AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 cotton candy baby ▬ pv rosie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gabrielle E. Larsen
Aerial
avatar

Messages : 208
Date d'inscription : 15/09/2012
Age : 21
Âge du personnage : 16 ans
Section : aerial
Classe : f

MessageSujet: cotton candy baby ▬ pv rosie.   Sam 21 Déc - 17:56

Another day comes ;[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Sincèrement, je ne sais pas ce que je fous là.
Je crois que ça a commencé hier après-midi, quand le pote de Rosie lui a filé ces places pour Espluland, en lui disant que sa copine voulait pas y aller donc qu'il savait plus quoi en faire. Elle les a prises. Sûrement parce que cette garce profite de toutes les occasions possibles pour économiser de l'argent. Elle a dû se dire qu'un parc d'attractions pouvait, éventuellement, être une source d'inspiration pour ses nouvelles créations. Et évidemment, il a fallu que je sois à côté d'elle à ce moment là. Et évidemment, il a fallu qu'elle me regarde avec ces yeux entendus. Ces yeux qui veulent dire « tu n'as pas le choix, tu viens avec moi ».

Voilà que l'on franchit l'entrée, elle hyper bien fringuée comme à son habitude et moi emmitouflée sous tellement de couches qu'on perçoit à peine le bout de mon nez. Je me sens comme un sac. Honnêtement.
Je déteste les parcs d'attractions.
Tout le monde y a toujours cet air de benêt insupportable, il y a des cris de partout, les manèges me décoiffent ou me font peur, la nourriture est infâme et les enfants me marchent sur les pieds. L'ambiance générale me dérange. On se perd, on tourne en rond, les files d'attente sont interminables. Je ne vois aucun intérêt là-dedans, ce n'est même pas amusant. Je préférerais rentrer maintenant, être à l'abri dans ma chambre, me concentrer sur mes problèmes mathématiques parfaitement maîtrisés et ne pas avoir à affronter cette journée purement imprévisible.
Je déteste les parcs d'attractions.

Et je déteste Rosie Jackson.

« Voilà, on y est. T'es contente ? On a plus qu'à survivre dans cet endroit monstrueux pour les dix prochaines heures. Génial. »

Oui.
A part ça, je suis d'excellente humeur, merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rosie Jackson
 Chef de dortoir
avatar

Messages : 120
Date d'inscription : 16/09/2012
Age : 21
Âge du personnage : 16 ans
Section : Greenery
Classe : Classe G

MessageSujet: Re: cotton candy baby ▬ pv rosie.   Sam 21 Déc - 19:07

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Rosie soupire, mais garde un sourire entendu sur le visage, le sourire de toutes circonstances. Hop, en une fraction de secondes, elle a vérifié cheveux, maquillage, fringues, tout est parfait, tout est au millimètre. Comme d'habitude. Moins que parfait, c'est mal. Rosie est perchée sur ses jambes vertigineuses, elles-mêmes perchées sur des talons non moins vertigineux, ongles vernis, cils de biche, vêtements à se faire pâmer de jalousie n'importe quelle fashion victim. Et tout ça pour quoi ? Pour aller se faire écraser les pieds dans un parc d'attraction. Avec Gabrielle Larsen, cette peste. C'était peut-être ça, la raison à toute cette préparation. Être plus classe que Gabrielle. Plus grande que Gabrielle. Mieux fringuée que Gabrielle.

En réalité, Gabrielle était le modèle préféré de Rosie. Elle était parfaite pour ça. Jolie, pile la bonne taille, la bonne stature, pile les mimiques boudeuses qu'il lui fallait. Absolument délicieuse. Mais mon dieu ce qu'elle pouvait être insupportable. Rosie la détestait, parfois. Mais elle-même faisait beaucoup d'efforts pour insupporter Gabrielle en retour.

Elle souriait, donc. Tout dans le contraste, avec l'autre qui la regardait d'un air qui aurait pu la geler sur place. Elle était contente d'être là, elle. Elle aimait les parcs d'attractions, l'odeur de la barbe à papa, les rires des enfants, et l'adrénaline qui lui procurait une étonnante satisfaction.

« Voilà, on y est. T'es contente ? On a plus qu'à survivre dans cet endroit monstrueux pour les dix prochaines heures. Génial. »

Rosie leva les yeux au ciel.

« Chérie (elle savait que cette appellation pouvait la mettre hors d'elle). Ça t'arrive, des fois, d'arrêter de te plaindre ? »

Question rhétorique, elle connaissait très bien la réponse. Dès que Gabrielle ouvrait la bouche, c'était pour se plaindre. Ne se démontant pas, Rosie la traîna sans plus de cérémonie vers la plus proche attraction, en lui assurant que c'était tranquille. Mensonge numéro un. Il n'y avait pas tant de queue que ça, mais juste assez pour se taper la discute. Ou plutôt : bombarder Gaby de questions personnelles avec un petit sourire en coin.

« Alors ? C'est quoi cette tête, ça va pas avec ton copain ? Comment il s'appelle celui-là ? Jason c'est ça ? Il arrive à te supporter ? A moins que ce soit l'autre garçon, son nom m'échappe. Le blond. Ou alors cet autre encore, celui qui a déjà une copine. »

Elle est horrible, Rosie. Elle est pire que les vieilles tantes aux repas de famille, qui veulent tout savoir sur ta vie sentimentale. Elle est pire, parce qu'elle, elle a le don pour te faire passer pour une pute, et te faire te sentir coupable. Avec Gabrielle, peut-être que ça marche pas, mais elle essaye quand même. Sans cesser de sourire d'un air faussement bienveillant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle E. Larsen
Aerial
avatar

Messages : 208
Date d'inscription : 15/09/2012
Age : 21
Âge du personnage : 16 ans
Section : aerial
Classe : f

MessageSujet: Re: cotton candy baby ▬ pv rosie.   Dim 22 Déc - 18:10

Someone like you;[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le pire, c'est qu'elle a l'air satisfaite d'elle-même. Elle évolue dans l'allée principale du parc comme si elle était chez elle pendant que je meurs d'envie de courir vers la sortie. Elle lève les yeux au ciel quand j'avance l'idée de se barrer. Ça m'insupporte, mais tant pis. Au moins j'aurais essayé.

