c’était une si jolie trousse! Le fond était noir avec des fleurs aux traits blancs, rouges et violets qui semblaient danser les unes avec les autres. Le touché gondolait, comme des fleurs posées sur l’eau. À l’intérieur, elle avait achetée de la même boutique un taille crayon aux motifs du même genre sur les cotés et trois crayons; vert, bleu, et rose.
Rosie devait bien… Avoir déjà tout ça. Alors Effie ne put empêcher un rire nerveux en lui tendant son paquet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rosie Jackson
 Chef de dortoir
avatar

Messages : 120
Date d'inscription : 16/09/2012
Age : 21
Âge du personnage : 16 ans
Section : Greenery
Classe : Classe G

MessageSujet: Re: RP de Noël ▬ santa claus is watching you   Mar 31 Déc - 10:43





Rosie Jackson se tient près du sapin de Noël, toute habillée pour Noël, maquillée pour Noël, avec sur le visage son sourire de Noël (le même sourire que d'habitude, sauf qu'on est le 25 décembre). Et elle discute avec d'autres élèves, un paquet dans les bras, complètement ignorante de la petite tragédie qui se déroule à quelques pas de là. En cherchant vaguement des yeux Gabrielle, dont elle a tiré le joli nom quelques semaines plus tôt dans le grand fouillis de papiers pliés. Un coup de chance, sans doute. Elle aurait pu tomber sur quelqu'un qu'elle ne connaissait pas (façon de parler. Elle connaissait tout le monde, au moins de nom).

Gabrielle, c'était facile de lui trouver un cadeau. Elle avait besoin de quelque chose pour la mettre en valeur, quelque chose avec lequel elle se sentirait jolie. Rosie avait juste ce qu'il fallait pour ça. Elle avait acheté le tissu, était allée s'enfermer dans sa boutique, avait laissé la machine à coudre avaler les plis dans son rassurant bruit rythmé. Rosie trouvait que c'était la plus jolie robe qu'elle ait jamais faite. Bon, c'est vrai, elle disait ça à chaque fois qu'elle finissait un vêtement, mais cette fois, c'était vrai. C'était une robe mauve, pas trop longue, pas trop courte, légère comme un nuage. Elle connaissait par cœur les mesures de Gabrielle. Elle avait fait exprès pour qu'elle tombe de sorte à ce qu'on ne voit pas que la jeune fille était si maigre. Casser les angles. Cette robe, elle n'irait à personne d'autre. Même à Rosie, qui pourtant aimait se vanter de pouvoir mettre n'importe quoi et être belle dedans.
Gabrielle ne serait pas contente, probablement. Du moins pas devant elle. Avec un peu de chances, elle dirait même qu'elle trouvait ça laid. Peu lui importait.

La veille, elle avait plié la robe, l'avait emballée dans un papier cadeau blanc, avec un ruban bleu, et un petit mot dessus. « Joyeux Noël, Gabrielle ». Une étoile sur le point du i. Et un smiley qui sourit. Elle ne voulait pas poser son cadeau sous le sapin avec les autres, de peur qu'il se retrouve écrasé, alors elle le gardait dans les bras. Elle s'excusa un instant, et se mit à la recherche de Gabrielle. Avant de la trouver, se fit arrêter par Effie, toute mignonne, toute charmante dans sa robe blanche.

« Rosie! J’ai un cadeau pour toi! »

Ravie, celle ci la remercia et ouvrit le paquet avec ses ongles manucurés. Une trousse de maquillage, très jolie, avec des crayons dedans. Bien sûr, qu'elle avait déjà du maquillage. Mais les cadeaux, c'était encore mieux.
Elle se pencha vers Effie et l'embrassa sur la joue pour la remercier, avant de remettre tout ça dans la trousse et de la refermer.

« Merci beaucoup Effie, c'est génial. Joli collier au passage. Ça te va bien. »

Offert par son petit copain, sûrement. Rosie le vit entre deux élèves, et il n'avait pas l'air d'être l'homme le plus heureux du monde. Va savoir. Elle sourit, et s'excusa.

« Je te laisse quelques minutes, il faut que je trouve Gabrielle. »

Elle mit quelques minutes à la trouver, et se dirigea vers elle. Lui posa une main sur l'épaule pour qu'elle se retourne, et lui tendit son paquet.

« Eh, Gabrielle. Joyeux Noël. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle E. Larsen
Aerial
avatar

Messages : 208
Date d'inscription : 15/09/2012
Age : 21
Âge du personnage : 16 ans
Section : aerial
Classe : f

MessageSujet: Re: RP de Noël ▬ santa claus is watching you   Mer 1 Jan - 22:11

Jingle bell rock;

Je pense sincèrement que le but principal des fêtes de Noël est de nous torturer, tous autant que nous sommes. Soyons honnête ; tout le monde galère. Il y a ceux qui ne veulent pas se voir mais qui y sont obligés, ceux qui voudraient voir quelqu'un mais qui se retrouvent coincés entre deux mégères toute la soirée, ceux qui préféreraient rester dans leur chambre avec un bon livre parce qu'en vrai Noël ça craint. Et puis il y a ceux, aussi, qui se retrouvent à devoir offrir un cadeau à la pire personne au monde. Comme moi.
Sincèrement. J'aurais pu tirer n'importe quel nom. Rosie ou Effie. N'importe qui. Mais non, bien sûr, il a fallu que je tombe sur l'écriture absolument ignoble et soigné de Lula Marshall. Noah s'est étouffé de rire quand il a vu ça ; je me suis retenue de le frapper en me disant qu'on était à peine réconciliés. Enfin quand même, c'est la merde.

On est allés acheter nos cadeaux ensemble – avec Noah j'entends, pas avec cette conne de blonde – et je pense ne jamais avoir autant souffert pour trouver quelque chose de potable. On a fait peut-être un milliard de magasins. J'ai vu défiler des centaines d'écharpes, de bonnets, de moufles, de peluches, de livres, de disques et autres débilités vestimentaires et culturelles. Vous allez me dire que j'aurais pu acheter quelque chose de complètement nul, vu que je déteste Lula. Figurez-vous que c'est bien ce que je comptais faire – et ce que j'aurais fait – si je n'avais pas eu Noah sur le dos. Chaque fois que je faisais mine de poser la main sur un sac de punaises ou une corde ou une bouteille de gaz, il me regardait avec des yeux tellement dépités que j'étais tout simplement obligée d'abandonner. Alors on a continué à tourner en rond. On a croisé Effie avec sa pote rousse, et puis aussi ce grand mec dégingandé qui me fait un peu flipper – son nom c'est Tony voilà, je cherchais. On a dû croiser toute l'académie en fait, avant que je trouve mon cadeau. Encore quelque chose de stupide, évidemment, mais Noah a dit que ça lui plairait sûrement alors je me suis pas trop gênée pour l'acheter ; pour une fois qu'un truc avait son approbation.

Et voilà. C'est Noël. C'est la fête. Tout le monde s'amuse. Moi ça me déprime. Adam n'est même pas là et je vais devoir offrir un présent à Lula. Lula. Lula ! Si j'avais su, je n'aurais même pas participé. Je me serais contentée d'offrir à Noah ce que je lui ai acheté – un nouvel objectif pour sa caméra – avant d'aller me coucher. Là je dois affronter toute la soirée qui s'annonce. J'ai dû me préparer, mettre une robe, un collant qui se filera à la moindre occasion, de jolies chaussures. La seule chose bien, c'est que j'ai pu mettre la broche que m'a offert Noah. Une sorte de barrette en argent, formant une drôle de fleur, si fine qu'elle semble pouvoir se casser d'un moment à l'autre.
Je vois tout le monde se mettre à crier pour la remise des cadeaux ; et je voudrais avoir le droit de me terrer dans un coin pour l'éternité. J'en suis au stade où j'envisage de me glisser sous la table du buffet quand une main se pose sur mon épaule, manquant me faire avoir la crise cardiaque du siècle.