« Chérie. Ça t'arrive, des fois, d'arrêter de te plaindre ? »

Je pince les lèvres et préfère me taire. Ça lui ferait trop plaisir de me voir m'énerver. Elle sait que je déteste ce genre de surnom, et elle sait que je me plains sans arrêt. C'est un peu ma marque de fabrique, ce pessimisme constant. J'ai tendance à tout voir en gris. Ma mère a dû oublier de commander les couleurs dans ma vie au moment de ma naissance; ou quelque chose du genre.
Rosie me traîne jusqu'à un manège assez proche et sans trop de monde - un miracle - tout en me répétant qu'on ne risque rien dans celui là. Je vois ses lèvres qui frémissent dans un sourire. Je SENS qu'elle me ment. Je ne sais pas pourquoi. Un instinct de préservation me crie qu'il ne faut surtout pas monter dans ce truc. Si elle ne m'avait pas aggripé le bras férocement, honnêtement, je me serais déjà barrée en courant. Au lieu de ça je suis obligée de me coltiner ses paroles imbéciles.
Quand je vous dis que c'est l'Enfer, ici, je ne plaisante pas.

« Alors ? C'est quoi cette tête, ça va pas avec ton copain ? Comment il s'appelle celui-là ? Jason c'est ça ? Il arrive à te supporter ? A moins que ce soit l'autre garçon, son nom m'échappe. Le blond. Ou alors cet autre encore, celui qui a déjà une copine. »

Je manque de peu de pousser le plus gros soupir de l'histoire de la vie et de lui balancer mon poing dans sa gueule parfaitement maquillée. Vous croyez qu'elle ne peut réellement pas s'en empêcher ? Est-ce qu'elle est réellement obligée de s'occuper de mes affaires et de chercher le moindre ragot ? D'ailleurs, où est-ce qu'elle est allée pêcher toutes ces histoires ? C'est comme Noah. Elle est au courant de tout. A croire que l'académie entière surveille mes faits et gestes.
Il est hors de question que je lui raconte ma vie.
Ça ne la regarde pas.
Ça ne regarde personne.
Je suis la seule à pouvoir tout savoir de moi-même.
C'est pourquoi je décide humblement de lui mentir, et prend l'air surpris le plus convaincant de ma panoplie.

« Rosie, tu penses sincèrement que Jason est mon copain ? Mais alors... »

Je laisse passer un silence théâtral, avance un peu dans la file puis me rapproche légèrement d'elle pour lui souffler la suite.

« Tu n'es pas au courant de ce qu'on raconte ? »

Bien sûr que non elle n'est pas au courant. Mais elle va vouloir le savoir, j'en suis certaine. Et on va bien voir qui se moque de qui aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rosie Jackson
 Chef de dortoir
avatar

Messages : 120
Date d'inscription : 16/09/2012
Age : 21
Âge du personnage : 16 ans
Section : Greenery
Classe : Classe G

MessageSujet: Re: cotton candy baby ▬ pv rosie.   Lun 23 Déc - 10:33



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



L'excitation des enfants, dans la queue de l'attraction, est presque tangible. Ils sourient, se poussent et gloussent nerveusement à chaque fois qu'ils entendent les cris étouffés des gens dans le wagon, passant au dessus de leurs têtes à toute vitesse.
Rosie, elle, se délecte des efforts de Gabrielle pour ne pas s’énerver. Elle les voit, ses mimiques, ses lèvres pincées, ses adorables sourcils qui se froncent. Elle fait la gueule. Comme d'habitude. Et Rosie s'amuse.
Elles sont comme le jour et la nuit, faut dire. Si Gabrielle a tendance a ne voir que le mal partout, Rosie est débordante d'optimiste. Elle a des paillettes dans ses yeux noirs, elle sourit tout le temps, c'est une étoile. Quand elle marche, c'est d'un pas assuré, léger. Un petit oiseau, un papillon, c'est comme ça que sa mère l'appelait, quand elle était petite.

Et surtout, Rosie a l'habitude de tout avoir. Et tout savoir, aussi. Alors elle partait du principe que Gabrielle ne pouvait rien lui cacher, et que lui poser toutes ces questions était dans son droit. Et elle ne se gênait pas. Elle connaissait la vie de la moitié de l'école, de toutes façons. Tous les prénoms, tous les couples. Big Sister is watching you.

« Rosie, tu penses sincèrement que Jason est mon copain ? Mais alors... Tu n'es pas au courant de ce qu'on raconte ? »

Rosie sourit encore plus, si c'est possible. Quelque chose a changé dans l'expression de Gabrielle. De toute évidence, c'est un mensonge. Ou alors un moyen de détourner la conversation, de ne pas être gênée. Bien sûr, que Gabrielle aime ce type. Elle le bouffe des yeux. En même temps, qui peut lui en vouloir ? Ce Jason est véritablement pas défiguré.
Vérité ou mensonge, Rosie voulait savoir ce que Gabrielle avait à lui dire. Peut-être qu'il y aurait une part de vérité là dedans. Peut-être qu'il se racontait véritablement quelque chose. Et qu'elle allait balancer de bons gros dossiers. Alléchant, vraiment.
Alors elle se penche vers Gabrielle à son tour.

«  C'est bien ce que je disais, ça va pas bien avec Jason. C'est quoi, y a une autre fille ? Un seul mot, et je ruine sa vie pour toi chérie. »

Et elle était sincère, c'est bien le pire. Étonnant comme une fausse rumeur peut circuler vite sur le compte de quelqu'un. Et lui faire vivre un cauchemar.