« Eh, Gabrielle. Joyeux Noël. »

Oh, Rosie. C'est elle qui a pioché mon nom ? Elle me tend un paquet soigneusement emballé, alors je suppose que oui ; je ne crois pas que ce soit son genre de faire la charité. Je la remercie machinalement avant de déchirer par-ci par-là le papier blanc et d'en sortir une robe. Une robe mauve, une robe idéale, une robe comme on en voit dans les magazines. Une robe à ma taille. Une robe dans laquelle je me sentirai belle. Elle sait. Elle sait, pour toutes les fois où j'ai essayé ses créations, où je lui ai servi de modèle ; elle sait que je voudrais disparaître. Et elle, elle m'offre un vêtement dans lequel je pourrais briller.
Elle a toujours été à contre-courant, cette fille.
Mais ça me rend tellement heureuse que je répète, en la regardant dans les yeux et en souriant :

« Merci beaucoup Rosie. J'espère que tu passes un bon Noël. »

J'ai envie de l'essayer maintenant. J'ai envie de rentrer dans ma chambre et de mettre cette robe et de ne plus la quitter de toute la nuit. Sauf que je ne peux pas. Il faut que je reste là. Il faut que j'offre son cadeau à la pire des pestes, à celle qui en mérite le moins sur Terre après moi, à l'ennemie nationale numéro un, à Lula.
Il faut.
Ou il faudra.
Dans quelques minutes, quelques heures.

En attendant j'embarque Rosie dans une conversation sur les gâteaux de Noël qui font grossir ; et je prie pour ne pas avoir à croiser Noah et son regard dépité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
E. Lula Marshall
 Préfet
avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 14/09/2012
Âge du personnage : quinze ans
Section : étincelle
Classe : classe f

MessageSujet: Re: RP de Noël ▬ santa claus is watching you   Ven 3 Jan - 0:26

HURRY CHRISTMAS, HURRY FAST.
Lula détestait Noël : elle haïssait l'ambiance mièvre des fêtes, les guirlandes colorées et les Pères Noël enrobés l'insupportaient, les chansons avaient tendance à l'agacer et plus que tout, elle exécrait l'échange de cadeau, un sourire candide aux lèvres. Et chaque année, inexorablement, le même petit cinéma et la même bonhomie se répétait sans qu'elle ne puisse faire quoi que ce soit, à part être d'encore plus mauvaise humeur qu'à l'accoutumé et pester avec plus de virulence encore contre le monde. Elle s'enfermait alors dans sa chambre et n'en sortait que plus rarement pour assister aux cours bien évidemment -en élève modèle, elle se devait d'avoir une assiduité parfaite- et pour manger, occupant le reste de son temps à travailler avec plus d'acharnement que jamais.

Cette année, comme les années précédentes, l'adolescente était coincée à l'Académie à son grand malheur - son père la laissait tranquille mais, au moins, s'épargnait-elle le spectacle ridicule du paternel excité comme un gosse de cinq ans atteignant le summum de la stupidité, son idiot de meilleur ami à côté de la plaque peu importe le moment et l'espèce de couguar alcoolique qui refusait de se voir vieillir qui les accompagnait. Ils étaient d'un ridicule que cela en devenait parfois réellement embarrassant ! Et surtout, plus que tout, Lula échapperait à la photo du jeune couple souriant comme s'ils avaient la vie devant eux trônant sur la cheminée parce que Lula avait commencé à haïr le Noël plus que tout l'année où on n'avait plus accroché que trois chaussettes.

Tout aurait pu ainsi se passer, la fille Marshall se serait accommodée de la situation, grinçant un peu les dents, aurait peut-être acheté quelque chose à son frère dans un élan de bonté et l'histoire aurait été oubliée. Mais, il y avait un mais, l'établissement avait décidé d'organiser une soirée - elle leur passait encore la niaiserie absolue de l'idée - où les élèves devaient offrir un présent à un élève spécialement tiré au sort. Grand Dieu, de tous les noms et toutes les personnes présentes - qu'elle méprisait aux trois quarts-, elle avait dû tomber sur Noah Evans ! Elle, Lula Marshall, devait trouver un cadeau à Noah Evans. A la réflexion faite, elle aurait presque préféré tomber sur cette pimbêche de Gabrielle ou l'insupportable fouineuse Jackson et même, la niaise Effie Ashen aurait fait l'affaire.

L'idée l'avait depuis lors hantée, de façon si agaçante, que Lula n'avait pas pu s'adonner pleinement à ses révisions habituelles avec toute l'ardeur que lui donnait la saison. Elle avait d'abord songé à tenter de rentrer, à se faire passer pour malade voire même créer une véritable indigestion à l'aide de quelques mélanges improbables et peut-être, s'abaisser jusqu'à demander de l'aide à quelqu'un - en l'occurrence, son frère lui semblait la personne la plus qualifiée étant un garçon et son aîné. Puis, elle s'était demandée ce qui pourrait bien faire plaisir à ce squatteur de plate-bandes sourire niais garanti toute l'année. Elle avait cherché et c'était l'une de ces détestables occasions où elle ne pouvait trouver la réponse dans aucun bouquin. Devait-elle se conformer aux cadeaux les plus génériques et les plus impersonnels ou faire son choix sur quelque chose de plus recherché ? Avait-elle seulement envie de faire plaisir à cet abruti ? Non, après tout, Lula Marshall n'avait besoin de personne et encore moins de ce boulet.

Pourtant, Lula ne put se résoudre à lui acheter un stylo bidon au premier magasin de la rue. Elle détestait Noël de tout son être et cette année, avec plus de rage encore. Finalement, après avoir fait le tour de la ville toute l'après-midi, s'arrêtant parfois pour cracher sa haine au monde et s'acheter trois canettes de café au goût absolument ignoble -comment pouvait-on autoriser leur vente ?! - elle s'était décidée pour une sacoche : assez sobre, tout ce qu'il y avait plus de simple, de couleur noire et qu'on pouvait porter en bandoulière pour qu'il puisse transporter sa caméra. Elle avait en effet ouïe dire qu'il aimait beaucoup filmer, ce n'était pas comme si elle prêtait le moindre intérêt à ce garçon insignifiant mais, elle avait imaginé en quoi cela pourrait rentrer dans les codes de bonne conduite. De toutes façons, selon elle, le cadeau idéal restait un classeur à gros anneaux pour pouvoir regrouper toutes ses fiches par ordre chronologique, par matière et par difficulté. Tout le monde a besoin d'un classeur.

Ensuite, Noël était arrivé comme il venait toutes les années. L'adolescente avait sorti son cadeau maladroitement emballé - elle maudissait l'inventeur du scotch et du papier cadeau et allons plus loin encore, le crétin qui avait décrété qu'il faudrait emballer les cadeaux. Elle lui aurait d'ailleurs volontiers tordu le cou puis l'aurait envoyé dans l'espace en orbite pour quelques siècles, histoire qu'il réfléchisse à sa propre bêtise désespérée. Lula avait ensuite enfilé une robe noire qui lui arrivait au moins jusqu'aux genoux, un short et une paire de collants noirs - elle n'était pas encore une dévergondée de bas-étage. Elle ajouta quelques pinces dans ses cheveux dorés, un serre-tête avec un nœud papillon et décida qu'elle ne ferait pas un effort de plus pour tout ce vent hypocrite : peu importe à quoi elle ressemblait, tout le monde était au courant que de toutes façons, Lula Marshall ne serait pas présente de gaieté de cœur et qu'elle tirait une tête de trois bons kilomètres.

C'est donc les épaules droites, le menton relevé et son habituelle moue suffisante collée au visage que la cadette Marshall fit son entrée dans le foyer et se plaça tout naturellement à l'écart - devait-elle sincèrement en plus de tout le reste taper la conversation à cette bande d'idiots décérébrés ? D'un oeil ennuyé et le plus dédaigneux du monde, elle parcoura vaguement l'assistance pour oublier la compilation des chants de Noël qu'on avait eu le mauvais goût de passer pour l'occasion, ou la cacophonie futile et mielleuse des élèves ou bien encore la centaine de sourires bienheureux qu'elle avait dû supporter depuis qu'elle était rentrée, sans parler de cette marionnette du bon Papa Noël qui se dandinait bêtement comme s'il était constipé qui attirait son attention peu importe le nombre fois qu'elle détourna le regard.

Finalement, il eut un mouvement de foule indiquant qu'apparemment, c'était l'heure de l'échange : Dieu merci ! L'adolescente parcourait à présent la pièce avec intérêt : il ne lui restait plus qu'à refiler son colis -qu'elle n'avais pas pris la peine de poser- à l'autre idiot Evans et s'enfuir à toute jambes loin de cette atmosphère écœurante de bons sentiments, elle aurait rempli ce qu'on attendait d'elle et plus rien ne pourrait la retenir une seconde de plus dans cet insoutenable et inhumain enfer. Lula aperçut rapidement le garçon à l'autre bout de la pièce et se glissa jusqu'à lui - se faisant bousculer, écraser et on lui marcha sur les pieds trois fois au passage. Après avoir donc joué des coudes et des pieds pour traverser cette marée humaine - elle eut cependant une certaine satisfaction à enfoncer ses coudes dans les côtés des importuns- elle rejoignit le gamin Evans et lui tendit l'objet, une moue boudeuse sur le visage.

«  Tiens le crétin. Joyeux Noël. » Lula, toute la délicatesse du monde. Pourtant, elle ne le se serait jamais avoué mais, Lula, elle avait le cœur qui battait un peu plus fort, les paumes moites et les jambes fébriles, Lula, ça lui faisait plus d'effet qu'elle ne l'aurait bien admis, ça faisait comme des papillons dans le ventre. Et c'était franchement loin d'être agréable.


    OKAY c'est eh carrément un roman là. But sorry, i'm not sorry, j'ai trouvé ça trop drôle à faire 8DD en fait lula cey le grinch hahahaha ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noah J. Evans
 Préfet
avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 15/09/2012
Age : 23
Âge du personnage : 15 ans
Section : Aerial
Classe : F

MessageSujet: Re: RP de Noël ▬ santa claus is watching you   Ven 3 Jan - 14:12

It's Chrismas for one night;



L'écriture sur le petit papier blanc que tu avais tiré ne te disait absolument rien. Petite et frêle, un peu de travers, surement écrite à la va-vite.
Le prénom ne t'évoquait qu'un souvenir de chevelure blonde dans une foule, avec des paillettes tout autour et le monde rose et fluffy superficiel d'une demoiselle.
Voilà à quoi se résumait ton impression en tenant ce billet entre tes mains.
Une probable charmante inconnue à qui tu allais devoir payer un truc. Ha ha. Joke.

Tu as toujours aimé Noel, ces décorations colorées qui sillonnent les ruelles redonnant le sourire aux passants, tu apprécies cette ambiance joyeuse festive qui se met à entourer les gens, qui les pousse à croire un peu plus en quelque chose. Bien sur il y a toujours ceux qui n'acceptent pas de rentrer dans le jeu et qui préfèrent faire la tête toute la soirée plutôt que d'admettre qu'ils pourraient s'amuser. Ce jour particulier t'évoque des souvenirs heureux car tu l'as toujours fêté en famille, avec ceux qui t'aiment. Tu avais ces cadeaux aux pieds du sapin, ta liste très souvent respecté. Avant vous invitiez Gabrielle et Aria. Puis juste Gabrielle. Puis plus personne mais ça n'a pas duré. Il y avait de la musique en fond, un sapin aux mille cristaux que reflétaient les boules et guirlandes. Sur le meuble du salon, un petit père noël qui se dandinait en chantant. Et vous, comme des gentils enfants, vous suiviez les paroles d'un air heureux. Tu filmais, ta soeur et Gabrielle chantaient. Ta mère et ton père dansaient, pas toujours les bons pas sur la bonne chanson, mais ça te faisait plus rire qu'autre chose. Les tensions s’apaisent à Noel, elles prennent l'avion direction les îles pour une petite soirée de plénitude. Du moins, c'est ce que tu as cru depuis tout petit.

Cette année l'établissement avait pris soin de réunir l'équipe administrative, d'enseignants ainsi que les préfets. Quoique tous n'avaient pas répondu à l'appel, Miss Marshall ayant refusé de mettre les pieds dans une réunion "inutile, sans le moindre intérêt pour l'évolution de l'Académie".. C'est ce qu'avait expliqué Jason Marshall son frère, ce qui t'avait particulièrement fait rire. C'était tellement attendu, tellement typique de la demoiselle que tu en venais à te demander si elle ne t'évitait pas plutôt. Et du coup, elle n'avait pas pu s'opposer à la proposition du comité ; l'organisation d'une soirée de Noël qui pourrait réunir les élèves. Premier à lever la main en faveur, tu fus aussi le seul préfet volontaire pour l'organisation. Egalement le seul volontaire pour t'assurer que la soirée se déroule calmement. Jason avait réussi à sortir un argument pour ne pas se charger de l'organisation, quant à Elehonor elle avait clairement dit qu'elle ne voulait pas venir. Elle ne s'opposait pas au projet, juste qu'elle ne voulait pas y aller. Soit.

Et rien que de voir le visage décomposé de Gaby piochant le nom de Lula valait le coup d'avoir accepté le projet. Tu t'étais limite étouffé de rire lorsqu'elle t'avais regardé avec des yeux meurtriers. Et toi tu avais du te contenter d'une certaine Beverly. Inconnue au bataillon bien évidemment.
Afin d'éviter tout problème, tu avais proposé à Gabrielle de faire ses achats avec toi. Plutôt non, tu t'étais imposé avec elle. Et vous avez enchaîné les magasins. Encore et toujours. Tes pieds étaient gelés dans tes baskets mais elle semblait bien partie pour te montrer à quel point c'était un supplice pour elle de faire ce qu'elle avait à faire pour cette soirée. Sa férocité envers Marshall t'étonnait toujours mais vous aviez déjà eu une petite discussion à ce propos. Et dès qu'elle s'approchait d'un peu trop près d'un objet ridicule comme un kit de pendaison voire quelque chose de plus stupide encore, c'était plus fort que toi, tu avais au visage cette air exaspéré. Totalement dépité. Un effort. Etait-ce trop demander ? Un tout petit, minuscule effort pour un cadeau. Un truc normal. Mignon. Sympa même pourquoi pas !!!
Tu pouvais ressentir toute sa frustration dans chacun de ses mouvements. Alors tu lui avais payé une crêpe chaude au chocolat lui assurant que non, elle ne prendrait pas un gramme avec toute la marche que vous faisiez. Mais rien à faire, elle semblait toujours en rogne. Tu en profitais pour rechercher un truc potable pour cette blonde qu'on t'avait montré de loin. Franchement, rien que l'idée de dépenser de l'argent pour une inconnue te déplaisait. Gaby connaissait Lula. Pour toi, Beverly était "la fille la plus superficielle et simple du monde, je t'assure" décrite par tes amis. Finalement, alors que tu donnais enfin ton approbation à Gabrielle, celle-ci t'indiqua en retour ce qui pourrait sympa pour Bev. Tellement peu utile en soit, tu te doutais que ça plairait mais il paraît qu'il n'est pas compliqué de faire plaisir à cette fille. Alors why not. C'était complètement blasé que tu en étais arrivé à acheter quelque chose dans une boutique quasi exclusivement pour fille.