«  A moins qu'il s'agisse d'autre chose ? »

« Ne tombe pas dans le panneau, Rosie. Elle essaie de détourner la conversation. »
Mais c'était trop tard. Maintenant, elle voulait tout savoir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle E. Larsen
Aerial
avatar

Messages : 208
Date d'inscription : 15/09/2012
Age : 21
Âge du personnage : 16 ans
Section : aerial
Classe : f

MessageSujet: Re: cotton candy baby ▬ pv rosie.   Mar 24 Déc - 17:35

I wish i was mad;[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Je sais que je ne suis pas crédible lorsque je mens. J'ai beau faire des efforts, me dessiner un visage on ne peut plus semblable à la réalité, donner une intonation sincère à ma voix ; rien n'y fait. Il y a toujours quelque chose qui me trahit. Même ma mère, ce tas apathique, remarquait que je n'étais pas nette lorsque je lui dissimulais quelque chose. Elle savait tout de suite quand j'avais eu une mauvaise note ou quand je m'étais fait punir à l'école. Par la suite elle s'en fichait éperdument, mais elle ne cessait de me répéter que j'étais « parfaitement idiote » d'essayer de lui cacher quoi que ce soit. Alors bien sûr, je sais que Rosie va remarquer que je mens comme une quiche. Mais je m'en moque, d'être convaincante. Ce que je veux, c'est qu'elle doute. Qu'elle doute suffisamment pour se demander : et si c'était vrai ?

« C'est bien ce que je disais, ça va pas bien avec Jason. C'est quoi, y a une autre fille ? Un seul mot, et je ruine sa vie pour toi chérie. »

Je manque lever les yeux au ciel, me retient juste avant de trahir mon agacement. Même si, je dois l'avouer, je me sens un peu flattée par ses paroles. Je me dis que si jamais il y avait un problème un jour, elle serait de mon côté. Rosie Jackson avec ses nombreux amis et ses nombreux ennemis, Rosie avec sa langue bien pendue et ses goûts affirmés, Rosie grande et fière. Elle me défendrait. Mais bon, le sujet n'est pas là. Elle a quand même un train de retard dans ses rumeurs ; ça fait peut-être six mois que je n'ai pas vu Jason. Depuis qu'on est allés acheter mon manteau ensemble. Je ne sais pas s'il m'ignore ou s'il sort avec quelqu'un d'autre. Au fond je le comprends, j'ai dû lui faire peur à le suivre sans arrêt. Idiote que je suis. Peu importe. L'essentiel, c'est que je vais pouvoir raconter un peu n'importe quoi sans que cela ne me retombe dessus.

«  A moins qu'il s'agisse d'autre chose ? »  

Je sens un léger sourire étirer mes lèvres. C'est parfait ! Elle a cet air qui veut dire « dis-moi tout je ne te crois pas mais je veux savoir ». Il ne me reste plus qu'à tout balancer.
Si ce n'est que je n'ai absolument rien à « balancer », comme je le dis si bien.
Je pensais qu'il était facile de lancer une rumeur, mais honnêtement, je n'ai jamais fait ça. Alors je me tâte. Il me faut quelque chose de réaliste et d'en même temps intéressant. Et vite de préférence. Des ballons roses et bleus dégringolent de l'attraction tandis que je souffle le mensonge le plus minable de toute l'histoire de l'humanité.

« Il est gay. »

Oui, Gabrielle, absolument.
Je veux me pendre.
Les cris dans la nacelle se rapprochent à une vitesse affolante, la voix dans le micro demande une dernière fois à tout le monde de lever bien haut les mains en l'air. Un mec dans un costume idiot nous fait avancer jusqu'à une ligne de couleur criarde.  
Au prochain tour, c'est à nous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rosie Jackson
 Chef de dortoir
avatar

Messages : 120
Date d'inscription : 16/09/2012
Age : 21
Âge du personnage : 16 ans
Section : Greenery
Classe : Classe G

MessageSujet: Re: cotton candy baby ▬ pv rosie.   Jeu 26 Déc - 10:39

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]




«  Il est gay.  »

Trente secondes.
C'est le temps que Rosie passe à réfléchir à cette réponse, que Gabrielle semble regretter dans l'instant où les mots franchissent ces lèvres. Trente secondes de réflexion, et elle arrive à plusieurs conclusions possibles. La plus probable, c'est que Gabrielle ment. Son temps d'hésitation, et ensuite cette révélation directe. Trop directe. Et surtout, le fait qu'elle n'ait pas l'air réticente du tout à raconter ça. Elle est amie avec ce Jason non ? Normalement, une amie ne révèle pas ce genre de secrets, et encore moins à Rosie, le moyen le plus sûr pour qu'une nouvelle circule dans l'heure. Elle sent dans sa poche la bosse que forme son téléphone portable, avec un accès si rapide à Facebook ou Twitter. Mais non, on ne diffuse jamais une information dont on est aussi peu sûre. Règle d'or.

Pourquoi Gabrielle mentirait, c'est la question. Pour détourner le sujet ? Cacher son trouble ? Montrer qu'il n'y a certainement rien entre elle et lui ? Si elle croit que Rosie va oublier tout ça, elle se fourre le doigt dans l’œil. Ou peut-être que Gaby veut se venger, tout simplement. De quoi ? C'est encore à savoir.

Ou peut-être qu'elle ne ment pas. Peut-être que Jason est vraiment gay. Rosie ne le connaît pas, et ça ne l'affecterait pas plus que ça. La seule chose importante, en ce moment, c'est de savoir que Gabrielle a assez de cran, ou de méchanceté pour lancer une telle rumeur sans sourciller ou y repenser à deux fois. Rosie n'a pas perdu son sourire. Elle décide de jouer le jeu. De laisser Gabrielle s'enfoncer encore plus.

« Vraiment ? »

Le ton qui fait semblant d'être convaincu, mais on s'en bien la pointe de moquerie derrière.

« Ça a dû être un choc. Non ? Tu es la seule à savoir ? J'imagine que c'est un secret. »

Si Gabrielle a menti, elle allait vite le savoir, au fond. En fonction de comment elle allait broder là dessus.

Le wagon s’arrête devant elle, laissant descendre une bande d'adolescents échevelés, à bout de souffle à force d'avoir crié. On les fait monter, côté à côté, au premier rang. Devant elle, les rails se perdent dans des boucles et des descentes en piqués. Rosie se cale dans son siège pendant qu'on leur boucle leurs harnais de sécurité, en leur recommandant de garder leurs bras et leurs jambes dans le véhicule. Elle espère intérieurement que Gabrielle est morte de trouille.