La soirée était déjà commencée lorsque tu mis les pieds dans la salle. Des décorations en papiers originales étaient accrochées un peu partout. Les lumières étaient au bon endroit. La musique était bonne. Fierté intense en voyant le résultat en fait. Deux semaines que vous étiez dessus pour savoir quoi faire, qui engager pour faire le DJ, quoi proposer comme petits fours, ... Et le sapin semblait illuminer l'ensemble de son aura magique. Oui, ça serait une belle soirée, tu en étais certain. Même si en fait, tu te rends compte que tu ne connais presque personne en particuliers.
Sourire, faire semblant que tout va bien même si tout va mal, passer pour un crétin mais ce n'est pas grave.
Les élèves s'amassent autour du sapin. Ils semblent joyeux d'être là, de participer à quelque chose qui puisse les réunir et leur faire oublier qu'ils sont loin de leur famille. Un par un ils vont déposer leurs cadeaux à côté de ceux des autres. Tu ne peux t'empêcher de les prendre en photo. Eux, les cadeaux, le sapin, tes amis. Tu aperçois Gabrielle du coin de l'oeil. Elle est tellement jolie, surtout avec ta broche dans les cheveux. Tu lui avais donné un peu en avance pour qu'elle la porte ce soir. Résultat concluant.
Le mouvement de foule pour l'échange des cadeaux t'indique qu'il est temps d'être prêt à recevoir le tien. Et aussi de trouver miss Rose bonbon. Et de voir Gabrielle offrir le sien à Lula. Ha ha. Ce moment sera immortalisé sur photographie pour sûr. Et toi aussi tu avais un truc pour Marshall. Si si. Tu l'avais acheté plus tard, une fois certain que Gab' ne te suivait plus. Tu étais entouré de tes amis, tous aussi impatients que toi de recevoir, mais beaucoup plus impatients d'offrir. Jusqu'à ce qu'une main portant un paquet se fige sous ton nez et qu'une voix ô combien familière parvienne à tes oreilles.
Papillons dans l'estomac.
Grand sourire franc aux lèvres.
Lula et sa moue boudeuse.

«  Tiens le crétin. Joyeux Noël. »

Avec charme et délicatesse. Mais plus rien ne semblait exister hormis elle. Et toi. Lula et ses cheveux blonds presque dorés dans lesquels elle avait placé un serre-terre. Lula et sa jolie robe noire qui lui va si bien. Lula et ses beaux yeux bleus effarouchés. Lula.
Lula.
Lula.
Lula.
Mais que fait Gabrielle ? Pourquoi elle n'est pas là ?
Lula.
Lula.

Elle te prend déjà pour un abruti, surdoué certes, mais un abruti. Là, c'est pire. Maintenant elle doit se dire que tu es encore plus un crétin, à la fixer comme ça sans rien pouvoir dire. Aucun mot ne veut sortir de ta gorge tellement tu es content. Noel est décidément la plus belle de toutes les fêtes. Sans parler tu prends le cadeau dans les mains, impatient de découvrir ce qu’elle a bien pu t’offrir.
Déjà elle s'éloigne.
Retiens là.
Maintenant.

« Hé Lula ! Lula, attends-moi !! Ebony  Lula Marshall. J’ai aussi un truc pour toi. Et puis je crois que tu dois aussi recevoir un autre cadeau de quelqu'un. »

Elle ne daigne pas se retourner, elle ne compte pas t’attendre tu sais. Elle est déjà loin en fait, loin de toi, même si dans cette pièce, seuls deux petits pas vous sépare. Tes doigts saisissent son poignet, tout va vite, tu ne réfléchis plus. Son cadeau. Tu te fiches de ne pas lui offrir dans le joli petit paquet prévu à cet effet. Elle te tourne la tête comme si tu la retenais prisonnière, ne te dis pas un mot. Et tremble comme une feuille. Alors lentement,  tu relâches ton étreinte et tu lui glisses autour du cou une chaine en argent. Au bout, un trèfle porte-bonheur. Tout simplement. Tout doucement.
Et comme ça tu lui assènes le coup fatal qui t’assure la première place au prochain classement de classe car elle sera bien trop perturbée.
Et comme ça tu lui dis qu’elle compte.

Et en gros connard tu la quittes aussi rapidement que tu l’as approché car la tignasse blonde de Beverly se fraye un chemin. Du moins tu supposes que c’est la sienne. De toute façon, plus rien ne compte maintenant. Néanmoins tu ouvres ce que t'a offert Marshall. Une sacoche noir pour ta caméra. Elle te connait alors. Elle savait quoi prendre. Tu rougis vivement et tu t’empresses de prendre le coffret que tu as prévu d'offrir et c’est d’un air limite conquérant que tu vas vers elle désormais. Le poids du kit de bain + vernis à ongles + parfum d’oreiller + soins du visage contenus dans la boite te semble soudain très léger. Elle semble absorbée par sa conversation avec un gars qui t’es familier. Un certain Roméo.
Souris, montre que tu n’es pas un naze.

« Excuse-moi… Beverly, c’est ça ? Tiens, voici ton cadeau. Et joyeux noël à vous deux !! »

Tu attends de voir sa réaction, en espérant avoir visé juste.
Les filles c’est compliqué.


Parfois j'suis motivée pour écrire moins. Et j'ai l'effet inverse. Ha ha.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Beverly R. Waverly
 Etincelle
avatar

Messages : 191
Date d'inscription : 29/06/2013
Age : 21
Âge du personnage : seventeen
Section : étincelle

MessageSujet: Re: RP de Noël ▬ santa claus is watching you   Ven 3 Jan - 20:13

santa claus is watching you — event
let it go



J'ai jamais trop compris le but de Noël.
Je sais pas si en fait le truc bien c'est d'offrir – et dans ce cas c'est débile parce que ça veut dire qu'on est content de claquer son argent dans un truc bizarre que l'autre utilisera jamais – ou de recevoir – et dans ce cas c'est débile parce qu'un coup sur deux on reçoit un truc naze. En plus j'ai tiré le nom de Romeo à leur jeu là, celui où y'avait plein de papiers dans une boîte et même que ça m'a fait stresser parce qu'au début je croyais que y'avait marqué notre note de fin de trimestre dessus. Enfin limite du coup j'aurais préféré. Parce que je vais devoir acheter un truc à Romeo le gros naze là et ça me réjouit pas trop si vous voyez ce que je veux dire. C'est pas que j'ai pas d'idée, j'pourrais lui offrir un savon pour qu'il comprenne que c'est important de se laver de temps en temps, ou alors un guide pour arrêter d'être un gros naze, ou alors une photo d'Oscar pour qu'il le prenne un peu en exemple pour voir. Non c'est pas ça. C'est juste que j'ai pas envie. Que dehors il fait froid, que ça va abîmer mes cheveux, qu'ils vont devenir tout sec et qu'à la fin je pourrais pas sortir parce que je serais encore pas présentable. C'est trop déprimant. Je devrais sans doute me raser toute la tête. Et je mourrais de honte et de désespoir comme la fille dans ce film qu'on a vu avec Oscar y'a pas longtemps – terrible comme film.
Enfin voilà.
En fait tout ça c'était juste pour expliquer pourquoi au final je n'ai pas encore acheté – et ne vais pas acheter – de cadeau.
Et de toute façon il est trop tard vu que c'est Noël et que je suis déjà dans la salle et que j'ai rien.

Pour vous dire la vérité vraie, je me sens quand même pas trop trop bien. Je pensais que personne aurait acheté de cadeau parce que c'est assez bidon comme tradition et puis que c'est idiot d'offrir quelque chose à quelqu'un qui va déjà recevoir plein de trucs de la part du Père Noël. A quoi ça sert qu'il se déplace depuis le Pôle Nord si c'est pour qu'on lui vole son travail, hein ? Les gens pensent pas du tout à tous ces petits nains moches qui se sont dépêchés toute l'année pour qu'on ait un cadeau au pied du sapin la nuit du 24 au 25. D'ailleurs Noël c'est quel jour en fait ?
Ah oui non je disais, je me sens pas trop trop bien parce qu'au final tout le monde a rapporté un truc je crois. Ils ont tous été le mettre par terre – je sais pas s'ils savent que pour les mesures d'hygiène c'est pas trop ça mais bon – et moi je suis restée toute seule à les regarder et à me dire que j'aurais sûrement l'air d'une grosse grosse égoïste moche. En plus les petits fours sur la table font tous plus de deux cent calories chacun alors je peux même pas me rabattre sur la nourriture pour oublier. Oh ! Voilà c'est bon j'ai envie de pleurer tout mon maquillage va couler Sandy est pas là pour me cacher et Oscar était hyper malade et m'a laissée toute seule à cette soirée débile et je veux pas voir Cassandre elle me fait trop peur et si Romeo voit que tout le monde a eu un truc sauf lui il comprendra que c'était moi qui devait lui offrir son cadeau et il aura une raison de plus de me traiter de débile alors que c'est lui le gros naze.

Je dois plus avoir une trace de mascara sur les cils.

Il faut que je trouve un cadeau pour Romeo. Je sais pas quoi mais faut que je trouve. J'peux pas lui emballer des mini-pizzas dans un morceau de serviette ça ferait trop cramé, mais j'ai rien sur moi, moi. Et le voilà qui arrive. Je reconnaîtrai sa démarche de naze entre toute. Et son pantalon dégueu aussi. Oh là là qu'est-ce que je vais faire ? Il me lance un « salut » blasé comme s'il s'en foutait de moi et qu'il avait juste personne d'autre à qui parler – et le pire c'est que ça doit être un truc du genre – tandis que tout le monde s'échange des cadeaux trop cool et qui brillent.

« Salut Romeo-le-naze, aujourd'hui je devais t'offrir un truc alors j'ai beaucoup réfléchi et j'crois qu'en fait le plus beau cadeau que je puisse te faire c'est ma présence à tes côtés toute la soirée. »

Qu'est-ce que vous vouliez que je fasse ?

« Tu sais, rapport à la générosité, la bonté du cœur tout ça. En plus je peux pas voler le travail du Père Noël. »

Une gamine hurle en voyant la poupée qu'on vient de lui filer. Alors j'ai une autre idée en plus comme ça.

« Et si tu veux j'te passerai aussi un de mes vernis roses. »

Je suis trop généreuse des fois ça me tue. Du coup je me sens un peu mieux. Ouais, j'suis plutôt contente de moi, même si je vais devoir rester pendant des heures avec Romeo et que je vais sacrifier un de mes vernis pour l'offrir à ce gars qui sait même pas compter jusqu'à trois et qui connaît pas la différence entre un fer à friser et un fer à lisser. J'ai l'impression d'être l'un des nains du Père Noël, en moins laid j'espère parce que sinon c'est terrible ça veut dire que j'ai des pustules sur la joue gauche.

« Excuse-moi... »

Je me retourne pour dévisager un autre gars. Il a les cheveux noirs et les joues rouges contrairement à Romeo qui a les cheveux décolorés – un jour je lui rappellerai que cette mode est passée depuis trente ans sérieux de vrai – et le teint tout pâle. C'est sûrement un type bien.

« Beverly, c’est ça ? Tiens, voici ton cadeau. Et joyeux noël à vous deux !! »

Je plisse un peu le nez en entend le « vous deux » qui sous-entend que j'ai un quelconque lien avec l'Autre mais me déride bien vite. De un parce que si je reste plissée, qui sait ce que ça peut entraîner sur mon visage ; et de deux parce que le cadeau qu'il m'offre est tout simplement gigantesque. Je l'ouvre d'un air curieux et examine le contenu avec précaution. Avant de me décomposer.

« Ça veut dire que tu me trouves moche c'est ça ? »

Y'a même du parfum. Peut-être qu'il croit que je pue.
Les yeux plein de larmes, j'essaye de me calmer en regardant à droite à gauche.
J'espère que le Père Noël a pas pris trop de poids cette année. Parce que la cheminée est toute petite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romeo H. Walker
 Etincelle
avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 29/06/2013

MessageSujet: Re: RP de Noël ▬ santa claus is watching you   Sam 11 Jan - 14:06

CHRISTMAS TOGETHER
Devant le miroir, Walker ajusta une dernière fois sa chemise blanche -celle qu'il sortait à toutes les grandes occasions un peu officielle et que sa mère avait acheté spécialement pour lui trois ans plus tôt. Céléste l'avait toujours détestée: sa coupe trop sage, sa blancheur nacrée impeccable et la finesse de ses boutons parce que Romeo, elle l'avait rêvé aventurier, sauvage ou roi du monde mais pas bon garçon, gamin trop sage. Il passa une dernière fois les doigts dans sa chevelure décolorée ramenée en arrière : il avait fait, histoire de se fondre dans le décor, un effort capillaire pour l'occasion. L'adolescent enfila une veste en laine empruntée à Oscar, inspira un petit coup, prit ses cadeaux, fourra un paquet de cigarette dans sa poche et quitta la chambre. Romeo Walker était prêt pour affronter Noël.

Comme tout petit garçon, Romeo avait toujours connu l'excitation de l'approche des fêtes de fin d'année : cela commençait par l'apparition du calendrier de l'Avent dans le salon, puis les décorations dans les rues, les lumières ambrées sur les arbres nus, par le sapin illuminé qui trônait au fond du salon et embrasait la pièce le soir et tout particulièrement  celui de Noël de sa douce lumière quasi magique. L'histoire s'était un peu compliquée quand il avait dû passer Noël chez Papa puis, Maman l'année suivante et ce chaque année jusqu'à ce qu'il termine ici. Et, depuis qu'il était à l'académie, le sale gosse Walker n'était plus rentré à la maison et avait peut-être passé les meilleures fêtes sans alcool et défonce de sa vie.

Cette année, l'établissement avait fait organisé une petite fête à l'attention des élèves : le fils Walker devait faire plaisir à un certain Morgan Kane, un gamin apparemment du genre maladroit et un peu à côté de la plaque. Il aurait préféré une fille, c'était plus facile une fille parce qu'on pouvait lui acheter un bijou et ça la rendait contente, comme ce petit bracelet pâle couleur églantine qui scierait si bien au poignet délicat de Sandy. Oh, il serait tellement joli ce bracelet qu'il n'avait pas eu le courage de lui acheter, il lui irait tellement bien. Alors, Romeo il a acheté un livre à Oscar, un livre intelligent et un porte-clés Space Invaders parce que c'était un peu bizarre, puis, que c'était très utile apparemment.