« J'te paye une barbe à papa après ça. »

Sous-entendant qu'elle allait bien avoir besoin d'un remontant.
Quelqu'un appuie sur un bouton, une lumière rouge s'allume, le wagon part.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle E. Larsen
Aerial
avatar

Messages : 208
Date d'inscription : 15/09/2012
Age : 21
Âge du personnage : 16 ans
Section : aerial
Classe : f

MessageSujet: Re: cotton candy baby ▬ pv rosie.   Dim 29 Déc - 13:43

Don't stop (color on the walls);[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

J'ai sincèrement envie de mourir. Je ne sais pas ce qui m'a pris de balancer une chose pareille ; j'aurais pu dire n'importe quoi ! N'importe quoi de normal et de pas trop embarrassant ! Mais non, bien sûr, il a fallut que je bascule dans le plus gros délire imaginable. Un jour peut-être que mon esprit se mettra à fonctionner comme les autres. Un jour peut-être que je cesserai d'être bête et méchante. Un jour peut-être que je réfléchirai avant de divulguer un mensonge pareil sur quelqu'un en la présence de Rosie Jackson.
En attendant ce jour, je propose de me tirer une balle.
Ou d'attendre d'avoir fini cette attraction, puisque je ne pense pas y survivre. Honnêtement, qui de censé pourrait avoir envie d'entrer dans une telle nacelle ? Les rails grincent, on entend les gens cracher leurs poumons tant ils hurlent, la barre de sécurité n'a pas l'air du tout sécurisante.

« Vraiment ? »

Et voilà que Rosie a terminé de tergiverser sur la question du « elle me ment ou pas ? ». Je suis sûre qu'elle sait. Elle sait que je lui mens. Ça se voit comme le nez au milieu de la figure, même moi je sais que je mens. Mais elle veut me voir me battre contre mon mensonge jusqu'à ce que je me noie ; c'est bien son genre. Elle se fout de moi. Comme toujours. Dieu que c'est énervant.

« Ça a dû être un choc. Non ? Tu es la seule à savoir ? J'imagine que c'est un secret. »

Bon. Est-ce que je continue à m'enfoncer indéfiniment ou est-ce que je lui avoue clairement que j'ai raconté n'importe quoi ? Dans les deux cas je passerais pour une idiote. Dans les deux cas elle finira par savoir la vérité ; que ce soit par moi ou par quelqu'un d'autre.
Le wagon rouge vif s'arrêtant juste en face de nous me coupe net dans mon dilemme intellectuel. Je viens juste de réaliser je crois. Je viens de comprendre qu'on allait vraiment monter dans ce truc, que ce n'était pas une blague. Le mec dans son costume débile nous installe au premier rang et vérifie nos ceintures avec l'air de celui qui ne fait que ça de ses journées et qui a hâte de rentrer à la maison. J'ai tellement envie de lui dire que moi, putain, c'est la première fois que je rentre dans son manège et probablement la dernière. J'aimerais lui dire de regarder correctement si je suis attachée ou bien d'aller se faire foutre, parce que c'est son boulot de faire attention au petit peuple qui vient s'agglutiner dans ce parc. Je voudrais le supplier de me sortir de là, parce que je suis morte de peur rien qu'à voir le chemin s'annonçant devant nous.
Rosie rajoute une réplique à son discours moqueur.
Je n'entends rien.
Ou enfin si. J'entends le bip strident de la mécanique qui se met en marche et le bruit des roulettes sur les rails. Je vois des lumières dans tous les sens et je sens mon cœur s'arrêter de battre tandis qu'on monte, monte, monte, toujours plus haut vers le ciel ; tandis qu'on monte jusqu'à ce sommet inévitable ; tandis qu'on atteint le bout du monde et qu'on voit la descente se profiler.
Je vais mourir je vais mourir je vous jure que je vais mourir.
Mais mon esprit refuse de s'éteindre, comme il refuse de fonctionner correctement. Alors je me contente de crier. Crier comme jamais auparavant. Crier comme si l'apocalypse se déroulait sous mes yeux. Il y a deux gamins derrière qui explosent de rire à chaque nouveau looping ; et moi qui meurt dans mon siège. Et cette fin ! Cette fin brutale qui me coupe le souffle. C'est monstrueux. Et à la fois incroyablement bien. Je crois que je ne me suis jamais sentie aussi libre de toute ma vie. Je suis décoiffée j'ai le souffle court et j'ai l'impression d'avoir vu la mort cent fois ; pourtant j'ai aussi cette vague d'excitation qui me fait briller les yeux. Cette chaleur au creux du ventre qui me retourne toute entière. Alors je fixe ma meilleure ennemie de toute la vie.

« Eh Rosie. On peut le refaire ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rosie Jackson
 Chef de dortoir
avatar

Messages : 120
Date d'inscription : 16/09/2012
Age : 21
Âge du personnage : 16 ans
Section : Greenery
Classe : Classe G

MessageSujet: Re: cotton candy baby ▬ pv rosie.   Lun 30 Déc - 9:29


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Elle hurle, elle hurle, Gabrielle, et Rosie l'entend à côté d'elle, terrée au fond de son siège, exploser ses cordes vocales à chaque looping, les yeux grands ouverts comme si ce serait pire en les fermant. Et elle rit Rosie, elle rit. Elle ne crie pas Rosie, jamais. Elle l'a déjà faite, cette attraction, elle sait ce qui va se passer, elle connaît tous les creux, les bosses, les loopings, les virages, elle connaît chaque seconde d'adrénaline, chaque sensation de chute, chaque petite mort quand le wagon dévale une pente. Elle sourit, juste, et elle a les larmes aux yeux, un peu, à force de se prendre le vent dans les yeux.
Et puis ça s’arrête. On revient au point de départ, et d'autres gens, avec d'autres costumes stupides les font descendre, ainsi que d'autres adolescents qui rigolent, le souffle court et les yeux plein d'étoiles. De l'autre coté de la ligne, une file de gens impatients et plein d'appréhension. Elles, cinq minutes avant. Et c'était comme si une vie entière les séparait.