Dès que le môme passa le pas de la porte, il fut happé par les lumières douces comme du coton, à demi-teinte, le fond musicale d'ambiance, la masse d'élèves tous plus beaux les uns que les autres. Il se perdit entre les gars de l'équipe de football, entre trois sourires, deux rires et une blague échangée de son éternel sourire moqueur parce que Romeo, toujours, Romeo était roi du monde. Pourtant, il manquait quelque chose, il cherchait des yeux, parcourait avidement les visages. Il manquait au roi sa reine, la plus importante, la plus brillante de toutes les filles derrière ses expressions de princesse glacée. Mais lui, lui il en ferait une empresse si seulement, il avait le droit de l'aimer.

L'adolescent crut reconnaître un garçon roux qu'on lui avait décrit comme le fameux Morgan Kane, il se fit un chemin jusqu'à lui, attrapa le gamin par l'épaule en bombant fièrement le torse, fouilla quelques secondes dans sa poche, sortit le petit paquet emballé sur place et dévoila ses dents dans un sourire de conquérant : « C'toi Morgan Kane ? J'ai un truck pour toi j'crois. C'est bizarre un peu alors, ça devrait t'plaire, 'fin joyeux noël. Et waoh mec, pense à couper ta touffe, ça fait panneau de signalisation là ! » Putain, Romeo, ta gueule. Mais, Romy il s'en fout parce qu'il y a Beverly, parce qu'il y a Sandy pas loin et que là, maintenant, il n'a besoin que de sa longue bouffée de nicotine qui lui brûle la gorge.

Un « salut» qui se perd du bout des lèvres pour faire comme si rien n'importait, pour balayer le cœur en vrac qui fait boum boum et les doigts qui tremblent légèrement, fébriles d'amour.

« - Salut Romeo-le-naze, aujourd'hui je devais t'offrir un truc alors j'ai beaucoup réfléchi et j'crois qu'en fait le plus beau cadeau que je puisse te faire c'est ma présence à tes côtés toute la soirée. Tu sais, rapport à la générosité, la bonté du cœur tout ça. En plus je peux pas voler le travail du Père Noël. Et si tu veux j'te passerai aussi un de mes vernis roses.
- T'm'as pris pour madame des glaces? Elle est où d'ailleurs ? » C'est tout ce qui lui vient à l'esprit. Pas que Beverly a oublié son cadeau, pas qu'elle est sert à rien et que de toutes façons, même offrir un cadeau à quelqu'un elle n'en est pas capable, pas non plus qu'il a pas vraiment envie de passer la soirée à la supporter ou de mettre un de ses vernis roses parce que c'est pas viril et que de toutes façons, il a tout un tas de filles plus jolies et intéressantes ici. Mais pas, la bonne.

Mais, il ne saura jamais parce qu'il y a un môme qui arrive.

Et Bev, qui pleure.


worst reponse ever. je crois que je la récrirai plus tard. un jour D:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgan Kane
Aerial
avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 08/02/2013
Âge du personnage : 13 ans
Section : Aerial
Classe : C

MessageSujet: Re: RP de Noël ▬ santa claus is watching you   Sam 11 Jan - 22:28


Morgan aurait pu faire un effort, comme c’est noël. Mais noël c’est juste la naissance d’un mec, et lui il va pas à l’église alors il s’en fout. Tout ce qu’il y a de cool à noël c’est que ça a beau être l’anniversaire de quelqu’un d’autre, c’est toi qui reçoit un cadeau. Puis tout le monde pense déjà qu’il est fou Morgan, ou a un sérieux problème, voir plusieurs sérieux problèmes. Alors on a beau dire qu’il faut être bien habillé pour les fêtes et d’autant plus pour les soirées, Morgan a juste chopé des trucs qui lui plaisaient dans son armoire, comme tous les jours. Le soir on pouvait admirer ses chaussettes rayés, ses magnifiques baskets violet-rose abimés, un pantalon presque court avec une jupe par-dessus, un t-shirt de super héros, Green Lantern pour l’occasion, recouvert par un gilet avec un imprimé de cendrillon dans sa robe de bal, ses cheveux attachés en queue de cheval comme toujours, et un bonnet noir à oreilles de chat. Un méli-mélo de styles et de couleurs, sa marque de fabrique.

En plus dans la loterie des cadeaux de noêl, miracle, il était tombé sur Jill. Et Jill c’est sa meilleur pote alors bien sur il sait quoi lui offrir. Il peut même lui offrir des trucs en dehors de noël et de son anniversaire parce que cette fille et tellement cool,  qu’il s’en fout même s’il perd de l’argent à chaque fois. Donc aujourd’hui il s’était embêté à emballer les trucs qu’il lui avait acheté et au final ça rendait un truc très moche de papier froissé et beaucoup de morceaux de scotch. Mais c’est pas grave parce que de toute façon le papier c’est fait pour être déchiré et c’est-ce qu’il y a à l’intérieur qui compte. Et c’était tellement important il espérait qu’elle allait aimer et tout sinon ce serait trop terrible et il irait lui acheter un autre truc le lendemain mais ce serait surement encore pire parce qu’il est presque à cours d’argent de poche.

Mais bon il estimait qu’il avait pas à paniquer. Du coup il avait juste posé son paquet moche au pied du sapin, et il est allé chercher du jus d’orange, et quand il avait fini le jus d’orange il était allé prendre un jus de pomme parce qu’il y avait plus de jus de raisin. Et il discutait et rigolait avec Jill et comptait aller chercher du chocolat chaud ou un truc du genre après minuit et que tout le monde aura eu son cadeau. Puis minuit est arrivé plus vite que prévu parce que le temps passe trop vite quand on est avec Jill. Alors il était aller récupérer son paquet moche au pied du sapin et était retourné voir Jill, en dépliant bien son bras qui tenait le truc comme un conquérant et lui faisant un grand sourire, un verre dans l’autre main et la paille entre les dent. Sans dire joyaux noël ni rien parce que c’est Jill alors il a le droit de se le permettre. En plus il pensait être cool. Et il avait hâte qu’elle déballe ce machin trop moche pour trouver les merveilles à l’intérieur. Dedans il y avait un lot de fausses moustaches, deux fines blonde et brune, et trois épaisses à exubérante châtain brune et rousse. Et Morgan il était sur qu’on pouvait le coller et le recoller sur sa peau ou sur n’importe quel support parce que c’était marqué sur le paquet. Et avec ça il avait mit des pétards et des bonbons qui pique. Et un stylo en forme de poisson si épais qu’il est dur à tenir entre les doigts et qui brille quand tu appuie sur le bouton qui forme ses yeux. Bref, il n’y avait que Jill pour apprécier un cadeau aussi splendide.

Ensuite y a eu un gars qui lui a chopé l’épaule et ça lui a un peu gâché le truc parce qu’il a du se retourner et pas voir la réaction de Jill. Y a eu un mini échange chelou comme ça:

Le gars: C'toi Morgan Kane ?
Morgan: Ouep.
Le mec: J'ai un truck pour toi j'crois. C'est bizarre un peu alors, ça devrait t'plaire, 'fin joyeux noël.
Morgan: Ah ouais, merci.
Le type: Et waoh mec, pense à couper ta touffe, ça fait panneau de signalisation là !
Morgan: M’en parle pas t’as pas du te voir dans un miroir depuis longtemps toi non plus!

Il avait un peu beaucoup complètement zappé qu’il était lui aussi sensé recevoir un truc. Dingue. Recevoir des trucs même nul c’est tellement son bonheur comment il a pu oublier ça. Du coup il a déchira le papier vite fait en se retournant vers Jill et c’était un porte-clés. Ok un porte-clés ça peut faire un peu naze comme cadeau de noël mais en même temps ça avait la forme de ces trucs qu’il faut tuer dans Space Invader et ça c’était un peu cool. Il fait tourner la chose d’un doigt et reporte son attention sur Jill parce qu’il fallait qu’elle fasse au moins un sourire sinon c’était même pas la peine d’aller voir s’il y avait du chocolat chaud.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jill K. Brown
 Greenery
avatar

Messages : 66
Date d'inscription : 24/02/2013
Age : 21

MessageSujet: Re: RP de Noël ▬ santa claus is watching you   Dim 26 Jan - 10:36


Le ciel est blanc cassé.

▬ event – christmas time

« Les trucs genre Noël, j'ai toujours bien aimé. L'ambiance qu'y a, les gosses qui crient partout et les gens qui sourient pour rien partout dans la rue. Bon moi j'sors pas trop donc je les vois pas vraiment, les gens dans la rue, mais je les imagine et ça me suffit. J'éclate les mecs sur ma PS4 et moi aussi je souris toute seule sans trop comprendre. Morgan il dit que j'ai l'air débile et après on fait des concours de grimace et parfois je lui tire les cheveux parce que ça m'énerve qu'on me trouve débile. J'ai toujours su que j'étais pas une lumière mais je suis pas trop bête non plus. J'suis normale quoi. Banale, invisible, sans intérêt. Ça me va bien.

Pour revenir à ce truc là, Noël, l'académie a organisé une soirée en fait. On a dû tirer au sort des noms et c'était assez sympa, on se serait cru dans un de ces immeubles dans pokémon là, vous savez, ceux où on tire la tombola. La seule chose c'est que je suis tombée sur un nom que je connaissais pas. Alors j'ai passé des jours à chercher qui était Misha Machin – son nom est imprononçable sérieux. Et puis après j'ai dû lui trouver un cadeau et je sais pas ce qui était le plus galère. C'est dur de trouver quelque chose de cool quand on connaît pas la personne. Moi je voulais vraiment acheter quelque chose de cool. J'aime pas offrir un truc et voir que la tête en face elle a ce petit air un peu pincé un peu faux, ce sourire qui montre que t'es déçu mais que t'oses pas le dire. J'aime pas quand on me dit que ouais ça me fait très plaisir alors qu'en fait non. Du coup à Misha je lui ai offert une bague. C'est le genre de chose que je porte pas du coup j'avais envie d'en acheter une. Enfin c'est plus comme un anneau. Comme dans le seigneur des anneaux mais en pas possédé. C'est vraiment cool non ? Je l'ai mis dans un petit paquet ; ou plutôt la vendeuse l'a mis dans un petit paquet et j'ai ajouté une carte avec un Mario qui dit « joyeux noël Misha » plus ma signature en bas à droite. Ouais c'est cool. Vraiment cool. Je suis plutôt fière de moi. J'ai mis mon tee-shirt zelda pour l'occasion et un jean pas déchiré et mes baskets rouges parce que c'est mes préférés ; en plus ça fait Noël le rouge. Et puis au moment de l'échange des cadeaux j'ai vite mis le cadeau dans la poche de la veste de ce gars là, parce que j'ai pas trop osé lui filer en vrai. Ça me fait un peu flipper des fois, vous savez. Les relations humaines. Trouver les mots pour offrir, ne pas en faire trop ni pas assez. Ça va quand on part en vadrouille avec Morgan, déjà parce que c'est plus comme un jeu alors j'pas l'impression que c'est réel ; et puis en plus justement il y a Morgan. Morgan c'est vraiment mon meilleur pote. C'est le seul avec qui j'ai envie d'être tout le temps toute la journée. C'est le seul à qui j'avais vraiment vraiment vraiment envie d'offrir un truc à Noël. Un cadeau. Je lui ai acheté des pastels de toutes les couleurs et une boule à neige avec un pikachu à l'intérieur. Ah et puis aussi une tablette de chocolat aux noisettes et au caramel. C'est ma préférée. J'ai tout mis dans un carton et puis je l'ai emballé plus ou moins avec ce papier brillant qui crisse sous les doigts. Mais maintenant qu'on y est et qu'il faut que je lui donne tout ça, j'arrive pas à trouver le bon moment. Déjà y'a eu Morgan qui m'a offert son propre cadeau qu'il a fallu que j'ouvre et qui était juste trop cool. Que des trucs trop utiles et trop stylés, j'avais envie de sauter partout et de le serrer dans mes bras. Sérieux. Sauf qu'après y'a eu ce mec avec l'air blasé qui est arrivé et qui lui a donné un cadeau. Et là je suis en pleine crise existentielle si on peut appeler ça comme ça.

Je suis plus si sûre que ça que mon cadeau est trop bien et trop cool.

Mon cadeau est pas si bien emballé que ça. Et puis peut-être que ça lui plaira pas. Peut-être que ce mec bizarre lui a offert un truc trop bien et que plus rien ne peut être mieux. J'me sens toute bizarre d'un coup. Mais v'la que Morgan se tourne et j'ai toujours mon paquet - qui me paraît tout pourri maintenant - dans les mains. Alors il faut bien que je lui donne, hein.

« Joyeux Noël mon pote. »

Et puis d'un air désinvolte j'me colle une moustache blonde au dessus des lèvres. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Misha M. Sovleski
 Greenery
avatar

Messages : 217
Date d'inscription : 26/12/2013
Age : 23
Âge du personnage : 17 ans
Section : Greenery
Classe : H

MessageSujet: Re: RP de Noël ▬ santa claus is watching you   Mer 29 Jan - 23:14

Do you want to build a snowman ? ;


Il posa sa paume contre le verre de la vitrine, appréciant le contact glacé du matériau. C’était comme si sa main avait voulu se coller contre la vitre et il trouva le phénomène amusant. Derrière ses doigts jouait une petite scénette de marionnettes. Elles dansaient éternellement, encore et encore, jusqu’à ce que quelqu’un les débranche, les range dans un carton et ne les ressorte que l’année suivante. Il avait oublié ses gants, avait l’extrémité des doigts engourdis, mais cela ne le dérangeait absolument pas. Petit garçon des neiges devient grand, l’habitude de cette sensation lui était familière.
Le froid mordant s’est peu à peu installé sur l’île. Il s’engouffre par des bourrasques gelées à travers les petites failles des portes, il file à travers les fractions infinitésimales de vide du tissu. Et il gifle les joues rosées avec une violence sans pitié. Misha aime ressentir ces petits coups de vent contre son visage, ils lui rappellent qui il aurait pu être avant d’arriver ici. Et il est là, dans la rue, à observer une vitrine sans bouger, sans prêter la moindre attention aux passants qui s’arrêtent pour le regarder lui, et non le muppet show, ces passants qui se bloquent au milieu de la rue pour voir cet étrange jeune homme immobile comme fasciné par les mouvements envoutants des poupées. Il entend leur murmures, il comprend leur surprise, il les soupçonne de parler de lui. Puis du coin de l’œil il les voit repartir en haussant les épaules car rien n’est moins intéressant que lui à cet instant. Ils font leurs achats, les fameux achats de Noel, tirent une tête d’effroi en ouvrant leur porte-monnaie, se lamentent, mais veulent à tout prix acheter quelque chose. Parce que c’est important. Qu’importe l’utilité, le geste compte.
Et Misha ne comprend pas.

Un cadeau. Chez lui, on n’offrait pas de cadeaux, sa famille avait la coutume d’appeler ça « un échange de bonne action ». Mais offrir quelque chose pour le plaisir d’offrir quelque chose ne se faisait pas. Pour son anniversaire, il n’avait jamais reçu un truc stupide. Pour ses 6 ans, ses parents avaient engagé un professeur de musique afin qu’il devienne le meilleur et qu’il puisse être célèbre dans ce domaine. L’année suivante, c’était un professeur d’échecs. Celle d’après, un poney et un enseignant pour lui apprendre à monter. Et ainsi de suite. Toujours enseigner. Et à Noel, avec son frère et sa sœur, ils se contentaient de manger tous les trois dans l’immense salle de réception comme des grands, sous la surveillance d’un majordome qui devait prévenir les parents partis à une quelconque réception en cas de problème. Tout simplement. Ils allaient à la messe, rentraient, mangeaient, dansaient un peu, osaient s’évader mentalement, puis revenaient quelques heures après à la réalité avant d’aller dormir. Et le sapin, un pin, toujours un pin, au matin se retrouvait seul.
Alors un cadeau. Comment choisir un cadeau ?