Elles sortirent de l'attraction sans dire un mot, d'abord. Rosie arrangea une mèche qui s'était échappée de son chignon, petit acte rebelle contre la perfection. Puis Gabrielle parla, d'une toute petite voix.

« Eh Rosie. On peut le refaire ? »

Rosie resta quelques secondes sans rien dire. Elle était en train s'assister à un spectacle aussi rare qu'appréciable : Gabrielle Larsen était en train de vivre. Gabrielle Larsen avait des paillettes dans les yeux et du rose plein les joues. Et elle demandait, presque timidement, à remonter dans ce wagon qui l'avait fait hurler de toute la force de ses poumons. Et là, Rosie ne se sentait pas vraiment de lui refuser ça.

« D'accord. Mais d'abord, viens. »

Elle la traîna vers un stand tout rose, qui sentait bon le sucre. Elle acheta deux barbes-à-papa, une bleue et une rose, à un garçon souriant aux joues pleines de fossettes. Il lui tendit les deux nuages de sucres, et elle se retourna vers Gabrielle.

« Choisis celle que tu préfères. »

Puis elle pointa la queue de l'attraction qui commençait à s'étirer en longueur.

« Tu es sûre de vouloir la refaire maintenant ? Ça sera moins bien si on attend trop. On peut faire autre chose en attendant. La grande roue, ou la maison hantée. Ou alors d'autres montagnes russes. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle E. Larsen
Aerial
avatar

Messages : 208
Date d'inscription : 15/09/2012
Age : 21
Âge du personnage : 16 ans
Section : aerial
Classe : f

MessageSujet: Re: cotton candy baby ▬ pv rosie.   Jeu 2 Jan - 21:16

Ivresse;[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

C'est comme si une énergie toute neuve avait pris possession de mon corps. Je me sens limite extatique. Il y a mes jambes qui tremblent et mes mains qui cherchent une prise pour sortir de la nacelle. Et puis il y a aussi mon cœur qui bondit dans ma poitrine et mes joues qui s'enflamment de plus en plus. Ah, et aussi cette envie terrible de hurler aux prochains à quel point cette attraction est fabuleuse.

« D'accord. Mais d'abord, viens. »

Rosie me tire par la manche et m'entraîne loin de la file d'attente, que je regarde s'éloigner avec un pincement au cœur. Pourquoi ne veut-elle pas y retourner maintenant ? Elle n'a pas aimé ? Elle avait l'air de bien s'amuser, pourtant. Peut-être que ça ne lui a pas plu d'être décoiffée ; il faut dire qu'elle doit bien passer une dizaine d'années chaque matin pour faire son chignon impeccable. Ou alors elle a faim. Le stand où elle m'a emmenée sent le sucre et la bonne humeur. Avec le sourire immense du vendeur en prime, on se croirait presque dans un vieux film cliché des années 80. Il ne manque plus que la chorale pour chanter derrière.
Elle me tend deux barbe-à-papas plus grosses que ma tête, et mon excitation retombe comme un flan sortit trop tôt du four.

« Choisis celle que tu préfères. »

Choisir celle que je préfère. Mais moi, je n'en veux aucune. Je sais ce que c'est, ce qu'elle me propose. Ce n'est que du sucre. Du sucre, du sucre, encore du sucre, du sucre qui viendra se coller à ma peau, former de la graisse, qui me rendra encore plus visible, encore plus informe, encore plus immense et immonde. Rien que d'y penser, ça me dégoûte. Rien que de m'imaginer prendre ne serait-ce qu'une bouchée de ces choses nuageuses, la culpabilité m'envahit. Si je mange ça. Si je mange ça, je sais que je m'en voudrais pendant des jours. Je regarderais la balance m'afficher mon poids le matin, je verrais les cent grammes que j'aurais pris, et je ne serais pas satisfaite tant que je n'aurais pas perdu un kilo pour me rattraper. Mais si je ne mange pas, Rosie comprendra. Si je lui dis que je n'en veux pas, elle soupçonnera quelque chose. Elle me dira de manger encore plus. Je ne veux pas. Je ne veux pas.
Je prends la rose.

« Tu es sûre de vouloir la refaire maintenant ? Ça sera moins bien si on attend trop. On peut faire autre chose en attendant. La grande roue, ou la maison hantée. Ou alors d'autres montagnes russes. »

De quoi elle parle ? Elle pointe du doigt une attraction non loin. Ah oui. L'attraction que je voulais refaire. Finalement, ça peut attendre. Je suis tellement concentrée sur ma nourriture que je n'arrive plus à penser à grand chose d'autre. Est-ce que je vais grossir ? Est-ce que ça va se voir ? Les gens vont encore plus me détester si je deviens obèse. Je ne veux pas qu'on me regarde, je ne veux pas qu'on me pointe du doigt. Pitié, laissez-moi tranquille.
Au prix d'un combat acharné contre ma conscience, je sors quand même quelques mots.

« Ouais la maison hantée a l'air stylée. Je me suis toujours demandée si ça faisait vraiment peur. »

La maison hantée. Il fait noir, dans la maison hantée. Si noir que je ne pourrais pas me voir.
C'est parfait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rosie Jackson
 Chef de dortoir
avatar

Messages : 120
Date d'inscription : 16/09/2012
Age : 21
Âge du personnage : 16 ans
Section : Greenery
Classe : Classe G

MessageSujet: Re: cotton candy baby ▬ pv rosie.   Ven 3 Jan - 14:26


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Elle a l'air chimique, la barbe-à-papa bleue. Elle a l'air pleine de colorant, pleine de trucs radioactifs et probablement mortels. Mais elle est jolie. Et en plus, en vrai, elle a exactement le même goût que la rose. Un goût de sucre. Rosie mord dedans avec précautions, pour ne pas se coller du sucre sur le menton et finir collante et poisseuse. C'est l'inconvénient de ces gros nuages colorés, le sucre.
Gabrielle contemplait sa barbe-à-papa comme si c'était elle qui allait la manger et non l'inverse. Probablement en train de s’inquiéter des calories. Après tout, ce n'était que du sucre. Rosie elle, n'était pas spécialement anxieuse. Elle faisait généralement attention à ce qu'elle mangeait, et ce n'était pas une barbe à papa qui allait la faire culpabiliser. Elle était plus forte que les sucreries. De toutes façons, vu tout ce qu'elles marchaient dans le parc, et hurlaient dans les attractions, la friandise serait éliminée aussi vite qu'elles l'auront mangée.