L’école avait organisé cette soirée, et rien ne pouvait enthousiasmer le jeune Sovleski plus que ça. Il allait voir des gens, il allait pouvoir être parmi les autres et montrer qu’il existait. Oui, il pouvait le faire. Et puis, il y avait eu cette sorte de tombola pour une chaîne de cadeau. Ah. Revoilà l’histoire de cadeaux. Il avait tiré le papier sur lequel il reconnut immédiatement l’écriture débraillée de Tony. Et bien sûr, de toute façon, le prénom était écrit dessus. Aucune erreur n’était possible. L’instant de joie passée après avoir eu le billet, grand stress. Que choisir ? Gros gros flippe en perspective. Alors le voilà à errer dans les rues à ne pas savoir quoi prendre. Il a bien compris, l’objectif est de choisir un truc sympa, qui ferait plaisir à l’autre. Et être content de l’offrir. Alors il marche, il regarde. Il voit ces arbres, insensibles à la magie environnante, si tristes dénudés, et pourtant éclairés par des dizaines de petites boules lumineuses qui illuminent les rues. Il sourit bêtement en se disant que c’est tout nouveau pour lui, il est content. C’est agréable, ce genre de sentiment, non ? Les autres sont en groupe, lui préfère chercher tout seul. Il aurait bien demandé à Effie de l’accompagner, mais elle semblait ailleurs ces derniers temps. Et il ne pouvait pas y aller avec Tony !!  
Il y avait eu cette gigantesque peluche orange qui lui avait plu, mais il n’était pas certain que son ami apprécie. Pourtant, elle était géniale. Puis il avait eu aussi les gants pour faire la cuisine. C’est pratique, ça, des gants. Avec une vache dessus en plus. Mais imaginer le jeune Ruiz aux fourneaux l’avait fait plus rire qu’autre chose. Alors il s’était posé contre cette vitrine pour réfléchir. Tony est bagarreur. Tony il a toujours des blessures. Oui, bien sûr. Voilà ce qu’il fallait.
Du coup, Misha fonça vers le supermarché le plus proche, direction le rayon pharmacie. Et il prit les pansements, vous savez, ceux avec des petits éléphants roses dessus. Ceux pour enfants, qui ne tiennent pas, mais il l’ignore. Et ils ne coûtent pas cher. Et Tony sera content, il n’a jamais assez de pansement. Pour le coup, le russe est content de son choix. Et puis il doute. Les caisses passées, pas de remboursement. Tant pis, ça sera les pansements. Et autre chose de mieux. Et c’est en voyant passer un gars devant lui qu’il a le déclic. Oui, ça c’est une bonne idée, Tony il va aimer. Oh, et un cadeau pour Effie. Il imaginait son beau sourire s’élargir s’il lui offrait quelque chose, quelque chose de joli. Et rien que ça, c’était cool.

Il y a du monde. Beaucoup de jeunes, des petits fours. De la musique en fond, des grands dadais qui parlent entre eux, des petits qui courent et esquivent leurs aînés, des filles toutes belles pour la soirée. Misha avait hésité entre le costard et le plus cool. Star coincée des tapis rouge ou plus décontracté ? Il avait imaginé son frère riant sur le lit devant cette scène et avait opté pour chemise légèrement bleutée pas totalement fermée sur laquelle reposait une cravate vaguement attachée, un peu détendue. Pas trop pour ne pas faire débraillé, mais assez pour éviter d’être très sérieux. Il avait hésité à mettre une écharpe à la place de la cravate, mais il ne l’aurait pas gardé toute la soirée, l’aurait posé quelque part et probablement ne l’aurait jamais retrouvé. Par-dessus, une veste, simple et douce, légère et agréable comme il les aime, dans les tons bleu corbeau uni. Et un jean droit, tout simple. Ouais, ça irait. Il avait jeté un dernier regard dans le miroir, tentant vainement d’aplatir de champs d’épis de blé qui se dressait sur sa tête et s’amusa de constater qu’il avait cette lueur pétillante dans l’œil.
Et arrivé dans la salle, ses cadeaux sous le bras, Misha s’empressa d’aller déposer ses paquets sous le sapin. Il était fier, tellement fier d’avoir trouvé des trucs sympas. Et puis lorsque vint le moment d’offrir aux autres les présents, il se sentait si joyeux de pouvoir s’approcher d’Effie, de la voir sourire en ouvrant le paquet qui contenait un bracelet aux fils argentés entrelacés et eut une les yeux brillants lorsqu’elle le mit à son poignet. Mais il restait Tony. Il l’avait aperçu un peu avant avec Avery et n’avait pas osé les déranger. « Allez. Courage Misha, tu peux le faire. »
Respiration.
Expiration.

Et pendant qu’il s’approche de son ami, il ne voit pas cette gamine déposer dans sa poche un petit quelque chose, il ne sent pas sa veste s’alourdir. Objectif : Tony. Il s’approche du beau brun, voit Avery partir au même moment. Au moins, elle ne pourrait pas éclater de rire si jamais elle trouvait le cadeau du blondinet ridicule. Misha se plante devant son ami, un peu tremblant, et d’un geste mécanique, tend les paquets colorés au jeune Ruiz. Le premier, les pansements. Le deuxième, une magnifique montre qu’il avait choisi avec attention. Peut-être qu’il l’avait payé chez, il ne savait pas trop. Mais elle valait le coup.

« Heu… Tiens Tony. Joyeux Noel. Si t’aimes pas le premier truc, c’est pas grave hein, c’était juste comme ça, je me suis dit que ça te serais utile, vu qu’un cadeau c’est mieux quand c’est utile, tu crois pas ? Et puis l’autre, ben, j’espère que tu aimeras vraiment. C’est échangeable, si tu n’aimes pas, t’as juste à me dire ok ? »

Il attend, sans bouger, impatient de voir si son ami apprécie l’effort qu’il vient de fournir. Bras croisés, puis mains dans les poches du jean. Puis il se tapotte la cuisse. Et enfin il remarque ce petit détail dans sa poche. Il est intrigué le garçon, il ne sait pas ce que c’est, ce n’est pas lui qui l’a placé là. Délicatement avec ses doigts de pianiste tout fins, il sort le petit sachet de sa poche et l’observe sans rien dire. Il lit le mot. Ne comprend pas. Comment ça a pu se retrouver dans sa poche ? Comment quelqu’un aurait pu le connaître sans lui adresser la parole ? Sourcils froncés, il ouvre le paquet et découvre une bague. Une bague, ouais. Un anneau plutôt, un peu comme…

« Tony… Je crois qu’il y a un fantôme qui vient de me demander en mariage. Regarde ! »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: RP de Noël ▬ santa claus is watching you   

Revenir en haut Aller en bas
 

RP de Noël ▬ santa claus is watching you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Santa Claus, la légende du Père Noël
» Dark Vador vs. Santa Claus - La fin (Interdit -16 ans)
» [TERMINE] Kit Santa Claus
» Santa Claus Is Coming To Town - 1970
» le film " santa claus - the movie " - 1985

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'Académie - Akuriru Gakuen :: 1er étage :: Foyer-