Rosie scrute le visage de Gabrielle, toujours en plein dilemme intérieur. Est-ce qu'elle se rend compte qu'elle est de plus en plus maigre ? Est-ce qu'elle se rend compte que c'est pas joli ? Rosie ne voulait pas pouvoir compter les côtes de Gabrielle en l'aidant à enfiler des fringues, ou avoir peur de lui casser le poignet dès qu'elle lui passait une manche. Elle a envie de la secouer et de lui hurler qu'elle est belle, et qu'elle peut manger, une, deux, cinq, milles barbes-à-papa et qu'elle sera toujours belle. A la place, elle arrache du bout des doigts un autre morceau de nuage en prenant soin de ne pas avoir les doigts collants.

« Ouais la maison hantée a l'air stylée. Je me suis toujours demandée si ça faisait vraiment peur. »

La maison hantée ? Excellente idée. Rosie ne l'a jamais faite, c'est une occasion rêvée. Elle entraîne Gabrielle derrière elle vers l'attraction. Il y a peu de gens dans la queue, les autres adolescents préfèrent la faire de nuit. Ce qui ne change pas grand chose, vu que de toutes façons, la lumière du jour en pénètre pas par les fenêtres obstruées par des planches de bois.
Elles entrent sous une pancarte à moitié détruite, et se retrouvent dans l'obscurité de la file. Une bande de gamins devant elles gloussent d'un air surexcité, en se faisant peur mutuellement.
Faut avouer qu'ils mettent tout de suite dans l'ambiance. Des toiles d'araignées pendent au plafond, des lumières inquiétantes luisent à travers des fissures dans les murs, un espèce de bruit préenregistré remplit le couloir, un genre de grondement sourd. Il y a aussi des employés du parc, mais leurs costumes versent plus dans le flippant que dans le ridicule. Rosie frissonne. Elle a beau savoir que c'est du faux, ça fait flipper un peu quand même. Normalement, il y a une petite visite de la maison avec les mecs déguisés, puis un tour de wagon avec plein de squelettes qui sautent à la figure à chaque virage. Un grand classique.
Rosie se penche vers Gabrielle pour lui murmurer :

« Ça a l'air plutôt bien foutu ce truc non ? Par contre je pense qu'il faudrait finir les barbes-à-papa avant de commencer. Sinon on risque de s'en mettre partout. »

Elle n'avait pas l'intention de finir dégoulinante de sucre. Elle prit une autre bouchée sucrée, et ajouta après un instant d'hésitation :

« Tu sais, c'est tellement léger, il y a beaucoup moins de sucre là dedans que dans un soda. T'inquiète pas pour ça. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle E. Larsen
Aerial
avatar

Messages : 208
Date d'inscription : 15/09/2012
Age : 21
Âge du personnage : 16 ans
Section : aerial
Classe : f

MessageSujet: Re: cotton candy baby ▬ pv rosie.   Dim 5 Jan - 20:54

City of Angels;[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La vérité, c'est que je déteste ce qui fait peur. Je déteste les maisons hantées, je déteste le noir, je déteste les gens qui viennent vous surprendre et vous toucher les cheveux sans votre permission. Mais la vérité, c'est que je déteste encore plus l'idée de me voir engloutir cette barbe-à-papa et de devoir mesurer ensuite l'étendue des dégâts sur mon ventre déjà planétaire. Alors j'avance. J'avance en avalant compulsivement des bouchées de ce nuage rosâtre écœurant, j'avance sans quitter une seule seconde Rosie des yeux ; parce que si je regarde ailleurs ne serait-ce qu'un instant je sais que je prendrais mes jambes à mon cou. Je sais que je courrais sans m'arrêter jusqu'aux toilettes les plus proches et que je laisserais tout mon mal-être se déverser dans la cuvette des toilettes. Noah pense que c'est facile. Noah pense que c'est facile de se débarrasser de tout ça, de laisser de côté un poids qui vous a bousillé les épaules pendant des années, de se laisser vivre et de ne plus y penser. Mais je ne peux pas. Je le sens, c'est comme si ça s'était accroché au dos de mon cœur ; et comme si ça le grignotait un peu plus chaque jour.

« Ça a l'air plutôt bien foutu ce truc non ? Par contre je pense qu'il faudrait finir les barbes-à-papa avant de commencer. Sinon on risque de s'en mettre partout. »

Elle murmure dans mon oreille et je sursaute un peu en la voyant si près soudain. On est arrivées. Des toiles d'araignées au mur, de grincements et des claquements de porte dans tous les coins, des mecs habillés différemment mais toujours aussi ridicules. Quoique, je dois admettre qu'ils me font froid dans le dos lorsqu'ils nous fixent avec autant d'insistance.

« Tu sais, c'est tellement léger, il y a beaucoup moins de sucre là dedans que dans un soda. T'inquiète pas pour ça. »

De quoi parle-t-elle ? Je ne bois pas de soda. Je n'en bois plus depuis que j'ai vu le nombre de calories sur le fin papier de la bouteille. Je n'en bois plus depuis que j'ai vu ces gens à la télévision en boire matin midi et soir, en faire boire à leurs enfants et depuis que j'ai vu leurs poids sur la balance.
De quoi parle-t-elle dites moi ? Je ne comprends pas. Je n'ai pas envie de comprendre. Moins de sucre dans quoi ? Dans quoi, Rosie ? Moi je ne mange pas de sucre, jamais, c'est mauvais pour la peau et mauvais pour le sang, mauvais pour tout, mauvais mauvais mauvais mauvais, je ne veux que le meilleur, je contrôle, je gère, il n'y a pas de problème, jamais, tout est parfait, tout semble être parfait, tout doit être parfait.
Oh Rosie. On est arrivées. J'ai fini, j'ai tout fini, j'ai les doigts qui collent et les lèvres roses. Il n'y a plus que ce morceau de bois dans mes mains et je ne veux plus savoir ce qu'il y avait à sa place. J'ai envie de vomir, j'ai envie de mourir ; j'ai envie de découper chaque millimètre de graisse dépassant de cette peau. Noah, Noah, Noah, je suis désolée Noah, je ne peux pas Noah.
Je ne peux pas vivre.

« Ce genre de truc ça fait pas peur de toute façon. C'est bien foutu mais c'est que de la poudre aux yeux. »

De la poudre aux yeux, de la poudre dans mes yeux, de la poudre qui m'aveugle et me pousse à avancer un peu plus dans la file en lâchant les restes de cette sucrerie infâme au milieu de nulle part. J'ai peur, j'ai peur, je n'ai pas peur. Je n'ai pas peur. Si je me le répète à l'infini, peut-être finirais-je par y croire.

Je veux vivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rosie Jackson
 Chef de dortoir
avatar

Messages : 120
Date d'inscription : 16/09/2012
Age : 21
Âge du personnage : 16 ans
Section : Greenery
Classe : Classe G

MessageSujet: Re: cotton candy baby ▬ pv rosie.   Mar 4 Mar - 18:37


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Rosie avait du mal à comprendre Gabrielle. Offrir une barbe à papa à quelqu'un, c'était censé le rendre heureux. Elle était heureuse quand on lui achetait une barbe à papa, elle. Quand son père l'emmenait à la fête foraine quand elle était petite, et qu'un vendeur souriant lui tendait cet énorme nuage de sucre. Le ciel au bout d'un bâton de bois, pour quelques euros. Alors pourquoi ? Pourquoi Gabrielle contemplait ce qui restait de la friandise comme si il s'agissait d'un flacon de poison vide dont elle venait d'avaler le contenu. Gabrielle se sentait mal, et maintenant, Rosie aussi. Un petit goût amer dans la bouche, pour contraster avec celui, écœurant de sucre, de la barbe à papa bleue (qui avait définitivement le même goût que les roses).

Elle en voulut à Gabrielle pour avoir donné un goût amer à sa barbe à papa.

Rosie n'aime pas montrer de compassion. C'est pas qu'elle soit insensible ni rien, mais elle a cette habitude de toujours sourire, de ce sourire de magasines, comme si elle posait en permanence devant des dizaines de caméras. Les gens ne connaissent pas Rosie Jackson comme quelqu'un qui s'occupe des problèmes des autres. C'est une reine, elle est au dessus de ça. Elle ne devrait même pas prendre en considération les problèmes de Gabrielle. La laisser faire la gueule, enfoncée dans sa dépression et la regarder dépérir. Voilà, c'est exactement ce qu'elle devrait faire. Alors elle jette son bâton collant de sucre, s'installe dans la nacelle. Elle jette un coup d’œil à Gabrielle, qui a le cœur au bord des lèvres, et pas à cause de l'attraction.

« Ce genre de truc ça fait pas peur de toute façon. C'est bien foutu mais c'est que de la poudre aux yeux. »

Rosie laisse échapper un petit rire.
De la poudre aux yeux. Gabrielle, Gabrielle, as-tu idée à quel point cette expression est adaptée à ta propre situation ?

« Bien sûr que c'est de la poudre aux yeux. Dernière fois que j'ai vérifié ils ont pas engagé de vrais monstres là dedans. »

Elle tire Gabrielle par la main pour qu'elle entre dans le wagon. Quelqu'un vient vérifier leurs barres de sécurité, et l'engin démarre, doucement au début, et dans un bruit volontairement inquiétant, comme si il pouvait dérailler à tout moment. Des fantômes et squelettes bougent sous l'éclairage vert, des chauves-souris surgissent de devant le wagon, des effets sonores font sursauter le couple dans le wagon devant elle, mais Rosie a la tête tellement loin. Elle glisse des coups d’œil à Gabrielle, à ses joues creuses et ses bras osseux, elle se demande comment elle n'avait pas remarqué ça, elle qui prêtait tant d'attention aux apparences des gens. Connasse de Gabrielle, elle pense. Connasse, connasse, connasse, elle la déteste pour faire grossir cette immense bulle de culpabilité en elle. L'attraction se termina avant même qu'elle le réalise, et elle était dehors. Elle n'avait absolument aucune idée de si la maison hantée faisait peur.

« Gabrielle. Tu veux rentrer ? »

C'était sorti tout seul, et elle se surprit elle-même. Alors qu'elle avait bataillé pour la traîner jusqu'ici, elle semblait tout juste remarquer que Gabrielle détestait cet endroit. Et du coup Rosie, ça lui faisait plus trop envie.



Dernière édition par Rosie Jackson le Sam 31 Mai - 10:07, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle E. Larsen
Aerial
avatar

Messages : 208
Date d'inscription : 15/09/2012
Age : 21
Âge du personnage : 16 ans
Section : aerial
Classe : f

MessageSujet: Re: cotton candy baby ▬ pv rosie.   Ven 28 Mar - 20:52

But it's home to me and I walk alone ;[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Bien sûr que c'est de la poudre aux yeux. Dernière fois que j'ai vérifié ils ont pas engagé de vrais monstres là dedans. »

Elle se moque de moi, je sais. Je m'en fous. Il y a des moments où je me réveille, et où je me rend compte que ce personnage presque enjoué qui a pris ma place n'est pas moi. Des moments où je me pince, je rêve, je fais n'importe quoi. Des moments où tout reprend sa place, où le ciel redevient sombre et bas, pesant comme un couvercle ; des moments où je me souviens que je suis Gabrielle, et que Gabrielle n'est qu'une sale conne égoïste qui doit le rester. On monte dans le wagon et le manège s'enclenche avant qu'on ait pu trop réaliser ce qui nous arrivait. Les employés du parc ne font même pas peur, les couleurs sont laides, les cris du couple devant nous sont pathétiques. Et puis je sens le regard de Rosie scotché sur moi, c'est désagréable. De temps en temps il s'échappe, mais il revient inlassablement, et je voudrais lui dire de se mêler de ses affaires. Je sais ce qu'elle regarde. Elle regarde mes bras sans forme et mes joues gonflées, elle regarde mon ventre qui dépasse de mon jean dans un bourrelet flasque, elle regarde mes cuisses qui se sont encore plus élargies au contact du siège. Elle qui est parfaite, elle qui n'a jamais un centimètre de graisse en trop, elle qui s'habille toujours comme sur les podiums, elle me méprise sûrement. Moi aussi, je la méprise. Je la déteste. Je la déteste d'être aussi belle et sûre de ses gestes quand j'ai l'impression de sombrer.

Les rails se bloquent dans un sursaut et voilà qu'on est dehors. C'est allé si vite que j'ai cette impression, fugace, que tout n'a été qu'un rêve. Ou un cauchemar. Je sais jamais vraiment faire la différence entre les deux.

« Gabrielle. Tu veux rentrer ? »

Sa voix a retenti dans le froid au moment où je m'y attendais le moins. Alors, pour la première fois depuis de longues minutes, je tourne les yeux vers elle et ose affronter son regard vif et brun. Mes yeux à moi sont verts. C'est la couleur de ceux de mon père, c'est pas ma mère qui me l'a dit mais les photos qu'elle n'avait pas réussi à brûler. Mon père est un fuyard, un dégonflé, un pauvre nul qui a jamais su regarder en face sa vie. A croire que c'est génétique ces trucs là, sérieusement.

« Depuis quand tu me demandes mon avis pour faire quoi que ce soit, Jackson ? »

Oui Rosie, depuis quand te demandes-tu ce qui me va à moi ? Quand as-tu perdu tes interminables litanies sur mon potentiel inexploité et mes cheveux fourchus ? Tu n'aurais pas dû quitter tout ça des yeux. A défaut d'être aussi belle que toi, je peux toujours être cette gamine insupportable qui te remet à ta place.

« Tu fais comme tu veux, moi j'me casse. »

Et sans l'attendre, je file entre les passants et les manèges trop grands. Je file loin des odeurs de beignets et de barbe-à-papas à vomir, loin des cris, loin des rires des insouciants et des nacelles qui nous font perdre la tête. Je file et je file seule, parce que c'est vrai, de toute façon.
Rosie et moi, on a jamais été amies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rosie Jackson
 Chef de dortoir
avatar

Messages : 120
Date d'inscription : 16/09/2012
Age : 21
Âge du personnage : 16 ans
Section : Greenery
Classe : Classe G

MessageSujet: Re: cotton candy baby ▬ pv rosie.   Sam 31 Mai - 10:37


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



« Depuis quand tu me demandes mon avis pour faire quoi que ce soit, Jackson ? Tu fais comme tu veux, moi j'me casse. »

C'est un peu soudain, et ça claque dans l'air, et Rosie ne sait pas quoi répondre, en voyant Gabrielle s'éloigner d'elle en se traçant un chemin entre les gens qui rient et mangent des trucs sucrés. Elle devrait la poursuivre sans doute, ou l'appeler, lui demander de rester là, discuter avec elle, s'excuser même peut-être, mais elle sait pas faire, elle a pas l'habitude. Rosie Jackson ne sait pas s'excuser, les mots restent toujours bloqués dans sa gorge, et elle arrive à tourner la situation à son avantage, faire s'excuser les autres. Et supplier, non plus, elle ne sait pas faire. Alors elle reste là, un sourire un peu figé aux lèvres, essayant de faire mine que Gabrielle ne vient pas juste de la planter là, au milieu du parc d'attraction.

Rosie ne comprend pas Gabrielle, elle se rend compte. Elle ne sait pas pourquoi elle s'acharne à revenir vers elle, continuer à essayer ses vêtements et lui demander des conseils, si au fond elle la déteste. Elle se demande pourquoi elle est seulement venue dans ce parc si elle n'aime pas les gens, les attractions qui font peur, les sucreries. Et pourquoi elle riait en sortant de ces montagnes russes, et maintenant craque quand elle lui demande -innocemment, pour une fois- son avis.
Elle soupire. Ça vaut bien la peine de s’inquiéter pour elle.
Rosie et Gabrielle. Elle se demande laquelle des deux n'a rien compris à l'autre.

Non, elle ne va pas courir après Gabrielle, parce qu'elle est bien trop fière pour ça. Et elle décide que c'est pas de sa faute, après tout. Et que c'est pas à elle de s'excuser. Elle a voulu bien faire. Comme tout le temps. Et Gabrielle n'est qu'une ingrate, et c'est elle qui reviendra la première, à coup sûr. Alors elle finit de la regarder s'éloigner dans la foule, trop grande et trop maigre dans ses fringues qui ne lui vont pas, et Rosie décide qu'elle ne va plus s'occuper de ce qui se passe dans sa tête, c'est fini, elle ne veut pas être responsable de cette gamine insupportable.
Elle pense ça, et elle sait très bien que c'est faux. « Connasse », elle pense, et elle sait même pas si elle parle d'elle ou de Gabrielle. Connasse, connasse, connasse, t'as tout gâché.

Et puis elle continue à sourire, parce que si les gens la voient toute seule comme ça, ils vont penser des trucs. Elle veut toujours avoir l'air de maîtriser la situation, Rosie. Elle sort son portable de sa poche, sourit devant un sms, fait tout de la fille qui est parfaitement heureuse, et rien de celle qui s'est faite abandonner sans aucun remord. Et puis elle fait un signe de la main à quelqu'un qu'elle connaît dans la file d'une attraction. Et puis rentre au pensionnat, en prenant bien soin de prendre un autre chemin que celui de Gabrielle, passe par les boutiques et fait comme si de rien était.
Même si dans sa tête, c'est la tempête.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: cotton candy baby ▬ pv rosie.   

Revenir en haut Aller en bas
 

cotton candy baby ▬ pv rosie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Cotton Candy - Macau 82
» Cotton candy mail order
» 9 juin- Mes Cotton Candy Girls
» Emmurés vivants ou la tragique fin de Cotton Candy et ses freres.
» [NO PHOTO]~ La Petite Collec` de Kyria ~ Mise à jour G3 page 5

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: En dehors du village :: Espluland-